FilmsActu.com



Le monde Narnia chapitre 2 : l'interview du réalisateur

Le monde Narnia chapitre 2 : l'interview du réalisateur

Réalisateur de Shrek et Shrek 2 et ancien superviseur d'effets spéciaux (sur Batman Forever, Batman et Robin et Toys), Andrew Adamson a accepté de répondre à quelques questions alors qu'il était en pleine post-production du Monde de Narnia Chapitre 2 : le Prince Caspian.

 

Pourriez-vous nous parler de la manière dont vous avez envisagé ce film et des différences avec le premier chapitre ?

Andrew Adamson : Même si cela peut paraître difficile à croire, je voulais que celui-ci soit grandiose mais maintenant, je regrette cette décision. (rires) En fait, le précédent film se déroulait dans un « Nouveau Monde ». Narnia avait été créé environ 900 ans avant les événements survenant dans le premier chapitre. Dans le second, l'histoire se situe 1.300 ans plus tard. Pendant une grande partie de cet intervalle de temps, Narnia a été opprimée par les Telmarins et s'est transformée en un monde beaucoup plus sale, plus déprimant et plus sombre qu'auparavant. Quand les enfants Pevensie y retournent, il sont emplis de nostalgie et pensent qu'ils vont retrouver l'univers qu'ils connaissaient. Mais ils se retrouvent dans un monde qui a beaucoup changé. Par exemple le lieu où nous nous trouvons maintenant, le sanctuaire d'Aslan, correspond à la place où se trouvait la grande table de pierre. Elle est tombée au cours d'un effondrement de terre et les Narniens ont construit à la place une espèce d'énorme monticule funéraire. Puis, tout est tombé dans la ruine et le désespoir, et Aslan a été oubliée avec tout le reste. Ce que vous voyez là-bas mesure en fait 18 mètres de hauteur [il montre du doigt le plateau du sanctuaire d'Aslan]. A la fin du film, le Sanctuaire lui-même sera au moins deux fois et demi plus haut. De manière générale, je voulais que l'échelle des décors, voire le film lui-même, apparaisse plus grands que dans le dernier chapitre.

 

 

Le monde Narnia chapitre 2 : l'interview du réalisateur

 

Qu'est-ce qui vous a décidé à tourner à Prague et quels problèmes avez-vous rencontrés lors du tournage de Prince Caspian?

On s'attendait à un des conditions climatiques un peu plus agréables ! On avait commencé par envoyer des personnes chercher des emplacements dans le monde entier. Mais comme on avait déjà tourné en République Chèque et en Pologne pour le premier film, et que je voulais réutiliser les mêmes décors, on s'est finalement concentré sur les mêmes styles de paysages. En plus, ici, il y a ici des équipes techniques très professionnelles et l'un des plus grands plateaux d'Europe. De plus, le prix de la construction est vraiment avantageux, ce qui nous a permis de construire des plateaux plus grands. En fait, on a construit entièrement une cour intérieure de château fort, ce qui aurait été hors de prix dans n'importe quel autre pays.

 

Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées avec ce film?

La bataille ! Qu'il s'agisse de la séquence du raid dans le château ou de cette bataille finale, tout est beaucoup plus complexe que la dernière fois. Et il est vrai que chaque fois que nous nous retrouvons dans un environnement connu - et c'est d'ailleurs précisément pour cette raison -, nous tentons de résoudre de nouveaux problèmes. Du coup, nous avons tout compliqué intentionnellement ! En outre, depuis le premier chapitre du Monde de Narnia, beaucoup de films ont été tournés et ont placé la barre encore plus haut. Il fallait donc être sûrs d'apporter du nouveau ! Cette bataille comporte des aspects réellement incroyables, tels que les spectateurs n'en ont jamais vus auparavant. Bon, je ne veux pas vous révéler trop de détails, mais la bataille s'achève par une scène totalement novatrice et particulièrement complexe.

 

Le monde Narnia chapitre 2 : l'interview du réalisateur

 

 

Pourriez-vous nous parler un peu plus des leçons que vous avez tirées de votre premier film et de celui-ci?

