FilmsActu.com



Mega Piranha

Notre avis
4 10

C'est bien évidemment avec une considération toute particulièrement qu'il faut prendre la note attribuée à Mega Piranha. C'est-à-dire pas pour ses qualités intrinsèques, mais plutôt pour le plaisir qu'il procure. Et en l'occurrence, c'est une succession de petites scènes emplies de bonheur plus ou moins délibéré, et dont la nullité généralisé fait chaud au cœur comme rarement. C'est moche, c'est tarte, c'est abominablement mal foutu, mais qu'est-ce que c'est drôle !...

Découvrez ci-dessous la critique de Mega Piranha


Critique Mega Piranha

CRITIQUE MEGA PIRANHA

 

Cannes, ses paillettes, son parterre de stars envahissantes, ceux qui aimeraient bien en être et ses films d'une élégance folle, c'est bien beau mais la droiture a ses limites. Heureusement il existe en ce bas monde des faiseurs pas forcément habiles de leurs dix doigts mais qui se sont donnés pour mission de créer des œuvres aspirines, en réponse à l'auteurisme un brin migraineux. Des films qui non seulement ne filent ni le bourdon, ni un mal de tête carabiné en brillant par une légèreté de la dimension d'une plume, mais qui entretiennent en plus la condescendance chez celui qui les regarde. Dans le genre nanar de gamme zénithale (si, avec un Z) Mega Piranha a au moins le mérite de ne pas se croire moins con que son spectateur... C'est le moins qu'on puisse dire. Calibrée pour la télévision bisseuse américaine SyFy, cette production Asylum (boite responsable de Titanic 2, Transmorphers, Snakes On A Train et Paranormal Entity... que du lourd) atteint un niveau de connerie tellement rare et habilement revendiqué qu'il en devient particulièrement amusant à suivre, pour peu que l'on soit très à cheval sur la qualité technique d'un film : le nawak absolu, dans toute sa grandeur et dont la négligence entretenue confine au désopilant perpétuel.

 

Critique Critique Mega Piranha

 

Comme son titre l'indique, Mega Piranha parle de piranhas particulièrement mégas. Pas des petits joueurs, hein. Des vrais bons gros piranhas de compet' bien balèzes qui rebondissement bien haut comme des Pooples et qui grignotent ce qui leur est possible de grignoter. C'est-à-dire tout ! A commencer par un couple d'amoureux partis pique-niquer au bord d'une rivière vénézuélienne particulièrement dégueulasse. Jusque là, tout le monde s'en fout, mais lorsque les petits mignons engloutissent l'ambassadeur américain, alors en croisière avec des pépés locaux (la séquence ressemble à une version appauvrie de Girls Gone Wild en espagnol), en ne laissant plus la moindre trace - puisqu'ils bouffent aussi le bateau, le gouvernement s'emballe. Croyant d'abord à une attaque terroriste (qu'il est bête, ce gouvernement), il envoie un agent des Navy Seals, le meilleur des meilleurs, pour résoudre l'affaire. Ce dernier comprendra bien vite que le problème se situe au rayon poissonnerie, puisque les sales bêtes ont en réalité fait l'objet de manipulations génétiques. Et ouais, des scientifiques pavés de bonnes intentions ont jugés bon de doper des piranhas aux anabolisants sans réelle raison. Du coup, toute la tribu de poiscailles dégénère et double de volume toutes les 6 heures jusqu'à atteindre des dimensions impensables. Et comme l'armée locale s'en mêle avec ses hélicos lourdement armés (et voilà la gueule des engins), c'est un peu le boxon...

 

Critique Critique Mega Piranha

 

Peu importe où se situe exactement la frontière entre la surenchère irréfléchie et l'humour débile bien assumé, Mega Piranha en fait des caisses comme de trop rares vrais longs métrages oseraient s'y risquer et étale sans honte une intrigue échappée d'une conversation de maternelle accouplé à un budget médiocre, jamais à la hauteur de ses intentions. C'est justement là que réside tout le charme du machin : ils n'ont rien, mais veulent en faire plus que tous les autres. Alors, comment dire... Objectivement, tout est pourri là-dedans : la direction d'acteurs, les acteurs eux-mêmes (coulés par une post-synchro à pleurer de rire), les dialogues qu'on leur impose, la mise en scène torchée rapidement, un montage qui n'arrive pas à combler ces lacunes en plus d'être cut et lardé de mauvais stock shots réutilisés jusqu'à plus soif (et réétalonnés pour les scènes de nuit), mais surtout, oh oui surtout, des effets visuels envahissants qui ne feront même pas rougir un infographiste n'ayant pas touché à un ordinateur depuis 1987. Et comme le film en abuse comme un porc, on en prend plein les mirettes. Une telle générosité de laideur et d'incompétence : la beauté du geste est émouvante...

