FilmsActu.com



Underwater - Un Cloverfield sous-marin qui en a dans le ventre ? - Critique

Notre avis
7 10 Tourné il y a presque 3 ans, Underwater a tardé à débarquer dans nos salles obscures. Mauvais signe ? On le pensait. Pourtant, cet ersatz sous-marin d’Alien est étonnamment plus que correct. Une série B de luxe qui s’offre un casting parfait, avec en tête une Kristen Stewart à la fois badass et à fleur de peau, qui n’a pas à rougir de la comparaison avec Ellen Ripley. Un début fracassant, un rythme effréné, des séquences d’action sous-marines rarement vues, des monstres flippants, une musique envoûtante et un climax qui renvoie directement à l’œuvre d’H.P. Lovecraft. Il n’y a rien à jeter dans Underwater, mais on regrette que son univers et ses personnages ne soient pas davantage développés.

Underwater

 

Dans les années 80, les deux premiers films Alien ont fait bien des émules. Des titres comme CréatureShocking Dark - Spectres à Venise, ou encore Alien Contamination, pour des films appartenant généralement au genre nanar, tendance navet.
 
Underwater
 
Mais avec le temps, les films de ce genre ce sont faits moins nombreux, et ils ont presque fini par nous manquer. En 2017, il y a bien eu Life, mais à vrai dire, on ne s’en souvient déjà plus. Underwater arrive donc à point nommé pour nous rassasier.
 
On a pensé très fort à Alien en découvrant sa bande-annonce et son pitch, mais ce sont finalement les deux premiers Cloverfield que nous a rappelé le film de William Eubank.
 
Underwater
 
Tout démarre par une explosion brutale dans une station sous-marine où des recherches scientifiques sont menées. Les 6 rescapés, désormais piégés à 20.000 lieues sous les mers, établissent rapidement que tout serait lié à une secousse sismique, et que pour survivre, ils vont devoir rejoindre une autre station sous-marine.
 
Le début d’un périple désespéré pour ces survivants, contraints de parcourir les fonds marins équipés de scaphandres faiblement chargés en oxygène (qui rappellent furieusement les armures des jeux Gears of War). Mais le temps et les éléments ne sont pas les seuls ennemis de nos protagonistes, qui vont rapidement s’apercevoir qu’ils ne sont pas seuls sous l'océan.
 
 
D’une durée de seulement 1h30, Underwater va à l’essentiel. Rythmé, habité par des héros bien moins clichés qu’il n’y parait (le fait d’avoir casté le très classe Vincent Cassel et le rigolo T.J. Miller aidant beaucoup) le film parvient à se hisser un cran au dessus de la plupart des péloches de type “environnement sombre et hostile + monstres d’origine inconnue” sorties ces dernières années.
 
Underwater
 
Et si parfois la confusion règne dans la pénombre des fonds marins (les premières rencontres avec les créatures sont assez peu démonstratives et lisibles) c’est uniquement parce que William Eubank adopte le point de vue de ses personnages, qui eux mêmes, peinent au départ à comprendre ce à quoi ils sont confrontés. 
 
Lorsque les choses s’éclaircissent pour les héros, elles deviennent également plus limpides pour le spectateur et le dernier tiers d’Underwater s’avère alors particulièrement spectaculaire et stressant. Pas de doute, le bonhomme sait filmer, et il parvient à donner aux abysses des allures de planète inconnue.
 
Sortie au cinéma le 8 janvier 2020. En VOD depuis le 8 mai 2020.



Underwater


Par 4 commentaires


Derniers commentaires
Par Thekiller il y a 2 mois
Ce film m'a beaucoup rappelé Alien Convenant dans le genre grosse chiasse.
Répondre
-
voter voter
1


Par MGSolid il y a 2 mois

likeSmall 37
J'ai bien apprécié le film. Stewart est très bien dans son rôle et je ne trouve pas que ce soit son but de faire du jump scare.
J'ai apprécié l'histoire, la seule déception c le truc gigantesque à la fin à la limite du serie Z et ça flingue le film. Une fin en mode alien le huitieme passsager aurait sublimé le film et l'avis final général.

Répondre
-
voter voter


Par voyageur du cinéma il y a 6 mois
Tu te trompe, d’ailleurs dans sa critique il a oublié de cité M.A.L. sortie en 1989 qui était...un Alien sous l’ocean.
Pour Underwater en revanche se n’ai pas un Alien, dans sa structure il se rapproche d’avantage d’un The Descent.
Par contre comparer le rôle de Kirsten Stewart à celui d’Ellen Ripley, sérieux on n’a pas vu le même film...
Quand au climax « lovecraftien », il est décevant, ne sert strictement à rien.
Le film a des qualités mais tellement gâché (se gâchis de Vincent Cassel, le prendre pour ne rien faire avec lui)
Bref le film avais tellement potentiel mais est gâché par beaucoup d’erreur (les treeeeeees nombreux jumpscare qu’on voit venir à 100km, se qui gâche clairement l’ambiance général du film, les acteurs secondaires peu exploités mais talentueux au profit d’une Kirsten Stuwart qui fait le minimum syndicale, les monstres peu originals et se « boss » qui ne fait strictement rien alors que la aussi gros twist et potentiel de folie)

Répondre
-
voter voter
1


Par Zelda il y a 6 mois
Alien n'a creer qu'un seul ersatz : predator et c'est bien dommage. Je n'ai jamais compris pourquoi qu'alien n'avait pas créer un tout nouveau sous-genre. Hormis des gros nanars comme la mutante :-S il n'y a rien eu a se mettre sous la dent et l'echec a l'epoque de the thing n'a fait que renforcer cette idée.
Répondre
-
voter voter
1


>> Voir les 4 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*





Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2020 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.