FilmsActu.com



The Hobbit : une Critique Inattendue

Notre avis
7 10 Irréprochable artistiquement, surpassant même sur ce point la trilogie LOTR, The Hobbit n'en demeure pas moins frustrant dans sa narration, se posant clairement comme la première partie d'une trilogie, ce qui en fait aujourd'hui sa faiblesse et probablement, demain, son incommensurable force. Découvrez ci-dessous notre critique de The Hobbit : Un Voyage Inattendu.

Le Hobbit : Un Voyage Inattendu - Critique du film

Le Hobbit : Un Voyage Inattendu - Critique (2012)


NB : la projection presse à laquelle l'auteur de ces lignes a assisté était en 3D 24fps VO. Il ne pourra donc pas donner son avis sur la technologie HFR. Ni sur la VF, mais ça, c'est quand même moins important …

 

Petit rappel des faits pour les trois du fond qui auraient loupé un épisode : Le Hobbit dont nous vous proposons la critique est un film adapté d'un roman écrit par de JRR Tolkien, qui sert de préquelle au Seigneur des Anneaux. Le livre (et par extension le film) nous raconte comment au cours d'une quête visant à tuer un terrible dragon, le vieux Bilbo – alors jeune - se retrouve en possession du fameux anneau de Sauron, qui va causer tant de problèmes à son neveu soixante ans plus tard. Prévu à la base pour être mis en boîte par Guillermo Del Toro (Hellboy, Le Labyrinthe de Pan), le Hobbit s'est retrouvé un peu par la force des choses entre les mains de Peter Jackson, déjà aux commandes de la trilogie du Seigneur des Anneaux. 11 ans après La Communauté de l'anneau, le réalisateur de King Kong s'offre donc un retour en Terre du Milieu à l'objectif double : replonger les fans de sa trilogie dans cet univers qu'ils ont tant aimé, et faire découvrir à un public plus jeune le monde de Tolkien. Car oui, à l'origine, Bilbo le Hobbit est un livre pour enfants. "Un livre qu'un père peut lire à son fils" disait même son auteur. L'adapter relevait donc du pari pour Jackson, qui prenait le risque de voir sa dernière réalisation présentée comme une version "édulcorée" de LOTR. C'est partiellement le cas … et c'est précisément ce qui fait la grande force du film.


Le Hobbit : Un Voyage Inattendu - Critique (2012) 

ARTISTIQUEMENT MAGISTRAL...

 

Peter Jackson le sait bien : chez tous les amateurs de fantasy, il y a un enfant qui sommeille. Sa dernière réalisation joue donc ouvertement la carte de l'émerveillement et de la découverte, en plaçant le spectateur à la place son personnage central, Bilbo, sorte de grand enfant plongé dans un monde d'adultes. Là où les hobbits du Seigneur des Anneaux semblaient écrasés par le monde extérieur (trop grand pour eux), Bilbo lui, plus espiègle, plus curieux, est en fascination constante devant cet énorme terrain de jeu. L'univers du film, que l'on connaissait pourtant par cœur, nous est donc présenté sous un angle assez inédit. Et l'on ne parle pas que des décors - plus magnifiques que jamais et sublimés par la mise en scène de Jackson - mais aussi de ces personnages, tous plus grands que nature puisque filmés du point de vue du "petit" Bilbo. On pense par exemple à Thorin Oakenshield (Richard Armitage, le digne successeur d'Aragorn), à Gandalf également, ainsi qu'à tous les ennemis disproportionnés (des gobelins, des trolls, des géants, des loups et des araignées énormes) qui vont croiser la route de notre compagnie. Mieux : à l'instar de ce qu'il avait pu faire dans King Kong, Jackson exploite ici pleinement ses environnements dans les séquences musclées de son film (le passage dans les montagnes par exemple, absolument magistral) chose trop rarement faite dans LOTR. D'un point de vue purement artistique, on frôle donc le sans-faute. Hélas, difficile d'en dire autant du scénario.

 

mais INSEPARABLE DE SA TRILOGIE

 

En fait, le principal défaut de The Hobbit est de ne pouvoir absolument pas fonctionner en dehors de son statut d'introduction à une nouvelle trilogie. Sur 2h45 de film, on aura donc droit à un premier acte beaucoup trop long/lent (d'environ une heure), puis à une succession de péripéties au déroulement somme toute assez linéaire, entrecoupées ça et là par des tunnels de dialogues pas toujours folichons, qui flirtent parfois le fan-service inutile (la séquence d'introduction à Hobbitbourg, la grande réunion à Fondcombe…). Pas toujours très rythmé, le film ne décollera vraiment que lorsque les actions seront menées en parallèle, comme c'était le cas dans la majeure partie du Seigneur des Anneaux. Certes, il s'agit là d'une introduction dont le but est essentiellement de nous présenter les personnages de l'histoire et leurs motivations. Mais cette caractérisation se fait clairement au détriment du rythme du film, dont les véritables pics émotionnels ne pointeront le bout de leur nez que dans les dernières bobines. The Hobbit : Un Voyage Inattendu nous aura donc laissé sur notre faim.