 

Critique Critique Mega Piranha

 

A titre d'exemple, prenons les hélicoptères, comme évoqué plus haut. Des hélicoptères, dans un film de genre, ça provoque toujours son petit effet : ça fait du bruit, ça tire des missiles, ça explose et ça fait plein de trucs super chouettes qui assurent le spectacle. Demandez à Renny Harlin ou Michael Bay... Sauf que ces deux là, ils semblent déterminés à vouloir recréer des hélicos avec une véracité appuyée, lorsqu'ils les proposent en images de synthèse. Le réalisateur de Mega Piranha, lui, il s'en carre totalement ! L'important n'est pas de faire des beaux hélicos, mais uniquement de nous faire comprendre que c'en est. Alors des photos intégrées un peu vulgairement dans l'image, glissant d'un coté à l'autre de l'écran, c'est bien suffisant. Pareil pour tout ce qui est coup de feu, gerbes de sang et interactions avec l'eau qui se fichent également des proportions. C'est une sorte de contrat fifty/fifty. Les responsables des effets visuels font une moitié du travail, à l'imagination du spectateur de compléter. Fort heureusement, les poissons dont il est question subissent un traitement similaire, au point de changer de technique et de design d'un plan à l'autre. Et comme le bricolage de fortune se montre de plus en en plus envahissant, au point de n'être que ça dans sa dernière demi-heure, le plaisir n'en est que décuplé.

 

Critique Critique Mega Piranha

 

Vraiment moche mais bien tordant, Mega Piranha est donc un (télé)film qui s'absout de tout sentiment de honte au point d'aller au bout de ses idées. Les poissons sont d'ailleurs tellement gros à la fin qu'ils ne peuvent plus bouffer personne (excepté les destroyers, les hélicos et les sous-marins) alors ils tuent leurs victimes en surgissant de l'eau et en s'écrasant sur eux, ou carrément sur les immeubles, tels des météores kamikazes. De la folie, on vous dit... Alors même s'il n'est pas franchement exquis le nouveau bâtonnet de colin du capitaine igloo, parce que sa décongélation s'est faite n'importe comment, il a le mérite d'être bien poilant. Du bon Z des familles...





Par Arnaud Mangin 3 commentaires


À voir aussi
3 Piranha 3D 2 : des infos sur l'histoire
2 Un premier trailer pour Piranha 3D 2 (Vidéo)
2 Piranha 3D
14 Photos : Kelly Brook nue

Derniers commentaires
Par karzélyum il y a 8 an(s)
La palme d'or des nanars. Un téléfilm culte, on vous dit !
Répondre
-
voter voter


Par Donebystan il y a 8 an(s)
Superbe film de série Z. Les acteurs sont à mourir de rire s'ils ne sont pas pris au sérieux. Le cadre est vraiment merveilleux.

http://www.facebook.com/pages/Syfy-Universal-France/390570465047

Répondre
-
voter voter


Par captain-spaulding il y a 8 an(s)

likeSmall
Ben ouaip, c'est un nanar quoi...
Pas persuadé que le remake d'Alexandre Aja ne soit pas un gros nanar aussi...

Répondre
-
voter voter


>> Voir les 3 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*




Piranha 3D

Les dernières news
Piranha 3DD : la bande annonce en français
Les Pi-Pi ! Les Pi-Pi ! Les Piwanhas !

Sharktopus : la bande annonce
Mi-requin, mi-pieuvre… Sharktopus, le nouveau monstre de Roger Corman, se dévoile en vidéo

Vidéos à ne pas manquer

Jeux Concours

Newsletter FilmsActu


Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2019 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.