FilmsActu.com



Test DVD : Paris brûle-t-il ?

Test DVD Paris brûle-t-il ? Alain Delon, Jean-Paul Belmondo, Yves Montand, Michel Piccoli, Claude Rich, Daniel Gélin, Bruno Cremer, Jean-Pierre Cassel, Simone Signoret, Charles Boyer, Leslie Caron, Kirk Douglas, Glenn Ford, George Chakiris, Anthony Perkins, Robert Stack, Orson Welles, ils sont tous là. Paris brûle-t-il ? était attendu comme le Messie en DVD par les cinéphiles et c’est désormais chose faite grâce à Paramount. Accompagnée de suppléments aussi didactiques qu’indispensables et magnifiquement illustrés par des documents, archives et photos livrées par la veuve de René Clément, cette édition 2 DVD réjouira les amateurs de ce grand classique franco-hollywoodien au budget pharaonique de 6 millions de dollars de l’époque (soit environ 80 millions d’euros aujourd’hui) qui avait attiré près de 5 millions de spectateurs dans les salles en 1966. Disponible à la vente le 24 août 2011, découvrez le test de l’édition double DVD de Paris brûle-t-il ? via une critique Image, Son et Bonus.


Test DVD Paris brûle-t-il ?



Par Sabrina Piazzi 5 commentaires


Image : 8/20
La séquence d'ouverture de la visite de Von Choltitz à Hitler est marquée par quelques scories, points et scratchs qui font d'abord un peu peur quant à la propreté de la copie. L'image est très claire, les blancs diaphanes dénaturent quelque peu les détails sur les gros plans, le grain est plutôt important, mais les noirs sont denses et le N&B plutôt tranché. Il faut attendre le générique du film pour que ce master français au format 2.20 trouve enfin un équilibre fort convenable avec un relief plus apparent, des détails plus creusés, tandis que le grain et les fourmillements s'atténuent. La belle photo lumineuse du chef opérateur Marcel Grignon (Cent mille dollars au soleil, Un taxi pour Tobrouk) est idéalement restituée, appuyant la clarté caractéristique de la chaleur de plomb qui régnait à Paris en août 1944, redonnant aux séquences sombres une densité souvent absente lors des passages du film à la télévision. Les contrastes sont fermes et bien gérés, les plans rapprochés sont vraiment superbes, le piqué affûté sur les nombreux gros plans et les images d'archives se mêlent au film de manière homogène, même si elles sont évidemment abîmées et plus spongieuses. Alors même si la définition de certaines scènes est plus altérée (par exemple les fusillés de la cascade), et que quelques points blancs et des rayures verticales ont réussi à passer à travers les mailles de la restauration, cette édition DVD ne déçoit jamais. L'attente a été longue et les cinéphiles sont joliment récompensés.

Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?

Son : 9/20
Paris brûle-t-il ? est une production internationale où les comédiens américains donnent la réplique aux acteurs français. La question qui se pose alors est, quelle est la version officielle ? En effet, dans une séquence Pierre Vaneck peut s'entretenir avec Claude Rich en français (sur la version française) et peut l'instant d'après parler anglais avec Kirk Douglas (en version anglaise). Même si revoir le film en français dans son intégralité est plutôt agréable (les doublages des acteurs anglo-saxons sont excellents), le mieux que l'on puisse faire est en fait de jongler entre les deux pistes française et anglaise proposées par l'éditeur. Ainsi, dès que les comédiens français conversent entre eux, optez évidemment pour la langue de Molière, mais sélectionnez la piste anglaise dès qu'un acteur anglo-saxon paraît à l'écran puisque les scènes ont été tournées dans cette langue. Le film vous semblera ainsi plus naturel. Du point de vue technique, les versions acoustiques proposées sont superbes, royalement restaurées, alternant les séquences au silence glaçant (aucun souffle intempestif n'est à déplorer) aux scènes d'affrontement ardentes et dynamiques. Les voix sont claires, bien que sensiblement nasillardes, les mixages sont nets et précis, le célèbre thème composé par Maurice Jarre est superbement mis en valeur. En revanche, la version anglaise est beaucoup plus généreuse en terme d'effets, de profondeur, de relief et d'éclat. Son homologue française apparaît plus couverte et la musique est moins dynamique. Notons que l'éditeur joint également les sous-titres français pour sourds et malentendants.