Le Hobbit : Un Voyage Inattendu - Critique (2012)

 

Dès lors, on peut se poser la question : est ce que le principal défaut de The Hobbit ne serait pas de passer après Le Seigneur des Anneaux ? En choisissant de jouer la carte de la continuité (même réalisateur, mêmes comédiens, même musique), les producteurs de The Hobbit ont pris le risque de la comparaison directe avec la précédente trilogie Tolkien, dont la première partie était à nos yeux autrement plus aboutie. Sans faire de la critique-fiction, on ne peut s'empêcher de se demander ce qu'aurait donné ce film entre les mains d'un autre metteur en scène (Del Toro par exemple, dont on sent par moment l'influence) qui aurait sans doute  apporté des choses nouvelles à cet univers. D'autant qu'il nous a semblé – et il s'agit là d'une opinion très subjective et peut-être totalement erronée – que Peter Jackson n'était pas autant intéressé par les personnages de The Hobbit que par ceux de Lord of the Rings. Jamais nous n'aurons ressenti la même empathie pour Bilbo que pour Frodo et ses amis Sam, Merry et Pippin. Il y avait, dans LOTR, une espèce de fascination du réalisateur pour ses personnages centraux – fascination quasi-amoureuse - qui frôlait parfois le too-much, mais qui témoignait d'une sincérité extrême de la part de Jackson. Ici, on a l'impression que le réalisateur kiwi se "force à aimer" Bilbo et cette compagnie de nains, qui malgré un capital sympathie énorme, ne nous aura pas autant touché que la communauté de l'anneau. Néanmoins, voyons le bon côté des choses : l'émotion revenant dans les 10 dernière minutes du film, on peut raisonnablement supposer que les deux prochains opus,  seront plus forts de ce point de vue-là. Un peu comme le furent les Deux Tours et Le Retour du roi …

 


Suivez l'actu cinéma en temps réel sur Twitter, Facebook & Youtube !

Par Michèle Bori 15 commentaires


À voir aussi
9 The Hobbit : les premières critiques sur le HFR sont tombées ...
The Hobbit : Une featurette de 13 minutes !

Derniers commentaires
Par Kaza il y a 4 an(s)
"D'un point de vue purement artistique, on frôle donc le sans-faute. Hélas, difficile d'en dire autant du scénario." tu en déduis qu'un scénariste n'est pas artiste?
Répondre
-
voter voter


Par altair102009 il y a 5 an(s)
magnifique film histoire car c'est le calme avant la tempête un conseil il faut prendre comme une histoire a part relie tous les événements futurs qui précède la guerre de l'anneau il est fidèle a l'histoire et il respecte l'histoire du livre et quelle bonne idée d'avoir repris les appendices pour nous faire vivre le moment important et peter connait mieux l'histoire de la terre du milieu et et les deux autres films suivants risque d'être très bon et on s'attache vite au personnage les combats sont biens faits et la musique est vraiment géniale
Répondre
-
voter voter


Par Azog il y a 6 an(s)
Le Hobbit est un magnifique film. 2h45 de magnifiques images à la hauteur des paysages présentés dans le Seigneur des Anneaux. De même pour la bande son absolument magnifique. De plus les acteurs sont à la hauteur et nous permettent de passer 3 agréables heures. Par contre le titre du film est mal choisi. En effet le scénario devient du grand n'importe quoi, avec de nombreux ajouts/digressions génantes. Je ne parle pas des scènes de l'arrivée de Smaug, ou encore d'Azanulbizar, qui apportent un complément d'information sympathique (surtout que ça en jette au niveau visuel). Mais des histoires annexent qui se sont greffées au scénario : la troupe d'orc poursuivant la compagnie avant Imladris, la bataille de géants de pierre. Voire des personnages morts depuis longtemps qui réapparaissent comme Azog mort depuis 142 ans, tué par Daïn. Ou même le nazgul qui n'a rien à faire à Dol Guldur. Mais bon le summum est atteint par le ridicule des personnages et des répliques (inventées pour le film apparemment). Le Hobbit est certes un conte, gentillet, et créé pour des enfants. Mais cela ne se remarque que par une légèreté dans l'écriture. Dans le film les nains semblent être tous des lourdaux limités. Et Radagast est particulièrement ridicule, alors qu'il est un Maiar (un Dieu), donc se place dans la hiérarchie au dessus même des Elfes en savoir/connaissances/etc... Voilà donc un très bon moment passé pour les yeux, mais faut réfléchir au scénario, sinon c'est assez affligeant.
Répondre
-
voter voter