J'ai appris qu'il ne fallait plus jamais faire de film avec des décors naturels, des enfants, des animaux et des effets visuels. C'est exactement pour ça que j'ai décidé de recommencer. (rires) Je m'explique. Après chaque film, on a toujours l'espoir d'avoir appris un petit quelque chose et d'avoir progressé en tant que réalisateur, même un peu. Personnellement, je vois ce métier comme un terrain d'apprentissage permanent et j'espère que je ressentirai cela tout au long de ma carrière. Selon moi, la raison pour laquelle ce film est encore plus puissant vient de tout ce que j'ai appris pendant le tournage de l'opus précédent. C'est grâce à ces enseignements que je me suis lancé de nouveaux défis personnels et que j'ai pu mettre en œuvre des idées encore plus monumentales, des idées qui seront, selon moi, formidables pour le public.

 

Les animations par ordinateur vous manquent-elles ? Vous voyez-vous y revenir prochainement ?

Je vais à nouveau faire mention du temps, mais au cours des trois dernières semaines, j'en suis arrivé à penser que oui, l'animation par ordinateur avait ses avantages. De toute façon, je ne souhaite pas me cantonner à un seul style. J'ai développé d'autres projets avec DreamWorks, avec lesquels je travaille encore, et il se peut que je dirige ces projets avec eux. Ce qui signifie que je ne rejette absolument pas cette idée. L'animation une forme d'art qui me plait sincèrement, elle permet de faire des choses très différentes de ce qu'autorise le cinéma.

 

Le monde Narnia chapitre 2 : l'interview du réalisateur

 

 

Richard Taylor de la WETA Workshop parlait de la manière dont vous utilisiez les maquettes et vous rendait hommage à ce sujet. Pourquoi est-il si important d'utiliser des maquettes dans un film comme Narnia et quel est l'avantage de ce procédé sur l'animation ?

Lorsque l'on utilise cette méthode, ce n'est pas nécessairement parce que l'on ne peut absolument pas faire autrement, mais dans certaines circonstances, il s'avère plus pratique de procéder de cette manière. La grande différence entre le live et l'animation, ce sont les accidents heureux. Lorsque vous tournez avec des personnes réelles, il se produit toujours des événements spontanés, souvent parce que vous êtes faces à un groupe de personnes dont l'association va donner lieu à des événements particuliers. L'autre jour, nous étions sur le point de tourner une scène quand soudain, un orage s'est déclenché, avec des éclairs. Peut-être allez-vous me dire que j'aurais dû sauter sur l'occasion si j'avais voulu faire un film avec effets visuels. Avec des centaines de créatures en pantalons bleus, si j'avais tourné une scène sous un orage électrique, le résultat aurait pu être fantastique. De la même manière, il y a des choses qui ne se produisent que dans le cadre de l'animation, ou encore dans celui de modèles réalisés par ordinateurs à partir de maquettes. En animation, créer une ambiance et un fond particulier, des éléments qui s'écroulent et d'autres qui se cassent, est très compliqué, alors qu' avec des maquettes, il est beaucoup plus facile de jouer sur tous ces paramètres. Somme toute, on en revient à la problématique de ce que l'on cherche réellement à obtenir par le biais de la technique.

 

 

Avez-vous l'impression que les enfants ont grandi en tant qu'acteurs, physiquement et émotionnellement?

Ils ont effectivement grandi. Ils ont beaucoup appris du dernier film mais ils ont aussi fait du chemin entre temps. Nous avons tourné une scène dans laquelle Ben Barnes, qui joue le rôle de Prince Caspian, et Will se disputent. William joué cette scène de manière beaucoup plus forte qu'il ne l'aurait fait dans le précédent opus. En fait, le premier Narnia était son tout premier film. Entre temps, il a fait du théâtre, il a travaillé tout seul et il a appris de ces derniers trois mois ici même. En tant qu'individu, la nostalgie et l'expérience qu'il a héritées du premier chapitre correspondent parfaitement au passé que son personnage est supposé avoir dans Prince Caspian. Selon moi, il a donc grandi en tant qu'acteur. De manière générale, je pense que l'on peut dire ça de tous les acteurs.

 

Propos recueillis par Rebecca Strauch

 

 

 

 

 

Le monde Narnia chapitre 2 : l'interview du réalisateur

Andrew Adamson

 

 

 

 

Le monde Narnia chapitre 2 : l'interview du réalisateur

Le monde Narnia chapitre 2 : l'interview du réalisateur

 





Par Michèle Bori Réagir


Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Gagnez du temps et des points de réputation :


*




Le Monde de Narnia : Chapitre 2 - Le Prince Caspian

Les dernières news

Vidéos à ne pas manquer

Jeux Concours

Newsletter FilmsActu


Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2019 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.