FilmsActu.com



13 films rock qu'il faut absolument voir une fois dans sa vie !

Vous ne savez pas quoi faire le jour de la fête de la musique ? Vous cherchez un film idéal pour votre soirée du 21 juin ?

 

Voici une liste de 13 films rock indispensables qu'il faut au moins voir une fois dans sa vie si vous voulez briller en soirée.

 

On a voulu mélanger biopic, documentaire et fiction. Le film rock est un genre à lui seul. Qu'il soit humoristique, informatif, dramatique, dansant ou destroy. Evidemment, cette liste est très loin d'être exhaustive

 

Le plus culte

Spinal Tap (1984) de Rob Reiner



 

Avant de signer Quand Harry Rencontre Sally et Stand By Me, Rob Reiner se lance dans un faux "rockumentaire" sur une bande de crétins anglais adeptes du heavy metal et de tous les clichés qui vont avec. Spinal Tap célèbre le rock'n'roll circus dans toute son hilarité. Inspiré par les dérapages incontrôlés des années 70 et 80 de Led Zeppelin, des Stones, Van Halen, Aerosmith ou encore de Black Sabbath, le cinéaste signe LE film rock par excellence. Culte jusqu'au bout du mediator. A tel point que des concerts Spinal Tap et des albums ont vu le jour par la suite.

 

Le plus drôle

Tenacious D Pick Of Destiny (2006) de Liam Lynch



 

A Rock Academy, on a préféré un autre film de Jack Black, celui consacré à  son groupe parodique Tenacious D. Rien que la scène d'ouverture avec Meatloaf et Ronnie James Dio mérite le respect absolu. Directement inspiré de Spinal Tap et de l'univers hard rock, Pick Of Destiny raconte de manière hilarante la rencontre de Jack Black et de son acolyte Kyle Glass. Un futur grand film culte rock. A noter l'apparition de Dave Grohl dans le rôle du diable.

 

Le plus seventies

Almost Famous (2001) de Cameron Crowe



 

Cameron Crowe (Rencontre à Elizabeth Town, Vanilla Sky) est un passionné de rock. Avant de devenir cinéaste, il fait ses classes dès l'adolescence, en tant que journaliste pour Rolling Stone. Almost Famous est sa manière d'évoquer ses souvenirs de cette époque. Désirant cotoyer ses groupes préférés, Cameron Crowe tente sa chance en tant que reporter. Amost Famous retrace les années 70, la vie en tournée, les querelles de musiciens, les groupies déchaînées ... Kate Hudson est la grande véritable révélation du film. Ce n'est pas la première tentative rock de Cameron Crowe à  qui l'on doit aussi Singles (1992), comédie dramatique avec Janet Fonda filmée en pleine efferverscence grunge et dans laquelle on apercevait Chris Cornell ainsi que des membres de Pearl Jam. On doit également Cameron Crowe le film sur Pearl Jam PJ20.

 

Le plus attendrissant

Sing Street (2016) par John Carney



 

Euphorisant, authentique et touchant, Sing Street est le feel good movie rock de 2016 ! Réalisé par l'irlandais John Carney (le sublime Once et le très agréable New York Melody), le film se déroule dans les années 80 à Dublin, là même où le réalisateur a grandi. C'est l'époque des walkmans, des VHS, des platines vinyles, de Top Of The Pops (le TOP 50 anglais) et des débuts des clips vidéos.

 

Le plus comic book

Scott Pilgrim vs The World d'Edgar Wright (2010)



 

Initialement un comic book, Scott Pilgrim Vs The World est le film GEEK par excellence. L'histoire est celle de Scott Pilgrim, un geek sentimental (Michael Cera de Juno) qui doit affronter les 7 ex-petits amis de la fille qu'il convoite. Seul souci, ils ont tous des pouvoirs maléfiques. Lui est juste bassiste dans un groupe de rock. Réalisé par Edgar Wright (Shaun Of The Dead, Hot Fuzz), Scott Pilgrim fusionne cinéma BD jeu vidéo et culture musicale indé.  Avec un tel sujet, sa B.O ne pouvait qu'être rock.

 

Le plus touchant

The Story Of Anvil ! (2009) de Sasha Gervasi

 

 

Anvil ! c'est l'histoire de deux canadiens quinquagénaires qui se connaissent depuis l'adolescence, l'un travaille dans une cantine, l'autre joue du marteau piqueur. Mais leur priorité est Anvil, groupe qu'ils soutiennent depuis 30 ans. Lips et Rob lui sont dédiés corps et âmes. Le problème c'est qu'ils ont merdé dans les grandes largeurs ! Après avoir été un des précurseurs dans son genre, Anvil est tombé dans les oubliettes. Anvil est une superbe histoire d'amitié. On ne peut qu'être touché par la foi indestructible que Lips porte en sa musique et dans le heavy metal. Des histoires de loose comme celle ci, il en existe des centaines. Mais aucune n'a été filmée avec autant de sincérité. Une formidable histoire de jeunesse éternelle.

