FilmsActu.com



Moon : en vidéo sans passer par la case cinéma

Moon débarque directement en DVD et Blu-ray Caroline Leroy aura beau avoir crier son admiration pour le premier film de Duncan Jones, Moon n'aura finalement pas droit à une exploitation salle (pas même une sortie technique !) et passera directement par la case vidéo. Une nouvelle qui ne devrait pas surprendre les festivaliers du Festival de Gérardmer, le film y ayant été projeté en vidéo et non en pellicule. Quoi qu'il en soit, c'est France Télévisions Edition qui éditera ce film chez nous pour une sortie programmée au 16 juin prochain en DVD et Blu-ray.

Pour rappel, Moon a obtenu le Grand Prix à Gerardmer, décerné par le jury de John McTiernan...

Sortie DVD et Blu-ray : 16 Juin 2010

Moon débarque directement en DVD et Blu-ray


Par 14 commentaires


Derniers commentaires
Par tenia il y a 11 an(s)

likeSmall
Succès critique, hein. 300 000 entrées en France, je pense que ça aurait été jouable sans problèmes.

Après, niveau salles, j'ai alterné entre Lille et Metz pour les salles de ciné. A de très rares occasions, j'ai eu à me plaindre de problèmes de projection.
Je sais pas où vous allez, mais parfois, j'ai vraiment l'impression que soit je suis chanceux, soit vous n'avez pas de chance et en faites la généralité.

Bref. Pour moi, un film pensé pour le grand écran doit être vu pour grand écran. Aussi simple que ça.

Répondre
-
voter voter


Par fabe68 il y a 11 an(s)
heureusement qu'il reste les festivals...
Le film a été projeté en salle l'année dernière au Nifff (Neuchatel international film festival) en juillet soit 6 mois avant Gerardmer...

Répondre
-
voter voter


Par pavupapri il y a 11 an(s)

likeSmall
Les conditions de visionnage en salles étant de plus en plus merdiques sur un plan technique (copie argentique usée jusqu'à la moelle, projectionnistes qui ne font plus leur taff, etc) je fais partie de ceux qui vont voir les films en salles pour savoir s'il investiront dans le Blu-Ray quelques semaines plus tard... Juste pour savoir si le film plait, quoi...
Les disques coutent moins chers que deux places de ciné et permettent de VRAIMENT profiter des films.

Ca fait un bail que je prend plus mon pied à regarder un film chez moi qu'en salles (à qq exceptions prêts, car certaines salles font encore du bon boulot).

Quant au barème des exploitants qui ne font que suivre le courant sous-culturel de la télévision française, on est tous d'accord pour s'en offusquer, mais ce n'est pas neuf.

Répondre
-
voter voter


Par merzboy il y a 11 an(s)

likeSmall
tenia a écrit:Parce que Moon, vu son succès international, j'ai du mal à situer où une sortie sur 100 copies aurait été suicidaire.
Ce n'est pas nouveau. C'est financièrement logique pour les producteurs / distributeurs.
très bien. direction notre copain mojo. hop.

Domestic: $5,010,163 69.7%
+ Foreign: $2,181,452 30.3%
= Worldwide: $7,191,615

sacré succès économique...

tenia a écrit:La vidéo remplace trop souvent l'expérience salles. C'est tout.
Un film créé et pensé pour le cinéma doit avoir comme support premier une salle de cinéma. C'est bête à dire, mais j'ai l'impression que c'est de plus en plus oublié.

delpedro signalait surtout que si cest pour voir un film dans des conditions toutes péraves (l'orient express pour paris, pour les autres villes, je sais pas), autant le découvrir directement chez soit sur son home cinema (tout le monde nest pas équipé, j'en conviens).

Répondre
-
voter voter


Par tenia il y a 11 an(s)

likeSmall
delpedro a écrit:Je comprend pas cet acharnement contre le direct to video ...


La vidéo remplace trop souvent l'expérience salles. C'est tout.

Un film créé et pensé pour le cinéma doit avoir comme support premier une salle de cinéma. C'est bête à dire, mais j'ai l'impression que c'est de plus en plus oublié.

Bien sûr que la vidéo chez soi, c'est trop pratique, bien sûr que la HD, c'est super beau, etc etc.

Mais rien ne remplacera jamais l'expérience salle en tant que tout, du déplacement jusqu'à l'extinction des lumières.

De même, j'en parlais à l'époque de Watchment, trop de réalisateurs ont abdiqué et préfèrent ne pas se casser le cul, sortir en salles une version tronquée de leurs films, pour sortir en vidéo la version intégrale. C'est proposer sur son support premier une oeuvre tronquée, et sur un support annexe l'oeuvre au complet.

Un peu comme si, de nos jours, les peintres se mettaient à exposer des morceaux de tableaux, mais permettent aux internautes de voir tout le tableau sur leurs sites web.