Par Azog il y a 6 an(s)
Le Hobbit est un magnifique film. 2h45 de magnifiques images à la hauteur des paysages présentés dans le Seigneur des Anneaux. De même pour la bande son absolument magnifique. De plus les acteurs sont à la hauteur et nous permettent de passer 3 agréables heures. Par contre le titre du film est mal choisi. En effet le scénario devient du grand n'importe quoi, avec de nombreux ajouts/digressions génantes. Je ne parle pas des scènes de l'arrivée de Smaug, ou encore d'Azanulbizar, qui apportent un complément d'information sympathique (surtout que ça en jette au niveau visuel). Mais des histoires annexent qui se sont greffées au scénario : la troupe d'orc poursuivant la compagnie avant Imladris, la bataille de géants de pierre. Voire des personnages morts depuis longtemps qui réapparaissent comme Azog mort depuis 142 ans, tué par Daïn. Ou même le nazgul qui n'a rien à faire à Dol Guldur. Mais bon le summum est atteint par le ridicule des personnages et des répliques (inventées pour le film apparemment). Le Hobbit est certes un conte, gentillet, et créé pour des enfants. Mais cela ne se remarque que par une légèreté dans l'écriture. Dans le film les nains semblent être tous des lourdaux limités. Et Radagast est particulièrement ridicule, alors qu'il est un Maiar (un Dieu), donc se place dans la hiérarchie au dessus même des Elfes en savoir/connaissances/etc... Voilà donc un très bon moment passé pour les yeux, mais faut réfléchir au scénario, sinon c'est assez affligeant.
Répondre
-
voter voter


Par l'ouvreur il y a 6 an(s)
"Dans un trou, vivait un hobbit".
Une critique en demi-teinte du film sur notre site, qui rejoint ce point de vue!
http://louvreur.com/2012/12/19/in-a-hole-lived-a-hobbit-retour-sur-the-hobbit-de-peter-jackson/

Répondre
-
voter voter


Par Humanoïde il y a 6 an(s)
L'introduction dans le film "The Hobbit" est indispensable et nécessaire.
Peter Jackson n'utilise pas uniquement la référence de Bilbo le hobbit comme base du film.
Il prend des passages dans les bouquins annexes que peu de gens auraient le courage de lire que sont: le Silmarilion, les contes et légendes inachevées age I, II et III.
Ces derniers reprennent les évènements antérieures et directement liés à Bilbo et à LOTR.
Long la première partie? sur la totalité de la trilogie, c'est une mise en bouche et une préparation à l'émerveillement (la Comté, Cul de sac, Fondcombe, le paysage au film).
Comparer LOTR et the Hobbit est une erreur de jugement. Ces films font partie du même univers mais sont différents dans la retranscription de l'imaginaire. Ce n'est pas destiné au même public ( Ici, the Hobbit se destine à un public plus large).
Peter Jackson se "forcer" à aimer The Hobbit? Non, il veut maximiser l'âme du livre dans le film.
Si les gens se contentent de films vite fait, vite venu; sans introduction, sans pause humoristique, uniquement de l'action et de la violence: autant ne produire que des nanards survitaminés!
Le film the hobbit aura tout son potentiel quand la totalité de la trilogie sera fini.

Répondre
-
voter voter


Par PioT il y a 6 an(s)
candelicious a écrit:the hobbit debut d une lignee tlotr sans defaut, apparait pour les vrai fan de tolkien et jackon comme un echec,une profonde deception...

Qui êtes vous pour parler au nom des vrais fans ? Vous avez tout à fait le droit de ne pas avoir apprécier ce film mais ne généralisez pas votre cas.
A vous lire il apparaît que vous n'ayez pas lu Tolkien ni vraiment suivi le film.
Pour vous éclaircir un petit peu voici quelques pistes...
1) Le Nécromancien n'est pas une invention de Jackson. Son nom est même évoqué dans l'œuvre de Tolkien. Il n'y a certes pas la scène du film mais c'est une façon comme une autre d'en parler. Quant à qui il est vraiment, si vous n'avez pas saisi, je crois que je ne peux rien faire pour vous.
2) Sébastien... Il est juste là pour rappeler l'empathie de Radagast envers les animaux. Ne connaissiez vous pas ce léger détail pourtant très caractéristique de cet Istari ?
3) Pourquoi le nain n'aime pas les elfes ? Je pense que vous avez loupé le début du film. Il y a une petite bataille dans laquelle le père de ce nain est tué, ainsi que quelques centaines voire milliers de ses congénères, sous les yeux des elfes qui préfèrent rentrer gentiment chez eux. Si après ça vous ne comprenez pas son animosité envers les elfes...

Je m'arrête là.

