FilmsActu.com



Mortal Kombat : 30 infos exclusives que l'on appris sur le tournage en Australie

Mortal Kombat
 
Novembre 2019. Filmsactu est convié sur le tournage de reboot de Mortal Kombat en Australie (merci Warner). Le rendez-vous est pris avec quelques autres journalistes étrangers dans un énorme entrepôt à Edinburgh à une quarantaine de minutes d'Adelaide au Sud Est du Continent.
 
Au programme, visite d'un des décors du film (le temple de Raiden) et rencontre avec le réalisateur Simon McQuoid, les producteurs Todd Garner (Les xXx avec Vin Diesel) et E. Bennett Walsh (Kill Bill, Men In Black International), ainsi ques les acteurs Tadanobu Asano (Raiden), Max Huang (Kung Lao), Mehcad Brooks (Jax), Josh Lawson (Kano), Ludi Lin (Liu Kang), Lewis Tan (Cole Young), Joe Taslim (Sub-Zero), Jessica McNamee (Sonya Blade).
 
Voici 30 infos dénichées en Australie pour ce reboot tant attendu de Mortal Kombat initié par James Wan.
 
Mortal Kombat
 
- Mortal Kombat est bien plus qu'un film de tournoi
"It's more than a tournament movie" nous explique le producteur Todd Garner. "Ce n'est pas juste un film d'action avec des types qui se tabassent. On a tout fait pour éviter ce cliché. L'univers de Mortal Kombat mérite mieux".
Ludi Lin (qui incarne Liu Kang et que vous avez peut-être vu dans Aquaman et Power Rangers) : "Mon instructeur en arts martiaux m’a dit cette phrase qui m’est toujours restée en tête : "Le combat est le language le plus honnête qui existe". Parce que dans un ring, un coup de poing dans la tête fait mal. Tu ne peux pas mentir à ce sujet. Ces scènes d’action fonctionnent car quand tu es aussi physique, tu ne mens pas, l’émotion est brute. Les combats ont un sens et racontent quelque chose. J’espère que le public le ressentira comme nous l’avons ressenti" .  
 
- Des Fatalities bien gore qui éclaboussent l'écran !
Bennett Walsh (producteur) : "ll y a beaucoup de sang, de prothèses, de membres arrachés, de décapitations… La dernière fois que j’ai vu autant de sang c’était sur Kill Bill. Quentin Tarantino ne voulait pas adoucir sa violence. La raison pour laquelle Kill Bill passe subitement en noir et blanc était pour ne pas devenir interdit aux moins de 18 ans. Sans la couleur rouge du sang, Quentin pouvait faire passer plus de choses auprès de la commission de censure américaine."
Des centaines de litres de faux sang ont été utilisés pour Mortal Kombat et on est tombé sur pas mal de fausses têtes coupées ou arrachées dans les couloirs du hangar où se déroulaient les interviews. "Je ne peux pas vous dire combien de litres de sang ont été utilisés. Mais c'est hallucinant".
 
Mortal Kombat
 
Une violence extrême mais jamais aussi extrême que dans les jeux
Todd Garner : "On est allé aussi loin que l’on pouvait en terme de violence. Forcément, on ne pouvait pas aller aussi loin que le jeu qui est de l’animation et qui peut se permettre beaucoup de choses sans être inquiété par la censure. Si on voulait être aussi intense que le jeu, on écoperait d’une interdiction aux moins de 18 ans. On a travaillé avec le comité de censure aux US afin que nos Fatalities soient aussi authentiques que possible tout en restant Rated-R (interdit aux moins de 17 ans non accompagnés aux US et interdit aux moins de 12 ans en France). Travailler avec la MPAA (La Motion Pictures Association of America) est étrange. J’ai toujours du mal à comprendre leurs critères. Parfois, ils autorisent des scènes que l’on était persuadé qu’ils charcuteraient et d'autres fois ils se disent troublés par des détails qui nous paraissent inoffensifs."
 
Mortal Kombat
 
Où est  Johnny Cage ?

Todd Garner : "Qui a dit que Johnny Cage n'était pas dans le film ? Je vous promets que Johnny Cage vit dans l'univers de Mortal Kombat".

De son côté Bennett Walsh lâche : "On sait d'avance que de nombreux fans seront déçus de ne pas voir Johnny Cage. Mais l'idée est que ce film soit un renouveau pour la franchise. On se garde Johnny Cage sous le coude pour la suite. On avait déjà suffisamment de matériel fort pour que ce premier film soit mémorable et coup de poing." On sent bien l'arrivée de Johnny Cage dans une scène post générique.