Quand trop de mauvais films finissent en salles, même sur 80 copies uniquement (Ninja Assassin, au hasard), des The Fall ou des Moon finissent en DTV.
Ce sont des films qui devraient être vus sur grand écran, et on nous prive de ce plaisir qui devrait être normal donc, parce que c'est pas rentable.

J'ai alors une question : et les ciné d'art et d'essai, c'est du poulet ?

Parce que Moon, vu son succès international, j'ai du mal à situer où une sortie sur 100 copies aurait été suicidaire.

Ce n'est pas nouveau. C'est financièrement logique pour les producteurs / distributeurs.

Mais c'est le genre de choses que j'aimerais qu'on arrête de me rappeler aussi souvent.

Répondre
-
voter voter


Par Neo300487 il y a 11 an(s)

likeSmall
"assieds toi bien : en produisant ou non un film, les producteurs eux mêmes décident de ce que tu dois voir ou pas !!"

Merci! Là je viens d'avoir la révélation de ma vie! Prends moi pas pour un débile. Je parle pas d'un petit film intimiste du fin fond de la géorgie filmé avec un caméra fixe en sépia dont le sujet est la bouche d'égout.

Je parle d'un film primé à Gérardmer. Et je parle pas d'un film en projet, je parle pas d'un scénarios non utilisé. Le film est là, il est de qualité et ce n'est pas un ersatz de film à la Metropolitan.

Et oui, je parle de régression, parce que là où tu vois peut être 12 films par semaines, j'en vois plus 1 à 4 par mois (est encore je suis gentil). Tout le reste n'est que le même film vu et revu des milliers de fois. Je me souviens d'une époque où j'allais au ciné plusieurs fois par semaine, où les blockbusters étaient divertissants, où les remake étaient très rare et où les histoires savaient surprendre.
Peut être que je ne l'ai pas vu venir, mais je trouve que depuis 2 3 ans, on a fait un splendide bond en arrière.

"J'ajouterai même quon a les films qu'on mérite."

Tout à fait. Y a qu'à voir les succès de Twilight, Transformers et Avatar, on a vraiment les films qu'on mérite. Tu me diras, entre les comédies romantiques à deux balle blindées de people, et les films français navrant avec Dubosc ou Merad, ils font figure de chef d'oeuvre...

"il nyavait pas plus formaté que le cinéma américains des 30"

Cool

"et pourtant on considère cette décennie comme l'âge d'or d'Hollywood."

ReCool...

Tu voudrais dire que je dois considérer que notre époque est une époque bénie en comparaison d'une époque que je n'ai pas connue? Si c'est ça, le cinéma se porte bien mieux que lorsqu'il n'existait pas.
Ou alors tu voudrais que je considère notre époque magnifique, parce qu'on dit d'elle qu'elle l'est? Si ce sont les même majorités qui encensent les films précédemment cités, je pense que je vais laisser faire mon libre arbitre...

@ wiilink

Ma vision des choses et que le cinéma subit la même chose que le jeu video (puisque tu en parles) en ce moment. La littérature commence également à subir également le même schéma.
On veut tout démocratiser. Et comme on fait des jeux de plus en plus casuals, pour que le débutant achète, on fait des films pour les "profanes" (terme mal choisi, mais j'en trouve pas d'autre pour le moment).
Le cinéphile, le gamer et le lecteur assidu ne sont plus des cibles intéressantes car minoritaires

On fait donc des films pour des gens n'ayant pas vu beaucoup d'autres choses, voyant toujours la même chose, où ne prêtant pas grand intérêt à ce qu'ils voient.
On fait des jeux qui désavantagentle gamer pour que le débutant puisse aussi gagner, qui joue quelques fois à ta place.
On fait des livre avec de la pensée prémachée, des noms alléchant sur les couvertures (souvent des People sans intérêt), et des histoires sentimentales à deux balles pour faire pleurer la ménagère.

Nivellement par le bas (c'est le plus facile).

Et sous cette déferlante de produits sans intérets, les oeuvres qui pourraient nous intéresser peinent à émerger. Avant on censurait en bloquant l'information, maintenant, on l'enterre.

Et c'est comme ça qu'on habitue les gens à des choses sans goût et qu'on fait un succès de n'importe quoi. Et ça marche super bien!

Répondre
-
voter voter


Par merzboy il y a 11 an(s)

likeSmall
Neo300487 1 a écrit:je ne demande pas un sortie à grand frais. Une sortie discrète suffirais.[b:1tha75o3] Je pense qu'on assiste à une énorme régression.[/b:1tha75o3]

tu penses réellement que cest une "énorme régression" la douzaine de films qui sort chaque semaine ??

