FilmsActu.com

The Social Network

Le 29/09/2010 à 13:00
Par
Notre avis
10 10

Avec une filmo passionnante derrière lui, marquée par de nombreux grands films, dont les deux derniers, Zodiac et Benjamin Button s'imposaient comme deux grands classiques instantanés, David Fincher enchaîne sans reprendre son souffle avec aujourd'hui un drame écrit au cordeau, captant brillamment son époque comme peu de films n'ont su le faire ces dix dernières années. Le site Facebook n'est bien sûr qu'un prétexte ici : le sujet principal reste la destinée des protagonistes du film, tous de jeunes étudiants de génie ayant eu une idée en parfaite adéquation avec leur temps, un concept qui va générer l'explosion de leurs relations d'amitié, de travail ou de sexe, de manière constructive ou destructive. Porté par une réalisation faussement sobre mais ouvertement ultra complexe, The Social Network peut se targuer en plus d'une beauté visuelle rare, de dialogues passionnants et d'un rythme monopolisant l'attention du spectateur pendant deux heures non-stop. On assiste là à une sorte de condensé de thèmes multiples, abordés avec une maturité globale, soutenus sans cesse par un réalisateur au top de son inspiration, qui parvient de plus en plus à la fois à s'effacer derrière ses films et à y imprimer sa patte. Conséquence ultime : on sort de la salle avec une seule envie, celle d'y retourner tout de suite pour un second tour. C'est ce qu'on appelle un classique instantané, un film culte et même un petit chef d'œuvre.

Découvrez ci-dessous la critique de The Social Network


Critique The Social Network

Critique The Social Network

 

Avec Fight Club en 1999, David Fincher avait réussi à épingler les travers d'une société basée sur la consommation, le marketing et la dépendance, proposant une solution radicale à ces maux : celle de la destruction. Si Fight Club pourrait paraître de prime abord plus sombre que The Social Network, son issue "puérile" (allez, on fait tout péter !) le place néanmoins un large cran en dessous en terme de profondeur que celui qui nous intéresse aujourd'hui. Onze ans après, la peinture que dresse Fincher des mœurs régissant nos vies sociales se décline sur d'autres thèmes mais le discours garde le même fond, les travailleurs aliénés laissant leur place aux étudiants démarrant leur endoctrinement vers la course à la réussite. La différence se trouve dans la réponse donnée : ici, le seul moyen de se distinguer de la masse est de créer. Mark Zuckerberg est un créateur qui a entraîné en six ans pas moins de 500 millions de personnes derrière lui. Le phénomène social que ce simple étudiant d'Harvard a généré n'a pas vraiment d'équivalent sur un si court laps de temps dans l'histoire de l'Amérique, pays berceau de la culture aimant célébrer ceux qui réussissent et donc de toute une philosophie occidentale. Le sujet était parfait pour un film. Le site Facebook en lui-même n'est bien sûr qu'un prétexte. Car ce qui intéresse ici Fincher et son scénariste Aaron Sorkin est à la fois de raconter la consécration du jeune Mark Zuckerberg, d'étudier comment il se mit à "réellement exister", d'aborder les raisons d'un tel succès et de dépeindre notre époque grâce à cet ensemble. Les pions sont en place : il ne manquait plus que la forme.

 

Critique Critique The Social Network

 

The Social Network joue sur deux plans : traiter de l'addiction à la réussite et nous identifier à elle. Il est littéralement impossible de ne pas se reconnaître en ces jeunes étudiants qui ne commenceront à exister, même dans le film, qu'à travers leurs succès dans tous les domaines, professionnels ou sentimentaux (ou plutôt sexuels !). Le scénario écarte avec une impressionnante aisance le fardeau que représente le site lui-même, finalement quasiment absent à l'écran, tout en ne cessant de parler de lui. D'où est né le concept de Facebook ? D'un chagrin d'amour. A quel besoin répond facebook ? A cette envie innée que nous avons tous d'en savoir toujours plus sur la vie des autres. Quel a été la clé du succès du site dès son départ ? Savoir si les autres sont sexuellement disponibles ou non. Etcetera. The Social Network ne quitte jamais sa peinture d'une mentalité définissant notre époque, deux heures durant, mené tambour battant par de longs dialogues écrits au cordeau, accrochant notre attention au moindre mot, pour être simplement passionnant de bout en bout.

 

Critique Critique The Social Network

 

En termes de mise en scène, David Fincher continue sur sa voie tracée depuis Seven, mettant son savoir faire au service d'un modernisme venant puiser dans toutes les ressources que le cinéma peut proposer. Faussement sage et discrète, la réalisation de The Social Network en impose quant à sa beauté, aussi bien en termes de photographie que sur l'utilisation de la musique en passant par un montage en parfaite adéquation avec le propos du film et son rôle premier de divertissement. Fincher aime jouer avec les effets spéciaux, ce n'est pas un secret, et parvient encore plus à les rendre invisibles, à travers une reconstitution dont il est impossible de distinguer ce qui était "en dur" ou ce qui a été crée par ordinateur. L'exemple le plus frappant demeure en la présence de deux jumeaux pendant 50% du film, un seul et unique acteur ayant bien sûr prêté son visage alors que l'on y voit que du feu. Des petits artifices passant discrètement derrière un enchaînement de moments de grâce dans la mise en scène, que ce soit au détour d'un plan sur un bus scolaire résumant à lui seul la beauté du film, ou lors d'une parenthèse musicale illustrant une course d'aviron d'une puissance à couper le souffle, ou encore pour décrire en un seul et unique mouvement de caméra l'ambiance d'une boîte de nuit. Le talent de David Fincher n'est pas un scoop, mais il explose littéralement ici dans un condensé de pur cinéma sur tout juste deux heures alors que, paradoxalement, Fincher ne s'est jamais autant effacé derrière son sujet ou derrière ses acteurs (tous habités). La maturité de The Social Network imprègne littéralement tous ses aspects.

 

Critique Critique The Social Network

 

Passionnant de bout en bout, The Social Network excelle à la fois dans son registre de divertissement de haute volée et propose un tel niveau de détail, aussi bien artistique que thématique, qu'il pourra se revoir encore et encore pour être de plus en plus apprécié. C'est ce qu'on appelle un classique instantané, un film culte et même un petit chef d'œuvre.







À voir aussi
The Social Network : avis à chaud
01/01/1970, 01:00
The Social Network : un Blu-Ray pour le mois prochain ?
01/01/1970, 01:00
The Social Network : un trailer un peu spécial
01/01/1970, 01:00
SPOILER : The Social Network ne parlera pas vraiment de Facebook
01/01/1970, 01:00


Depuis 2007, FilmsActu couvre l'actualité des films et séries au cinéma, à la TV et sur toutes les plateformes.
Critiques, trailers, bandes-annonces, sorties vidéo, streaming...

Filmsactu est édité par Webedia
Réalisation Vitalyn

© 2007-2022  Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.