Paris brûle-t-il ?

Bonus : 9/20
A ) Les Secrets du tournage

Claude Rich (13min38)
Interprétant le Général Leclerc et l'officier Pierre de La Fouchardière, Claude Rich partage ici de nombreuses anecdotes liées au tournage de Paris brûle-t-il ?. Le grand comédien français se souvient de son arrivée sur le film et de sa collaboration avec René Clément qui lui avait offert d'abord le rôle de Pierre de La Fouchardière. C'est par hasard, en essayant une fausse moustache et un képi qui traînaient dans la loge maquillage, que Claude Rich se voit engagé pour interpréter également le rôle du Général Leclerc, rôle que le réalisateur avait du mal à distribuer car il ne trouvait pas de comédien ressemblant au personnage. L'acteur réalise donc une double performance dans le film mais se voit doublé pour son interprétation de Leclerc, sa voix ayant été jugée trop juvénile pour le personnage. Claude Rich en vient ensuite à sa préparation, explique par exemple comment il a adopté la posture du Général sur les conseils du frère de ce dernier, en dépit du désaveu du reste de la famille de Philippe François Marie, comte de Hauteclocque (vrai nom du Général, Leclerc étant son nom de résistant) qui ne voulait pas qu'on le représente dans le film. Quelques photos de tournage viennent illustrer cet entretien passionnant, bourré d'humour et de verve, mais aussi d'émotion quand Claude Rich se remémore la Libération de Paris qu'il a connu, il avait alors 16 ans à l'époque.

Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?
Michel Wyn, assistant réalisateur (37min18)
Ayant officié principalement à la télévision (La Demoiselle d'Avignon en 1972), le réalisateur Michel Wyn a également été l'assistant de Christian-Jaque sur La Tulipe noire, Henri Verneuil sur Le Président, et surtout de René Clément sur Paris brûle-t-il ? . Richement légendé d'archives, d'extraits de scénario, de correspondances et de dessins de travail, cet entretien riche et captivant en dit long sur la préparation et le tournage du film de René Clément. Engagé en tant qu'assistant réalisateur au même titre qu'Yves Boisset, Michel Wyn se souvient de la mise en route du film (qui a découlé du succès du Jour le plus long), des tensions constantes entre René Clément (soucieux de l'authenticité du film) et le producteur Paul Graetz (qui désirait plutôt une épopée à la Darryl F. Zanuck avec de nombreuses séquences de batailles), des séances d'écriture entre Francis Ford Coppola et Gore Vidal (scénaristes du film). Michel Wyn croise ensuite habilement le fond et la forme de Paris brûle-t-il ?, insiste sur le côté psychologique de l'entreprise et la complexité véridique des personnages représentés à l'écran (les communistes obligés de s'allier aux gaullistes dans la Résistance). Enfin, notre interlocuteur passe en revue le casting ahurissant du film et dresse un portrait sincère et sans langue de bois de René Clément, "un homme peu amical, plutôt imbu de son talent, un véritable tueur, menant souvent la vie dure aux acteurs souverains sur le tournage mais qui avait longuement hésité à réaliser Paris brûle-t-il ? puisqu'il n'avait aucun regard définitif ni sur le scénario ni sur le casting et le montage, production Paramount oblige". D'anecdote en anecdote sur le tournage hors normes, Michel Wyn propose ici un long et passionnant retour sur le chef d'oeuvre de René Clément.

Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?

B ) Le Contexte historique

Dominique Lapierre, co-auteur du livre Paris brûle t-il ? (30min27)
Egalement auteur du célèbre best-seller La Cité de la joie (adaptée au cinéma en 1992 par Roland Joffé), Dominique Lapierre a surtout co-écrit Paris brûle-t-il ? avec Larry Collins en 1965, oeuvre vendue à 20 millions d'exemplaires qui a fait l'objet de trente traductions. A travers un entretien téléphonique illustré de nombreuses archives, Dominique Lapierre revient sur ses enquêtes menées durant trois ans et celles menées par son collaborateur américain (journaliste pour le magazine Newsweek) qui ont ensuite débouché sur le récit Paris brûle-t-il ?. Notre interlocuteur nous fait part de leurs découvertes, des témoignages recueillis (dont celui du véritable Général Dietrich von Choltitz qui s'est entièrement livré à eux dans sa retraite de Baden-Baden), replace l'histoire dans son contexte en évoquant les grands noms figurant dans le récit, fait part de ses souvenirs personnels liés à la Libération de Paris (il avait 13 ans à l'époque) et clôt cet entretien en parlant de l'adaptation cinématographique de son roman. Même si certains propos ont tendance à paraphraser les évènements mis en scène dans le film de René Clément, Dominique Lapierre donne une furieuse envie de lire ou de relire son récit disponible chez Robert Laffont et Pocket.