 Mortal Kombat

- L'amorce d'une franchise à l'ambition de Marvel
Todd Garner : "L’idée était de faire ce que Marvel a fait avec le premier Iron Man. Il a fallu réécrire la légende MK et repartir de zéro. On a visé quelque chose de plus ambitieux que les films des années 90 ou encore que la série (Mortal Kombat Conquest n’a duré qu’une saison de 1998 à 1999). L’idée n’était pas de tout balancer en un film. Marvel n'a pas commencé avec les Avengers et a eu le génie de prendre Iron Man comme fil conducteur. On aimerait pouvoir créer quelque chose qui perdure dans le temps et permette de lancer une franchise avec des suites mais aussi des spin off."
 
-Un film anti-Marvel
Bennett Walsh : "Autant on a pu s'inspirer de Marvel pour lancer ce que l'on espère être une franchise, autant Mortal Kombat a tout du film anti-Marvel. C'est sale et méchant. Sub-Zero est plus sale qu’un héros Marvel. Son costume est abîmé car il se bat depuis si longtemps. Ce n'est pas un défilé de mode. Ce n'est pas une attaque contre Marvel quand je dis ça. C’est juste pour décrire le ton du film.'
 
Mortal Kombat
 
 - Tous les acteurs ont voulu se battre contre Joe Taslim
L'impressionnant Joe Taslim incarne Sub-Zero. Chaque acteur engagé espérait pouvoir le défier. Malheureusement pour eux, le scénario en a décidé autrement. Plusieurs acteurs se sont dits déçus de ne pas avoir eu leur chance contre la star de The Raid et la série HBO Warrior.
 
Mortal Kombat
 
- Un casting inclusif et "so 2021'
Todd Garner : "Il a été difficile de sélectionner les personnages puis de les caster. Et quoi qu'on fasse, on savait que des fans seraient furieux. Impossible de contenter tout le monde, notamment en ces temps de haine virtuelle. Greg Russo, le scénariste, a commencé avec les personnages préférés de tous, forcément Scorpion, Sub-Zero, Jax, Kano, Sonya Blade, les cinq personnages que les joueurs sélectionnent le plus souvent. Puis il a ajouté Raiden et Kabal. Avoir autant de personnages est compliqué. Il faut que l’histoire ait un sens. Encore une fois, on ne voulait pas juste filmer des combattants qui se tabassent pendant 90 minutes. Le film doit être solide. James Wan, Simon (réalisateur) et moi désirons vraiment lancer un univers partagé Mortal Kombat. Ce monde est tellement riche qu’il le mérite."
Simon McQuoid (réalisateur) : "Outre les personnages démoniaques ou extra-terrestres, on tenait à ce que pour Raiden, Kang, Shang Tsung, les appartenances culturelles soient respectées et que l’on caste des acteurs qui partagent leurs origines. On a fait en sorte d’établir notre casting correctement. Ce qui nous parait essentiel ces temps ci."
 

 
- Les meilleures scènes de combat jamais vues sur grand écran
Simon McQuoid : "On a voulu innover en matière de combats. Et l’histoire des personnages évolue pendant les combats. On a passé beaucoup de temps à les préparer et à les conceptualiser, afin qu’ils racontent quelque chose et qu'ils ne soient pas juste une succession de coups de poings ou coups de pieds dans la tronche. L’équipe en charge des combats est incroyable. La première chose que j’ai dite à Kyle Gardner (responsable des cascades) c’est : "On doit créer les meilleures scènes de combat jamais vues sur grand écran. Alors, pas de pression… "".
 
Mortal Kombat

- Raiden ne sera pas Christophe Lambert
"No way !" ricane Bennett Walsh. "Le film de 1995 est devenu culte mais le nôtre n'a rien à voir. Raiden n'est pas aussi stoïque que dans les précédents films. On a voulu éviter le cliché du vieux sage au grand chapeau un peu rigide. Tadanobu Asano a développé une approche plus fun du personnage. Raiden est plus fort que Hogun (personnage de Thor incarné par Tadanobu Asano)."
 
Mortal Kombat
 
- De l'humour mais de l'action sérieuse
Simon McQuoid : "Il y a des moments drôles. Notamment via Kano bien qu'il demeure l'un des guerriers les plus impitoyables. Mais le film n'a rien d'une comédie."
 