Répondre
-
voter voter


Par PioT il y a 6 an(s)
candelicious a écrit:the hobbit debut d une lignee tlotr sans defaut, apparait pour les vrai fan de tolkien et jackon comme un echec,une profonde deception...

Qui êtes vous pour parler au nom des vrais fans ? Vous avez tout à fait le droit de ne pas avoir apprécier ce film mais ne généralisez pas votre cas.
A vous lire il apparaît que vous n'ayez pas lu Tolkien ni vraiment suivi le film.
Pour vous éclaircir un petit peu voici quelques pistes...
1) Le Nécromancien n'est pas une invention de Jackson. Son nom est même évoqué dans l'œuvre de Tolkien. Il n'y a certes pas la scène du film mais c'est une façon comme une autre d'en parler. Quant à qui il est vraiment, si vous n'avez pas saisi, je crois que je ne peux rien faire pour vous.
2) Sébastien... Il est juste là pour rappeler l'empathie de Radagast envers les animaux. Ne connaissiez vous pas ce léger détail pourtant très caractéristique de cet Istari ?
3) Pourquoi le nain n'aime pas les elfes ? Je pense que vous avez loupé le début du film. Il y a une petite bataille dans laquelle le père de ce nain est tué, ainsi que quelques centaines voire milliers de ses congénères, sous les yeux des elfes qui préfèrent rentrer gentiment chez eux. Si après ça vous ne comprenez pas son animosité envers les elfes...

Je m'arrête là.

Répondre
-
voter voter


Par candelicious il y a 6 an(s)
the hobbit debut d une lignee tlotr sans defaut, apparait pour les vrai fan de tolkien et jackon comme un echec,une profonde deception...
Pourquoi une trilogie nimbee inventions farfelue insensées et inutil.
the hobbit aurai pu se dérouler en deux vollets max. la deception resulte des graphismes trop informatiques qui detruisent se sentiment si realiste que l on avait a comtempler tlotr. le maquillage des orcs et la sauvegarde des wargs aurait du etre respecté ainsi que le canon des personnages. Bien que certaine scene culte comme les enigmes ds le noir ou l entree des nains chez bilbo. the hobbit n est pas une histoire drole et bilbo n a pas le choix pourquoi tant d humour qu est ce que ce mechromencier ou sebastien et pourqoui thorin presente il une telle aversion envers les elfes. la musique representatives de lieu cultes aurai du etre plus travaillez ainsi que kelke details qui aurait fait sourire les mordu de tolkien(cadeau d 'anniversaire)... peter jackson jusque la doue de disernement pour le choix de ces acteur nous propose un bilbo arogant, neutre sans emotion (cet homme recite son texte ce n ai pas un hobbit, ni un sakay ni un took)beaucoup trop de details ont ete neglige c est dommage pour ceux qui attende se film depuis si longtemps, guiks accroche au monde de tolkien et dessus d'une telle fabrication pour attirer un public ignorant et superficiel car en effet ce film n etait doue d aucune profondeur ni finesse on a vu les couche se succeder et amticiper les repliques milieux d ojectif purement ingredientiel pour le festin d une audiance quantitaive maximal, mediatique et publicitaire.

Répondre
-
voter voter


Par Tilopa il y a 6 an(s)
Bonne critique, je l'ai vu hier soir et je ne peux m'empecher d'eprouver une certaine deception, du en partie a un manque de profondeur a mon avis, comparé au SDA. je n'ai pas trop aimé le coté "humoristique" du film. certaines repliques n'ont aucun interet ( du genre l'allusion au golf au debut ou la mort du roi orc). Alors d'accord c'est un conte pour enfant, moins philosophique que le SDA encore que...
je n'ai pas non plus aimé la ressemblance entre Thorin et Aragorn, on a tendance a oublier que Thorin est un nain puisqu'il n'en a pas l'apparence.il y a trop de passage mielleux limite moralisateur, qui n'apportent aucune valeur ajoutée au film.
Pourquoi en faire une trilogie ? pour le SDA c'etait largement justifié mais pour le Hobbit ?
En revanche j'ai adoré le passage avec les trolls et celui avec Gollum toujours aussi excellent.
alors voila , j'attendais beaucoup de ce film ( et dieu sait que j'ai adoré le livre) mais meme si c'est un bon divertissement malgré un depart laborieux ( faut justifier la trilogie !! ) mon impression finale est que Peter Jackson aurait pu faire tellement, mais tellement mieux. enfin ca fait plaisir de se retrouver avec les personnages de cette fabuleuse histoire.3 etoiles mais j'aurais adoré en mettre 5. snif

Répondre
-
voter voter


>> Voir les 15 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*




Le Hobbit : Un Voyage Inattendu

Les dernières news

Vidéos à ne pas manquer

Jeux Concours

Newsletter FilmsActu


Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2019 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.