 

Le plus Lars Ulrich

Metallica "Some Kind Of Monster" (2004) 

 

 

Ce documentaire filme le monstre Metallica au moment où il traverse la crise existencielle la plus terrible de son existence. On y voit les californiens sclérosés par les états d'âmes de James Hetfield et de Lars Ulrich, et peinant à enregistrer leur album le plus critiqué ce jour : St. Anger. Avec le recul, on se dit qu'il est incroyable qu'un groupe de l'ampleur de Metallica se soit autant mis à nu dans une période si trouble. Absolument génial jusqu'aux confidences de Dave Mustaine qui s'est visiblement jamais remis d'avoir été viré.

 

Le plus new wave

Control (2007) de Anton Corbijn 

 

 

Control, c'est le biopic de Ian Curtis, charismatique leader de Joy Division, qui s'est suicidé le 18 mai 1980. L'influence musicale de Joy Division sera prépondérante sur toute la vague new wave des eighties. Clippeur et photographe de renom (le Joshua Tree de U2, c'est lui), Anton Corbijn a pour son premier long métrage mis en images l'ascension et la chute de Ian Curtis, magnifiquement interprété par Sam Riley. Dans un noir et blanc d'une grande beautée, Corbijn livre un film fascinant à  la sensibilité touchante. Les séquences de Joy Division en live sont également superbement convaincantes.

 

Le plus destroy

Dig (2004) de Ondi Timonier



 

Ondi Timonier a eu la géniale idée de suivre deux groupes aux trajectoires opposées pendant sept ans. Deux groupes à l'origine amis que les décisions de carrière, les optiques artistiques, les jalousies, les lignes de coke vont au fur et à  mesure opposer. D'un côté, le génialement détraqué Anton Newcombe et Brian Jonestown Massacre et de l'autre les plus grand public Dandy Warhols. Ce documentaire est si subtilement monté et découpé que l'on croirait avoir affaire à une fiction. Pourtant non. Dig filme l'histoire du rock de l'intérieur et offre une véritable réflexion sur la création artistique. Amplement plus destroy qu'une bagarre Stones / Beatles ou Oasis / Blur.

 

Le plus personnel

High Fidelity (2000) de Stephen Frears



 

Ceci est l'adaptation très fidèle, bien que transposé aux Etats-Unis, du roman culte de l'anglais Nick Hornby. John Cusack est disquaire à Chicago spécialisé dans le vinyl et les albums rares des années 60 et 70. Sa vie entière est placée sous le signe de la pop. Sa vie est rythmée par des joutes de classements de disques (les TOP 5 grande tradition anglo saxonne) et par l'aquisition de raretés. Jusqu'au jour où il se fait plaquer et du coup remet ses priorités en question. Une impeccable comédie autour de personnages loosers on ne peut plus attachant.

 

Le plus meurtrier

Heavy Metal In Baghdad (2007) de Suroosh Alvi, Eddy Moretti



 

Récompensé dans plusieurs festivals autour de la planète, Heavy Metal In Baghdad est un formidable plaidoyer pour la liberté d'expression. Les réalisateurs suivent sur plusieurs années la difficile survie de Acrassicauda, groupe de metal irakien. Quatre fans de metal essaient de donner vie à leur passion dans une Irak en guerre où le simple fait de porter un t-shirt de Metallica et les cheveux longs est perçu comme blasphématoire. Après un unique concert à Bagdad (pour lequel ils sont forcés d'écrire un titre à la gloire de Saddam Hussein), ils se réfugient en Syrie où leur situation est loin de s'améliorer. Ce documentaire a touché de nombreux musiciens occidentaux qui ont du coup chercher à aider Acrassicauda. Bien plus qu'un énième film sur l'Irak.

 

Le plus série télé

NOFX "Backstage Passport" (2008)



 

Alors que l'on pensait ne plus pouvoir être surpris par la bande à  Fat Mike, NOFX décide de lancer sa propre série télé. Et pas n'importe laquelle : un reality show qui le suit là  où peu de groupes de sa notoriété osent poser les pieds (Corée du Nord et du Sud, Chine, Colombie, Amérique du Sud, Russie..). Le tout sans censurer une once de son sens de la provoc. Pas question de faire de la télé formatée, Fat Mike ne se refuse rien. Ni le bondage dans un club de Tokyo, ni l'inhalation de drogues étranges à Singapour, ni les disputes entre musiciens, les prises de tête avec les fans, les bagarres, les menaces de mort en Colombie, les annulations de shows à l'autre bout du monde, les altercations avec la police. Jouissif. Une suite est parue en 2016.

