FilmsActu.com



Black Swan

Notre avis
9 10

Fable tragique et schizophrène d'une beauté graphique comme thématique à pleurer, Black Swan ne fait que confirmer l'importance de Darren Aronofsky. Disputant Vincent Cassel et Natalie Portman dans la quête de l'estime de soi à travers toutes formes de violences, il livre un spectacle absolu, onirique, dérangeant et d'une force rare. L'une des plus belles odes à la métamorphose...

Découvrez ci-dessous la critique de Black Swan


Critique Black Swan

Critique Black Swan

 

Darren Aronosfsky est un réalisateur remarqué par sa brillante diversité. Cumulant les exercices graphiques, les audaces thématiques, démultipliant sa propre patte pour créer ses bases qui en font le cinéaste majeur que l'on connait. Des bases à la fois oniriques et percutantes, troublantes et touchantes, qu'il a solidement ancrées indépendamment par le passé pour désormais jongler avec histoire de livrer une expérience de cinéma inespérée. Les deux films majeurs du cinéaste, Requiem For a Dream et The Wrestler, semblent n'avoir pas grand-chose à voir l'un avec l'autre et pourtant Black Swan s'impose comme l'improbable compromis entre les deux. Sorte de pendant antagoniste à The Wrestler pour sa plongée intimiste dans les coulisses du spectacle, le sacrifice physique et les reflexes fétichistes/masochistes qui en découlent, il y troque son vieux bélier rabougri en manque de tendresse pour une jeune et jolie demoiselle ne cherchant qu'à expulser le diable de sa cage. Non content de bouleverser la fébrilité artistique contemporaine, il semble malmener son propre parcours en proposant presque un jeu de miroir déformant avec son film précédent, cachant à peine le statut de dyptique qui les unit de façon définitive. L'un cherche la rédemption et la sagesse, l'autre souhaite imposer son caractère et sa violence. Le premier veut renouer avec sa fille, le second couper les ponts avec sa mère. Mickey Rourke est une âme fragile en quête d'amour, Natalie Portman une fausse sage dont l'épanouissement sexuel atteint les dérives fantasmagoriques.

 

Critique Critique Black Swan

 

Même si la recette peut sembler facile d'entrée de jeu et un brin répétitive avec son long-métrage précédent, Aronofsky se sert avant tout de l'image publique de son comédien principal pour chahuter son audience. Il va d'ailleurs même plus loin que dans The Wrestler qui avait pour objectif de "réhabiliter" l'aura moquée de Mickey Rourke, en faisant de Natalie Portman une créature névrosée aux facettes infinies, sous leur jour le plus sombre. Multi-psychotique sous un visage d'ange, il n'hésite pas à la pousser dans ses derniers retranchement lors d'un oral sex lesbien un poil schyzo, très significatif de la folie égocentrique dont il est question. La comédienne vampirise tellement l'écran que le reste du casting (Vincent Cassel y est pourtant excellent) semble presque oublié. Le gentil petit canard convoite à ce point le côté obscur du cygne noir... Car, comme l'indique le titre, l'univers du film se focalise sur les rivalités dans le milieu du ballet artistique où le Lac des cygnes de Tchaïkovski sert de toile de fond au thème de l'avènement de soi, de la métamorphose psychique comme physique (on frôle le fantastique surréaliste de Dino Buzzati) et de l'agressivité comme arme impériale pour exister.

 

Critique Critique Black Swan

 

Et là, Aronofsky multiplie les prouesses ! Non content de se targuer d'une mise en scène absolument somptueuse, proche de son précédent (caméra intimiste, réaliste, collant au dos de son héroïne) ne donnant que plus de poids à la mise en abime de son personnage/actrice, il disperse son onirisme dans ses scènes de danse qui atteignent une incroyable apogée formelle comme émotionnelle dans la dernière partie du film. Une expérience de cinéma basculant dans un quasi expérience d'Opéra usant des atouts techniques des deux médias pour étaler de toute sa superbe la véritable identité de Black Swan : une fable cynique et tragique, à la lisière de l'irréel dont la beauté n'a d'égal que sa percutante puissance. L'enfantement inespéré de Fight Club et Les Chaussons rouges...

 

Article publié le 10 janvier 2011



Par Arnaud Mangin 3 commentaires


À voir aussi
2 Black Swan : bande-annonce vostf et galerie de photos
4 Natalie Portman en string dans la bande annonce de Your Highness
2 The Wrestler
Darren Aronofsky réalisera Machine Man

Derniers commentaires
Par altair102009 il y a 8 an(s)
Bouleversant!!!!! on sort de la salle bouleversé et surtout on n'en sort pas indemme les scènes sont d'une intensité de folie!!
Natalie Portman mérite amplement son Oscar et Mila kunis est vraiment une très bonne actrice et Vincent Cassel est vraiment un grand manipulateur en conclusion c'est Magnifique est bouleversant!! comme thriller psychologique horreur sur le ballet A voir absolument!!!!

Répondre
-
voter voter


Par levieuxdragon il y a 8 an(s)

likeSmall
Époustouflant !!! Superbe !! Démoniaque !!
Répondre
-
voter voter


Par MattRaimi il y a 8 an(s)
Chef d'oeuvre !
Répondre
-
voter voter


>> Voir les 3 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*





Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2019 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.