FilmsActu.com

Knight of Cups : le nouveau coup de maître de Terrence Malick ?

Le 30/11/2015 à 14:38
Par

Reconnu pour l'originalité, la puissance visuelle et la vision personnelle de son cinéma, Terrence Malick signe avec Knight of Cups un nouveau drame fantastique. Sorti mercredi dernier dans nos salles, le film raconte l'histoire d'un scénariste en crise, "esclave du système hollywoodien" selon la description du cinéaste. Quatre ans après The Tree of Life qui lui a valu de remporter la Palme d'Or 2011, le réalisateur revient donc avec un long-métrage qui semble reprendre les mêmes thèmes existentiels du vide, de l'exploration spirituelle et de la renaissance... La résultat a-t-il su captiver la presse française ? La réponse ci-dessous.

 



Synopsis : « Il était une fois un jeune prince que son père, le souverain du royaume d’Orient, avait envoyé en Égypte afin qu’il y trouve une perle. Lorsque le prince arriva, le peuple lui offrit une coupe pour étancher sa soif. En buvant, le prince oublia qu’il était fils de roi, il oublia sa quête et il sombra dans un profond sommeil… » Le père de Rick lui lisait cette histoire lorsqu’il était enfant. Aujourd’hui, Rick vit à Santa Monica et il est devenu auteur de comédies. Il aspire à autre chose, sans savoir réellement quoi. Il se demande quel chemin prendre. 


"Un geste somptueux et radical"

Ecran Large : "Terrence Malick propulse sa mise en scène vers de nouveaux sommets et plonge sa caméra dans les arcanes de Los Angeles et d'une quête existentielle désespérée. Fascinant et électrique."
Premiere : "Si on associe le cinéma d’auteur ou expérimental à une forme de pose, de lenteur, d’affectation, de minimalisme, Knight of Cups constitue l’extrême inverse de cette vision des choses. C’est au contraire un torrent de plans terrassants, un défilé de femmes sublimes, une plongée vertigineuse dans un Los Angeles dévoré par un urbanisme délirant."
Les Inrockuptibles : "Un geste somptueux et radical."
TF1 : "Malick filme les limbes traversées par un acteur fantomatique (Christian Bale) hanté par toutes les femmes de sa vie. Et à travers l'errance mentale de son protagoniste, il capte la beauté qui file entre les doigts. Knight of Cups est une préservation de cette beauté, son enregistrement, son souvenir persistant et son évanouissement inexorable."
Film de Culte : "La première beauté de Knight of Cups est de ne pas se poser en juge. Il y a une empathie superbe dans le film, un regard désabusé sur l'absurde mais qui pourtant n'est jamais désenchanté: la majesté est omniprésente, et l'on traverse Sunset Boulevard la tête à la renverse sous les palmiers."

"'Knight of Cups' désoriente les sens mais peine à émouvoir"

Le Parisien : "On s'ennuie vite entre belles vagues, beaux paysages et belles jeunes femmes jouées par des actrices talentueuses, Cate Blanchett, Teresa Palmer, Freida Pinto et Natalie Portman. Mais on n'y comprend rien..."
Culturebox : "Si on n'est pas obligés d'adhérer à la méthode, l'ensemble dégage, reconnaissons-le, une force poétique qui donne à ce film un élan et une couleur uniques… Mais "Knight of Cups" ne restera pas parmi les œuvres les plus marquantes du cinéaste."
Paris Match : "Poème filmique sur le vide de nos vies contemporaines, «Knight of Cups» de Terrence Malick désoriente les sens mais peine à émouvoir."
Abus de ciné : "Soulignons que les plans sont une fois de plus de toute beauté, tout comme le boléro qui sert de musique. Mais le fait que le tourbillon de la vie représenté ici, s'accompagne d'un prêchi-prêcha plus proche de discussions de comptoir que d'une quelconque approche philosophique s'avère à nouveau regrettable. Une œuvre laborieuse."

"D'un ennui proche du supplice"

Libération : "Les individus sont réduits à faire de la figuration dans cette monstrueuse machine de sons et lumières où les lambeaux de textes, en voix off, et la rhapsodie des musiques nous renvoient constamment à la nudité d’un geste d’artiste qui se répète à l’infini mais en pure perte, sans plus avoir de prise sur rien."
aVoir-aLire : "Une belle démonstration de meubles design sur fond de réalisation architecturée qui laisse froid."
Mondociné : "Le film est un supplice de chaque seconde, longue et lente purge nombriliste."
Metro News : "D’un ennui proche du supplice, le scénario dépossède les acteurs de leur jeu, de leur raison d’être, les convertissant en marionnettes mélancoliques - probablement sous Xanax ou Effexor - obligées d’obéir à des mouvements de caméra abscons (et répétitifs) qui n’ont de sens que pour leur créateur. (...) L’ensemble, d’une prétention de chaque instant, ne soulève aucune forme d’émotion."





Depuis 2007, FilmsActu couvre l'actualité des films et séries au cinéma, à la TV et sur toutes les plateformes.
Critiques, trailers, bandes-annonces, sorties vidéo, streaming...

Filmsactu est édité par Webedia
Réalisation Vitalyn

© 2007-2022  Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.