Mortal Kombat
 
- Easter Egg
Le producteur Bennett Walsh révèle qu'une centaine d'easter eggs ont été placés dans le film pour les fans les plus hardcore du jeu.
 
- Un Jackson "Jax" Briggs massif
L'acteur américain Mehcad Brooks, ex star de Supergirl, True Blood, Desperate Housewives, a pris 15 kilos de muscles pour le rôle de Jax. . "J'ai désormais le poids d'un bébé éléphant" s'amuse-t-il à dire. "J'ai tellement pris de carrure que je ne cessais de me cogner contre les portes chez moi".
Jax Briggs n'est pas forcément le combattant le plus important auprès des joueurs, mais ce soldat n'en reste pas moins très attachant et son physique hors-norme (il possède deux bras bioniques) lui permet d'être redoutable.
 
Mortal Kombat
 
- Pas de français cette fois-ci au casting
 Todd Garner : "Quand on pense que dans la version de 1995, c’était Christophe Lambert qui jouait Raiden. Sub-Zero aussi était incarné par un français (François Petit, spécialiste des arts martiaux). C’est fou le nombre de français qu’il y a eu dans ce film. Personne n’a vraiment respecté les codes de Mortal Kombat et les bases mises en place par Ed Boon. L’origine ethnique des personnages était complètement passée à la trappe."
 
-Une timeline différent du jeu
La timeline est propre au film. Todd Garner : "En terme de timeline, le jeu est tellement en avance sur nous. Jax n’a pas d’enfant chez nous. Mais clairement, les jeux ont pavé la route pour nous. Si on souhaite plus tard s’inspirer des histoires qu’ils ont écrites, on le pourra."
 
Mortal Kombat
 
- Certains fans seront furieux !
"C'est inévitable" nous explique Jessica McNamee (Sonya Blade). "On a commencé à recevoir des messages de fans mécontents avant même que la moindre scène ne soit tournée. Mais on est confiants. La plupart des fans seront comblés. Tout a été fait avec un respect absolu du jeu".
 

 - Le film démarre avec un combat entre Sub-Zero et Scorpion

Bennett Walsh : "Tout commence dans le Japon du 15ème siècle pendant un combat entre Joe Taslim (Sub-Zero) et Hiroyuki Sonata (Scorpion). Ces deux personnages ont droit à des origin story et à des arcs narratifs conséquents".
 
Mortal Kombat
 
- Tourner dans de vrais décors
Afin de sublimer l'authencité souhaitée par le réalisateur, le moins de fonds verts possible a été utilisé. Des décors grandeur nature ont été bâtis en studio et certaines séquences ont été filmées dans le désert australien. On a pu visiter un temple reconstruit  dans les studios d'Edinburgh. On se serait cru dans un décor d'Indiana Jones. Un point suspendu qui sert aussi de zone de combat nous a également été montré.
 
- Les créateurs du jeu ont-ils été impliqués ?
Todd Garner : "Un film prend tellement plus de temps à se concrétiser qu’un jeu. Je travaille sur MK depuis 5 ans. Et entre temps, il y a eu trois versions du jeu. Dans la dernière (l’interview a eu lieu en novembre 2019), les personnages ont tous des enfants. Si on avait voulu suivre la trame du jeu, on aurait jamais pu finaliser le film. Dans Mortal Kombat 11, on retrouve Terminator. Les spectateurs auraient fait, "mais qu’est ce que c’est que ce bordel ?". Mais on a toujours fait en sorte que les créateurs du jeu soient au courant de ce que l’on prévoyait pour respecter autant que possible cet univers comme ils l’ont conçu."
 
Mortal Kombat
 
- Le personnage inédit de Cole Young
Simon McQuoid  : "Joe Cole est le véhicule parfait pour pénétrer dans cet univers quand on est novice."
Todd Garner : "Il fallait que le film parle aux gens qui ne connaissent pas le jeu ou qui le connaissent vaguement. Comment faire comprendre la légende Mortal Kombat à quelqu’un qui ne la connait pas ? J’adore les fans, je les respecte et je pense que ce film va les enchanter mais il était nécessaire que l’on présente les personnages au reste des spectacteurs afin qu'ils puissent vibrer avec eux. Quelle meilleure manière de redémarrer à zéro que de découvrir cet univers à travers les yeux d’un nouveau personnage qui jusqu’ici n’avait aucune idée de l’existence de ce monde ? Pas question de faire comme Star Wars et d’arriver en balançant "ok on en est déjà à l’épisode 4"".
 
