FilmsActu.com



Le Rough Guide des Films d'horreur et du Film noir

Critique des Rough Guide des Films d'horreur et du Film Noir édités par Tournon Tournon complète ces jours-ci sa collection Rough Guide de deux ouvrages bien pensés sur les films d'horreur et le film noir. Trois cents pages chacun afin de proposer un tour d'horizon rapide (à défaut d'être complet) sur les genres auxquels ils se rapportent. La collection Rough Guide s'emploie effectivement, en musique et en cinéma, à condenser l'essentiel d'un artiste ou d'un genre. Sa simplicité et son accessibilité en font sa force. Et de facto, ils peuvent parfois s'avérer incomplets voire contestables. Alan Jones (pour le film d'horreur) et le tandem Alexander Ballinger/Danny Graydon (pour le film noir) se sont malgré tout aisément pliés à la structure rigide de la collection : mise en perspective du genre, esquisse des grandes lignes de celui-ci à travers l'histoire du cinéma, descriptif et analyse (succincte) de cinquante classiques, biofilmographies des icônes et acteurs (comédiens, réalisateurs, scénariste...) qui ont fait le genre, conclusion enfin en lançant de nouvelles pistes d'études.

Critique des Rough Guide des Films d'horreur et du Film Noir édités par Tournon
Spécialiste britannique du cinéma d'horreur, Alan Jones s'acharne ainsi dans une première partie à mettre en lumière les influences littéraires et folkloriques (Dracula, Le Barbier de Fleet Street, etc.) du genre avant de se concentrer dans une deuxième partie décennie par décennie sur les différents mouvements et modes du genre horrifique, de ses premières éclaboussures sur l'écran de projection (Haxan - La sorcellerie à travers les âges, Le Cabinet du docteur Caligari, etc.) aux années 2000. Ballinger et Graydon de leur côté rappelleront dans un premier temps qu'il est aisé mais erroné de qualifier le film noir de genre, le terme, inventé par la critique française à la sortie de la Seconde Guerre Mondiale, se référant d'avantage à l'ambiance et l'approche styliste apportée à une histoire. Le tandem s'appliquera par la suite à en retracer les origines littéraires et cinématographiques (l'expressionnisme allemand, le réalisme poétique français...) avant de retracer (également par décennie) les importantes évolutions que celui-ci a connu. Cette partie mise en perspective s'entrecoupe pour les deux ouvrages de petits apartés biographiques ou thématiques (la Amicus et "l'explosion asiatique" des 2000's d'un côté, le néonoir et Quentin Tarantino de l'autre) afin de creuser le(s) sujet(s).


Le gros de l'ouvrage suit directement. Cinquante classiques des deux genres sont respectivement décortiqués par les auteurs. Cinquante incontournables du cinéma d'horreur allant de Caligari à Haute Tension en passant par Braindead, Suspiria et Les Yeux sans visage. Cinquante incontournables du film noir allant de Détour à L.A. Confidential en passant par Klute et Le Port de la drogue. On notera pour se dernier des entrées surprenantes (mais pas irrecevables pour autant) tels Blade Runner et Seven. Les auteurs maîtrisent de toute évidence leur sujet, on regrettera cependant que Ballinger et Graydon n'accompagnent pas, à l'instar d'Alan Jones, chaque entrée d'un commentaire plus personnel. Alors que le journaliste anglais aborde l'importance thématique, cinématographique ou simplement historique, le tandem se contente souvent de les effleurer. Le Grand Sommeil est certes critiqué (le film "siège maladroitement dans le Top 50 du film noir" [1]) dans l'ouvrage se rapportant au film noir, mais pas autant que Shining de Stanley Kubrick (alias L'intouchable) chez son voisin.

Critique des Rough Guide des Films d'horreur et du Film Noir édités par TournonShining

On enchaîne directement par un chapitre consacré aux icônes des genres, principalement composé de comédiens et réalisateurs, premiers acteurs évidents du genre. La bonne idée de Ballinger/Graydon est d'y avoir également adjoint quelques artistes et artisans qui ont tout autant participé à forger le film noir. Ont ainsi, parmi tant d'autres, leur mention directeurs de la photographie (Nichola Musuraca, L'inconnu du 3ème étage), directeurs artistiques (Hans Dreier, Boulevard du crépuscule), créateurs de costumes (Jean Louis à qui Rita Hayworth doit en grande partie son style) et écrivains (Raymond Chandler, créateur du détective mythique Philip Marlowe). Plus amusant (mais pas essentiel), Alan Jones de son côté y insère Dracula, Jason Voorhees et autres créatures filmiques.

Critique des Rough Guide des Films d'horreur et du Film Noir édités par TournonRing

C'est à ce stade que les deux ouvrages prennent qualitativement des directions opposées. Comme s'il s'excusait du fait que 4/5ème des cinquante incontournables du film d'horreur étaient anglosaxons, Alan Jones s'échine à établir un panorama de l'horreur dans le monde. Trente pages pour passer en revue une vingtaine de pays, c'est bien peu. Les cinématographies nationales sont effleurées et c'est dommage. Le chapitre qui suit ne change pas la donne, se résumant à une liste des festivals ainsi que des livres, magazines, fanzines et sites web (pour l'essentiel anglosaxons) spécialisés dans l'horreur.


A l'inverse, Rough Guide du Film noir se referme sur trois chapitres particulièrement bien vus. L'importance accordée aux décors, intérieurs et extérieurs, est la marque de fabrique du film noir, tant est si bien qu'ils sont bien souvent envisagés comme des personnages à part entière. Un premier chapitre met ainsi en évidence la singularité architecturalles de certaines des villes mises en scène (New York, Los Angeles...). Un autre souligne les infiltrations du film noir dans d'autres genres, comme le western (L'homme de l'Ouest, Impitoyable) ou la SF (Dark City), ainsi que dans d'autres cinématographies, notamment en France (Jean-Pierre Melville, Luc Besson, etc.) et au Japon (Akira Kurosawa, Seijun Suzuki ; mais quid des Teruo Ishii ?), et pour finir dans d'autres médias (les comics de Frank Miller sont largement représentés).

Deux Rough Guides pas inutiles en somme qui contenteront honnêtement les non-spécialistes pour la vue cavalière qu'ils proposent des genres concernés. Ce qui n'est au final déjà pas si mal. L'éditeur propose un aperçu en ligne de quelques pages de chacun des livres. On clique par ici pour les films d'horreur et par là pour le film noir.


[1] C'est en vérité davantage sa place dans un ouvrage sur le film noir qui est questionné que ses qualités cinématographiques


Rough Guide des Films d'horreur de Alan Jones
Editeur : Editions Tournon
Numéro ISBN : 978-2-35144-097-1
Date de parution : 29/09/2009
Nombre de pages : 296
Format : 16,5 x 16,5 cm
Prix : 17,90 euros


Rough Guide du Film noir de Alexander Ballinger et Danny Graydon
Editeur : Editions Tournon
Numéro ISBN : 978-2-35144-098-8
Date de parution : 29/09/2009
Nombre de pages : 312
Format : 16,5 x 16,5 cm
Prix : 17,90 euros

Critique des Rough Guide des Films d'horreur et du Film Noir édités par TournonCritique des Rough Guide des Films d'horreur et du Film Noir édités par Tournon


Par Réagir


Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Gagnez du temps et des points de réputation :


*




Rough Guide des Films d'horreur

Vidéos à ne pas manquer

Newsletter FilmsActu


Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2021 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.