 

Le plus crétin
Wayne's World (1992) de Penelope Spheeris

 

 

Le duo le plus crétin aperçu dans un film rock. Mike Myers et Dana Carvey, transfuges du Saturday Night Live, sont deux adolescents férus de hard rock. Ils ont transformé leur cave en studio pour la diffusion d'une émission musicale diffusée localement. Débile mais tellement drôle.

 

Musiquemag

 

Mais aussi : Easy Rider, The Blues Brothers, The Runaways, Lemmy The Movie, Green Room, Singles, The Rocky Horror Picture Show, Phantom Of the Paradise, Tommy, Pink Floyd The Wall, Sugar Man, Still Crazy, Pearl Jam 20, Once, Rock Academy, Foo Fighters Back and Forth, Marley mais aussi U2 Rattle and Hum, Joe Strummer : The Future is Unwritten, Killing Bono,Good Morning England, Descendents, Diesel, detroit Rock City,  ...

 

Wayne s world



Par Olivier Portnoi 11 commentaires


Derniers commentaires
Par Ziane il y a 2 mois
Phrase extraite de la critique du film "The Story of Anvil"
Des histoires de "loose" comme celle ci, il en existe des centaines.
Lorsqu'on parle des films sur le "rock" la moindre des choses est de maitriser un tant soit peu la langue anglaise.
De grâce, vérifiez pour une fois l'orthographe de "lose".Ce mot qui vient du verbe "to lose" (perdre)a pour nom "loss"(perte) et se conjugue ainsi : to lose ==> lost, lost (verbe irrégulier).
"Loose"est un adjectif qui signifie: lâche (objet), ample (vêtement), desserré (lacet, corde, nœud), vague (propos, idée), etc.
Donc on écrit "loser" pour un(e) perdant(e)et non pas "looser"
Que faisiez-vous pendant vos cours d'anglais? Vous rêvassiez?

Répondre
-
voter voter


Par Ziane il y a 2 mois
Lorsqu'on parle des films sur le "rock" la moindre des choses est de maitriser un tant soit peu la langue anglaise.
De grâce, vérifiez pour une fois l'orthographe de "lose".Ce mot qui vient du verbe "to lose" (perdre)a pour nom "loss"(perte) et se conjugue ainsi : to lose ==> lost, lost (verbe irrégulier).
"Loose"est un adjectif qui signifie: lâche (objet), ample (vêtement), desserré (lacet, corde, nœud), vague (propos, idée), etc.
Que faisiez-vous pendant vos cours d'anglais? Vous rêvassiez?

Répondre
-
voter voter


Par MotherPoker il y a 2 mois
Très bon classement, je ne les ai pas tous vu, il m'en manque 3 ou 4, alors je vais m'y atteler!!! Mes coups de cœur: Wayne's World, bien sûr, Pink Floyd - The Wall et Pearl Jam 20. Aussi d'accord avec Steph concernant Airheads: Radio Rebels, à voir pour ceux qui ont aimé Wayne's World et Tenacious D.
Répondre
-
voter voter


Par steph276643 il y a 2 mois
il manque airheads ou radio rebels en français.
un groupe en otage une radio pour passer sa demo et bien ça par en situation complètement crétines.

Répondre
-
voter voter


Par Jack Burton il y a 2 mois
Hey Oli, tu as oublié The Commitments ! Le plus Irish. Un musa. Et moins nécessaire le gentil That thing you do, de Tom Hanks, le plus 60's... Biz
Répondre
-
voter voter


Par Boumako il y a 2 mois
Bonsoir,
Je vois que vous ne parlez pas de Phantom of the Paradise dans ce classement!
Un grand film rock, un très grand film tout court.

Répondre
-
voter voter


Par guilbo il y a 2 mois
Stanislas au Japon a écrit:Remarque: le film "Tenacious D Pick Of Destiny" est intitulé "Le médiator du destin" en français. Il faudrait voir à creuser votre sujet, les copains, sans parler des fôtes d'orthographe qui émaillent le texte. Ça ne fait pas très pro, tout ça.

C'est pas "le plectre de l'enfer"??

Répondre
-
voter voter


Par postman il y a 2 mois
Tout ceci est évidemmen très subjectif mais Rock Academy méritait sa place ...
Une tuerie !

Répondre
-
voter voter


Par Stanislas au Japon il y a 2 mois
Remarque: le film "Tenacious D Pick Of Destiny" est intitulé "Le médiator du destin" en français. Il faudrait voir à creuser votre sujet, les copains, sans parler des fôtes d'orthographe qui émaillent le texte. Ça ne fait pas très pro, tout ça.
Répondre
-
voter voter


Par Goerge il y a 2 mois
Il cite Singles dans le texte d'Almost Famous. Vu que c'est le même réalisateur, ils ont certainement dû faire un choix entre les deux.
Répondre
-
voter voter


>> Voir les 11 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*




Musiquemag

Les dernières news

Vidéos à ne pas manquer

Jeux Concours

Newsletter FilmsActu


Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2017 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.