Neo300487 1 a écrit:mais ne pas le sortir c'est décidé à ma place de ce que je dois voir ou pas.
assieds toi bien : en produisant ou non un film, les producteurs eux mêmes décident de ce que tu dois voir ou pas !!

ce que jessaye de dire, cest que le distributeur n'est qu'un maillon dindustrie. aucun des maillons ne réalise/produit/distribue/exploite un film par pur bonté de coeur. ils le font après avoir calculé leurs risques et la probabilité de toucher du pognon à la sortie du produit. bien heureusement certains associent considérations artistiques et financières. dautres non.

jajouterai même quon a les films qu'on mérite.


[quote=wiilink]Tout à fait d'accord avec neo, le cinéma (comme le jeu vidéo d'ailleurs) devient un produit de plus en plus formaté et mauvais.[/quote]il nyavait pas plus formaté que le cinéma américains des 30. des films tournés à la chaine, des metteurs en scène considérés comme simples exécutants qui tournaient parfois 2-3 films par an (certains nallaient même pas en salle de montage), des acteurs sous contrats qui venaient sur un plateau comme on pointe à l'usine... et pourtant on considère cette décennie comme l'âge d'or d'Hollywood. va comprendre.

Répondre
-
voter voter


Par delpedro il y a 11 an(s)

likeSmall
Je comprend pas cet acharnement contre le direct to video ...

Ca fait des années que tous les éditeurs et cinéphiles se plaignent que le marché du dtv ne soit pas aussi important en France qu'aux Etats-Unis, et dès qu'un titre acrocheur sort en dtv, ca fait un foin.
Perso, je préfère 1000 fois découvrir Moon en BR chez moi que de le voir à l'Orient Express en Dolby Pro Logic dégueulasse avec le métro qui passe en dessous.

Des films comme Outlanders ou D-War ont cartonné en video, ont eu une grosse exposition médiatique (pub dans le métro, a la télé), justement parce que les éditeurs avaient disposé d'un gros budget communication pour vendre leur produit ... ce qu'ils n'auraient certainement pas eu si les films étaient sortis en salle !

Donc pour moi, que Moon sorte en DTV, c'est finalement pas si mal, voire même carrément une bonne chose !

Répondre
-
voter voter


Par anon-wiilink il y a 11 an(s)
Tout à fait d'accord avec neo, le cinéma (comme le jeu vidéo d'ailleurs) devient un produit de plus en plus formaté et mauvais. (Avatar en est le plus grand représentant dernierement). La nouveauté fait peur, mais bouffé 24h sur 24h toujours la même chose ca les gens adorent. Monde de merde
Répondre
-
voter voter


Par Neo300487 1 il y a 11 an(s)
Je pense que tu confonds amalgames et sous-entendus, et si sous entendus tu as lu dans mon texte, je pense qu'ils viennent de ton interprétation.
Encore une fois, je ne fais que comparer le traitement Avatar (Pub radio et télé, campagne jumelée, nombre de copies monstrueux, tentative d'en faire un phénomène et j'en passe...) et le traitement de Moon. L'un n'a pas forcément d'effet sur l'autre (et la comparaison n'a pas réellement lieu d'être non plus, je te l'accorde. Les budgets des films et l'attente suscitée n'étant pas la même.), mais ça illustre bien la façon dont l'un est mis en valeur et l'autre dissimulé. Et c'est sur ce "dissimulé" que mon indignation porte.

Ok Avatar est un succès. Ok il a pu plaire à beaucoup et honnêtement, j'aurais adoré en faire partie. Pas de soucis là dessus.

Ce qui ne me plait pas (et ça n'a réellement rien avoir avec Avatar) c'est qu'un film de qualité (et pas selon mes seuls critères...) soit passé sous silence car il ne correspond pas au spectateur lambda.
Ok pour moins de copie, Ok pour les petites salles, mais ne pas le sortir c'est décidé à ma place de ce que je dois voir ou pas. C'est ce qui me chagrine.

""Par ailleurs, le cinéma est une industrie" disait Malraux. Les distribiteurs vont pas sortir à grands frais sur une trentaine de salles un petit film de SF intello qui nintéresse personne. Ce serait suicidaire. C'est triste je sais..."

Malraux le dit bien mieux que moi, et surtout plus poliment, mais c'est quand même ce que je dis depuis le début. Et je ne demande pas un sortie à grand frais. Une sortie discrète suffirais. Je pense qu'on assiste à une énorme régression.
Demande toi si des films comme Cube, l'Effet Papillon, The Fountain ne subirait pas le même sort s'il sortait maintenant.

Oui, l'industrie n'encourage pas la diversité. Mais doit elle la censurer (on en est pas encore là mais on s'en approche) pour autant?

Et oui, c'est triste. D'où mon indignation.

Bon, je parle sur un forum et ça sert pas forcément à grand chose (si ce n'est cette conversation plaisante) mais bon, ça fait du bien...

Répondre
-
voter voter


>> Voir les 14 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*




Moon
Moon
Sortie : 16 Juin 2010
Éditeur : France Télévisions Distribution

Les dernières news

Vidéos à ne pas manquer

Newsletter FilmsActu


Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2021 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.