Mortal Kombat
 
 - Des acteurs qui sont de réels professionnels en arts martiaux
 Joe Taslim : "L'une des grandes forces du film, c'est bien sûr ses combats qui vont vraiment vous bluffer. Notamment parce que chaque acteur est spécialiste en arts martiaux. On n'avait pas à s'arrêter au milieu d'une chorégraphie pour remplacer un acteur par sa doublure. On pouvait aller jusqu'au bout de nos idées".
 
- Inspiré par le MMA
Lewis Tan s'est inspiré de ses combattants de MMA préférés pour incarner Cole Young, dont Jorge Masdival. Bien que l'acteur anglais d'origine chinoise n'ait jamais pratiqué le MMA avant Mortal Kombat, il a rapidement appris grâce à ses connaissances en kickboxing et en muay thai.
 
Mortal Kombat
 
- Joe Taslim incarne Sub-Zero mais aussi Noob Saibot
Joe Taslim : "Ce n'est pas vraiment un secret. Il y a bien deux Sub-Zero. J'incarne Bi-Han et Kuai Lang."
 
- Un des acteurs est un pro du jeu Mortal Kombat
Comme on peut l'imaginer les acteurs ont passé beaucoup de temps à jouer au jeu Mortal Kombat. Si Ludi Lin (Power Rangers, Aquaman) a uniquement voulu jouer Liu Kang pendant le tournage, Joe Taslim s'est révélé le grand champion parmi le cast. "Je suis le meilleur gueulait-il souvent" nous a expliqué Mehcad Brooks. "Après tout il est Sub-Zero. Quoi de plus normal".
 
Mortal Kombat
 
- Qui est le réalisateur ?
Mortal Kombat est peut-être le premier long métrage de Simon McQuoid mais ce dernier s'est fait les dents avec de nombreuses publicités pour les jeux vidéo. Le réalisateur australien est familier de cet univers. "Je suis attiré par les mondes gigantesques et épiques qui paraissent réels et authentiques. Mortal Kombat était le projet de rêve pour moi. C’est un défi d'arriver à faire croire au public que ces personnages et ce monde existent réellement. Puis outre les combats, il y a au coeur de l’histoire beaucoup d’âme et d’humanité. C’était essentiel. "

- Rain a été retiré du film dès le début
Todd Garner : "Il a fallu faire un choix. Mais encore une fois, ces personnages existent dans notre univers et on espère tous pouvoir les montrer à l'écran dans le futur".
 
Mortal Kombat
 
- Ne pas regarder les films des années 90 !
Simon McQuoid : "Le mot d'ordre a été de ne pas revoir le film des années 90. J'en avais quelques souvenirs bien sûr mais il était important de construire notre propre vision de Mortal Kombat. Ce n'est qu'après que je me suis permis de revisionner la version de 1995."
 
- Goro, the Prince Shokan, sera entièrement en CGI.
 
Mortal Kombat
 
- Des fans appelés en renfort
Simon McQuoid a confié s'être entouré de quelques fans hardcore du jeu afin de les questionner sur certains aspects de son film quand il en avait besoin.
 
- Kano de Crocodile Dundee à Terminator
Josh Lawson : "La conception de Kano n'a pas été facile. Le look du personnage est passé par différentes étapes. Au départ, il avait un petit quelque chose de Crocodile Dundee. Je suis australien, Kano est australien mais bon, c'était quand même too much. Puis ils ont pensé lui offrir un aspect à la Terminator avec un oeil cyber. Mais encore une fois, ce n'était pas ça. Finalement, il a été décidé de revenir à une version proche du jeu. Et j'en suis ravi".

 
Au cinéma le 7 avril 2021.
 
Mortal Kombat
 
Mortal Kombat
 
Mortal Kombat
 
Mortal Kombat


Par 1 commentaires


Derniers commentaires
Par Beerus il y a 7 mois
"C’est fou le nombre de français qu’il y a eu dans ce film. Personne n’a vraiment respecté les codes de Mortal Kombat et les bases mises en place par Ed Boon. L’origine ethnique des personnages était complètement passée à la trappe."


Dixit le gars qui prends une black pour Mileena et un indonésien pour Sub Zero. C'est l'hopital qui se moque de la charité.

Répondre
-
voter voter


>> Voir la réponse dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*





Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2021 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.