Paris brûle-t-il ?

Vladimir Trouplin, conservateur du musée de l'Ordre de la Libération de Paris (53min27)
A travers dix modules, Vladimir Trouplin nous propose un exposé exhaustif, attachant et brillant sur le contexte de la Libération de Paris. Ces dix parties sont ainsi réparties, Von Choltitz (9min02), Le rôle de Nordling (3min07), Le Conseil national de la Résistance (7min48), Les fusillés de la cascade (2min36), L'insurrection (9min49), Le point de vue américain (4min10), La Deuxième Division Blindée (4min01), La Libération (9min52), La fin de la guerre (1min36), Un film gaulliste ? (2min46). Chacun de ces segments est encore une fois abondamment enrichi par des photos des personnages cités, met en parallèle le film, le roman et le film de René Clément, approfondit l'histoire de certains protagonistes (Von Choltitz notamment) et moments clés (la prise de la Préfecture de Paris, la grève de la police) évoqués dans Paris brûle-t-il ? (les tensions entre gaullistes et communistes unis dans la Résistance). Ne loupez pas en particulier le segment intitulé La Fin de la guerre où Vladimir Trouplin évoque un épisode méconnu de l'histoire de la Libération de Paris. En effet, si Paris a été libéré, la guerre n'est pas terminée (elle durera encore huit mois) et la capitale française a même subi des bombardements de la Luftwaffe le soir du célèbre défilé de De Gaulle sur les Champs-Elysées (le 26 août 1944) ayant entraîné la mort de 500 parisiens. Enfin, Vladimir Trouplin revient sur une polémique récurrente sur le film de René Clément, accusé d'avoir réalisé un film gaulliste. Le conservateur du musée de l'Ordre de la Libération de Paris explique pourtant que les divergences stratégiques sont bien représentées dans le film entre communistes et gaullistes, bien que notre interlocuteur avoue que la violence populaire a été quelque peu édulcorée et que le film fait l'impasse totale sur les violences affligées aux femmes.

Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?

C ) Le film dans l'OEuvre de René Clément (31min53)


Denitza Bantcheva avait déjà parlé du cinéma de René Clément dans le documentaire rétrospectif consacré au film Les Maudits (lire notre test). Auteure d'un ouvrage sur le cinéaste, elle propose cette fois encore une étude minutieuse et approfondie de Paris brûle-t-il ? en croisant le fond (concilier les exigences des gaullistes et des communistes) et la forme (les partis-pris esthétiques, les effets de lumière), le tout étant illustré par des dessins préparatoires réalisés par René Clément lui-même. Si certains propos n'évitent pas la redondance avec tout ce qui a déjà été entendu dans les segments précédents, Denitza Bantcheva est tout aussi brillante que ses prédécesseurs et livre ici de nombreux secrets sur la conception du film de René Clément, le réalisateur français le plus couvert de prix à l'époque, conspué par les jeunes critiques de la Nouvelle Vague, récompensé par deux Oscars du meilleur film étranger. Notre interlocutrice explique l'arrivée aux commandes de René Clément sur cette énorme production internationale et insiste sur le fait que, s'il n'est pas pour elle un chef d'oeuvre dans la filmographie du réalisateur, Paris brûle-t-il ? demeure un cas sans précédent et sans équivalent d'épopée historique dans le cinéma français. Avec sincérité, Denitza Bantcheva déclare que le film n'est pas exempt de défauts mais qu'il a néanmoins mieux vieilli que d'autres productions hollywoodiennes du même genre comme Le Jour le plus long. Finalement, on ne regrette qu'une seule chose, c'est que Denitza Bantcheva n'ait pas commenté le film dans son intégralité tant ses propos et anecdotes se révèlent précieux.

Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?Paris brûle-t-il ?

À voir aussi
Les Maudits
9 Il Faut Sauver le soldat Ryan
1 La Ligne Rouge
1 Les Femmes de l'ombre

Derniers commentaires
Par Portier Michel il y a 7 an(s)
Je viens d'acquérir le DVD dit collector de "Paris brûle-il ?". Quelle fut ma déception en découvrant les premières images du film : images granuleuses, brûlées et sans aucun contraste. Je me suis précipité assez vite à la fin du film et j'ai découvert avec horreur que les plans de Paris en vues aériennes avaient des couleurs délavées et là encore pas très nettes. Un comble ! Ces plans ont été tournés en 70 mm (format 2.20). Nous avons donc droit - au prix fort - à un DVD désastreux (même si les bonus doivent être très intéressants). On est loin (à des années lumières même !) de la qualité de restaurations de films tels que "Lawrence d'Arabie" ou de "Cléopâtre" (tous deux il est vrai avec des images somptueuses tournées en 70 mm). De plus dans l'édition de chez la Paramount avec "Paris brûle-t-il ?", il manque honteusement la musique d'ouverture du film. Le film a bénéficié à sa sortie en salles de copies 70 mm (c'est-à-dire une image gonflée pour les images en scope noir et blanc et en véritable 70 mm pour le générique de fin en couleurs). Le son était donc en six pistes magnétiques (même si ce ne devait pas être le meilleur des sons stéréo de l'époque). Avec le DVD, nous avons droit à un son mono. Bravo !
Répondre
-
voter voter


Par Portier Michel il y a 7 an(s)
Je viens d'acquérir le DVD dit collector de "Paris brûle-il ?". Quelle fut ma déception en découvrant les premières images du film : images granuleuses, brûlées et sans aucun contraste. Je me suis précipité assez vite à la fin du film et j'ai découvert avec horreur que les plans de Paris en vues aériennes avaient des couleurs délavées et là encore pas très nettes. Un comble ! Ces plans ont été tournés en 70 mm (format 2.20). Nous avons donc droit - au prix fort - à un DVD désastreux (même si les bonus doivent très intéressants). On est loin (à des années lumières même !) de la qualité de restaurations de films tels que "Lawrence d'Arabie" ou de "Cléopâtre" (tous deux il est vrai avec des images somptueuses tournées en 70 mm). De plus dans l'édition de chez la Paramount avec "Paris brûle-t-il ?", il manque honteusement la musique d'ouverture du film. Le film a bénéficié à sa sortie en salles de copies 70 mm (c'est-à-dire une image gonflée pour les images en scope noir et blanc et en véritable 70 mm pour le générique de fin en couleurs). Le son était donc en six pistes magnétiques (même si ce ne devait pas être le meilleur des sons stéréo de l'époque). Avec le DVD, nous avons droit à un son mono. Bravo !
Répondre
-
voter voter


Par Denis_48 il y a 7 an(s)
N'importe quoi ! On s'attendait enfin à pouvoir profiter de ce film dans sa VRAIE version originale, ou les personnages parlent leur langue respective, comme dans le Jour le plus long.
Répondre
-
voter voter


Par Kralik il y a 7 an(s)
J'ai le souvenir d'une version où les acteurs parlaient tous leur langue originale (sous-titres pour les acteurs anglo-saxons et les allemands): oui, cette sortie (enfin !) fait plaisir, mais cette restriction gâche quelque peu notre plaisir.
Répondre
-
voter voter


Par JM il y a 7 an(s)
Pour la langue, n'y a-t-il donc pas un moyen de voir le film où les acteurs parlent dans leurs langues d'origine (comme dans 'Le Jour le plus Long' (1962)) sans changer de piste à la volée ?
C'est n'importe quoi comme méthode de lecture.

Répondre
-
voter voter


>> Voir les 5 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*




Paris brûle-t-il ?
Paris brûle-t-il ?
Sortie : 24 Août 2011
Éditeur : Paramount Home Entertainment

Les dernières news

Vidéos à ne pas manquer

Newsletter FilmsActu


Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2019 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.