FilmsActu.com

Critique le 01/09/2010

Dorian Gray

Notre avis
4 10 Avec son casting attractif, cette nouvelle version cinématographique du Portrait de Dorian Gray suscitait une certaine curiosité, en même temps qu'elle était attendue au tournant par toute personne pour qui le roman constitue une référence du genre. Malheureusement, le cinéaste Oliver Parker échoue à retrouver la profondeur de cette histoire fascinante et délivre un film coincé qu'il est entre les exigences contradictoires du thriller sulfureux et mystique qu'il aurait pu être et la série B pour ados vers laquelle il semble lorgner dans ses moments horrifiques. Dorian Gray est sauvé de justesse par son ambiance érotique mais aussi et surtout par les prestations de ses comédiens, à commencer par Ben Barnes (Narnia 2) mais aussi Ben Chaplin et Colin Firth, qui grâce à leur justesse nous font parfois oublier le manque d'inspiration de l'écriture et de la réalisation.

Critique du film Dorian Gray On attendait avec une certaine curiosité cette relecture à la sauce moderne du Portrait de Dorian Gray, le chef d'oeuvre d'Oscar Wilde, d'autant que le film se dote d'un casting plus qu'alléchant, de Ben Barnes (Les Chroniques de Narnia Chapitre 2 : Le Prince Caspian) en Dorian Gray à Colin Firth (A Single Man) en Lord Henry Wotton, en passant par Rebecca Hall (Vicky Cristina Barcelona, The Town), Ben Chaplin (La Ligne Rouge) et Fiona Shaw (la saga Harry Potter). Le réalisateur Oliver Parker est un familier de l'oeuvre de Wilde puisqu'on lui doit déjà les transpositions au cinéma de deux pièces de l'auteur, Un Mari idéal (1999) et L'Importance d'être constant (2002). Malheureusement, le cinéaste échoue à insuffler l'"âme" du roman à un film qui peine à se définir, coincé qu'il est entre les exigences contradictoires du thriller sulfureux et mystique et la série B pour ados.

Critique du film Critique du film Dorian Gray

L'ouverture horrifique du film annonce la couleur : au cas où son public ne serait pas porté sur la littérature, Dorian Gray cherche à capter son attention dès les premières secondes avec une séquence choc montrant le personnage titre en plein meurtre. Le scénario se révèle par la suite plutôt fidèle à celui du roman, de l'arrivée du jeune Dorian dans la haute société londonienne à son remodelage par Lord Henry Wotton qui lui souffle avec perversité son idéologie hédoniste et cynique, puis la descente aux enfers du jeune homme à mesure que le portrait se modifie au gré de ses (mauvaises) actions. S'il faut reconnaître une qualité à ce Dorian Gray, c'est de tenir plutôt bien ses promesses dès lors qu'il s'agit d'enchaîner les scènes érotiques traduisant la plongée du personnage dans une vie de débauche. Épaulé par un travail esthétique convenable, Oliver Parker filme ses acteurs avec une certaine sensualité même si l'on eût espéré une atmosphère plus trouble et une réalisation plus raffinée, notamment lorsque le film dépeint les rapports homosexuels entre Dorian et Basil. Ben Barnes, dont le charme n'est plus à prouver, réussit plutôt bien à traduire la transformation intérieure du personnage titre, passant de l'innocence au cynisme avec une certaine aisance et sans jamais verser dans la caricature. De Colin Firth à Ben Chaplin, les acteurs secondaires se montrent eux aussi à la hauteur, à l'exception peut-être de Rachel Hurd-Wood (Le Parfum) en Sybil Vane qui - à la décharge de la jeune comédienne - ne bénéficie malheureusement pas d'un matériau convenable en termes d'écriture - la scène de séparation, tragique dans le roman, ne distille tristement aucune tension dramatique dans le film.

Critique du film Critique du film Dorian Gray

Mais là où le bât blesse le plus sérieusement, c'est dès lors qu'intervient le fameux portrait... A trop vouloir en faire de ce dernier et du grenier dans lequel il est entreposé des personnages du film, Oliver Parker sombre dans le film de croque-mitaine de base, la métamorphose du portrait s'effectuant à coup de râles dignes d'une mauvaise série B et de transformations numériques plombées par un budget visiblement restreint. Le film semble constamment hésiter sur le genre auquel il doit appartenir et perd au final toute la substance du roman, se réduisant dans sa dernière demi-heure à un film d'horreur bas-de-gamme là où nous attendions davantage de poésie noire, de voyage introspectif, de questionnement mystico-existentiel à la manière du Parfum, sublimement adapté il y a quelques années par un Tom Tykver autrement plus inspiré.
Tout juste sauvé par ses (bons) comédiens, Dorian Gray se regarde sans ennui mais laisse la désagréable impression d'avoir assisté à un massacre en règle d'une oeuvre pourtant majeure de la littérature fantastique - et de la littérature tout court. Dommage.





Par Elodie Leroy Réagir

Autres Articles
À voir aussi
- 3
Un nouveau trailer pour Narnia, L'Odyssée du Passeur d'Aurore

Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Gagnez du temps et des points de réputation :


*




Dorian Gray
Dorian Gray
Sortie : N.C.
De : Oliver Parker
Acteurs: Ben Barnes, Colin Firth, Rebecca Hall...

Les dernières news
Dorian Gray : nouveau poster
Une superbe affiche pour l'adaptation du roman d'Oscar Wilde avec Ben Barnes

Dorian Gray : galerie de photos haute résolution
Le roman culte d'Oscar Wilde bénéficiera-t-il enfin d'une bonne adaptation ?

>> Toutes les news de Dorian Gray<<

Vidéos à ne pas manquer

Newsletter FilmsActu






Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

© 2007-2014 Filmsactu .com. Tous droits réservés.  Un site du groupe Mixicom - Réalisation : Vitalyn