FilmsActu.com



Rango

Notre avis
8 10

Véritable western spaghetti revisité à échelle animalière brillant comme une ode au 7ème art dans ce qu'il peut avoir de plus dépaysant, Rango n'est pas le simple dessin animé familial que l'on pourrait imaginer mais une piqûre de rappel cinéphilique hyper ludique. La performance technique est ahurissante, la direction artistique dépouillée, la réflexion riche de sens et le divertissement enivrant. En plus, c'est plein de couleurs !

Découvrez ci-dessous la critique de Rango


Critique Rango

Critique Rango

 

Même si la notoriété de ses films fait de l'ombre à la sienne, Gore Verbinski fait indiscutablement partie de la minuscule poignée de faiseurs hollywoodiens dont le travail nourrit constamment l'intérêt. Au-delà du simple technicien et du simple yes-man dévoré par les studios (il a pourtant côtoyé les plus cannibales), le réalisateur demeure un homme de cinéma dans le sens le plus noble du terme ayant su absorber de belles références et les digérer avec bon sens, pour en livrer une réflexion/projection avec l'intégrité des plus grands. Il n'existe que trop peu de John Guillermin ou de Irwin Allen aujourd'hui, qui ne confondent pas grandeur et égocentrisme, gardant à l'esprit que le spectacle doit avant tout être une machine à rêve. Verbinski en fait partie. Chose que l'on a bien évidemment pu constater frontalement dans Pirates des Caraïbes, parvenu à créer la surprise par son caractère un peu aérien, ses personnages iconiques et son amour évident pour tout ce que le septième art peut avoir de majestueux et d'unificateur. Avec le controversé troisième épisode, il a en plus enfoncé le clou dans un décuplement technique super maousse, doublé d'une narration "d'auteur" étrange et très personnelle de son héros Jack Sparrow. La bonne nouvelle est donc née à ce moment là : Gore Verbinski est un metteur en scène qui sait manier une caméra mais qui développe en plus son point de vue. Il était donc légitime que l'on attende avec une certaine impatience son projet suivant...

 

 

Critique Critique Rango

 

En découvrant Rango, on saisit immédiatement pourquoi le cinéaste a quitté le navire des pirates, mis à l'abordage pour la quatrième fois cette année : Gore Verbinski a des envies, de réelles envies créatives et analytiques de cinéma, qui expliquent l'espèce de mise en abym étrange de son film précédent. Faire une énième suite n'aurait rien eu de constructif, l'évolution se trouvant ailleurs. Et au premier abord, un film d'animation n'était pas forcément le support le plus adapté pour la développer. Pourtant, non content d'imposer autre chose qu'un sous-Pixar ou un Dreamworks bis en refusant tout signe d'infantilisation, Rango s'adresse aux adultes. Aux adultes cinéphiles qui n'ont pas oublié le cinéma qui leur a fait briller les yeux. Rango, c'est surtout un véritable western Leonien dans la plus grande tradition du genre (ou DES genres) mais aussi un western onirique questionnant le sens de l'existence lorsque l'on n'est qu'une façade, une image, un caméléon qui montre aux autres ce qu'ils veulent voir... Un acteur, en somme, avec tout ce que cela sous-tend. Comme le fruit d'une conversation entre la passion d'un Eddy Mitchell et le questionnement d'un Woody Allen, ce surprenant film d'animation exploite le ton aérien des séquences solo de Johnny Depp dans le précédent Pirates. Ces scènes un peu Gilliamèsques aux relents d'Arizon Dream (l'hommage est très costaud ici) qui trouvent enfin totalement leur sens dans Rango, là où elles détonnaient dans Pirates des Caraïbes 3.

 

Critique Critique Rango

 

On apprécie donc que Gore Verbinski ne se laisse pas posséder par la teneur "dessin animé" de son film pour succomber aux gaudrioles bêtifiantes faciles, en préférant adopter les tics cartoonesques pour aller dans son sens à lui. Forcément, les plus petits seront parfois largués par les différentes lectures psychologiques et le discours nostalgique de son propos, mais c'est le sacrifice à faire pour constater à quel point on assiste à une véritable œuvre de cinéma. Une œuvre qui, malgré toute la technologie mise en place pour lui donner vie, n'oublie pas de regarder un peu derrière elle pour se rappeler d'où elle vient et à qui elle doit le divertissement rafraichissant qu'elle offre au public. L'eau, denrée rare dans le film après laquelle tous les personnages courent, est ainsi symbole d'argent, de pétrole, des manœuvres évolutives de tout un système hollywoodien, mais elle représente également la pureté qui tend à manquer. Pureté qu'il retrouve un peu ici. Ainsi, lors d'une séquence assez hallucinante faisant intervenir un personnage surprise, Rango finit par assumer pleinement ce qu'il est et l'art qu'il représente : malgré les performances, les questionnements et les multiples récompenses prestigieuses tout juste bonnes à trainer dans une voiturette de golf, l'essentiel, c'est d'offrir du rêve. Si possible à tout jamais...

 

Critique Critique Rango

 

Pour parfaire le tout, à l'image de Pirates de Caraïbes, Verbinski s'offre une direction artistique de haute volée qui n'hésite pas à affubler ses personnages des trognes les plus impossibles (jusqu'au moindre second rôle), sans succomber au lissage familial redoutable des productions de ce genre. Parce qu'au final, Rango est un film profondément sincère dans sa volonté de proposer de l'évasion, qui tape souvent juste dans ses références sans jamais les tourner en dérision et n'hésitant pas à aller piocher dans les registres les plus inattendus, bien que pertinents. Il est de toute façon difficile de blâmer un film qui a compris que Mad Max 2 était déjà un western à sa façon (on en revient à l'histoire d'eau évoquée plus haut), et qui plus est certainement l'un des meilleurs de l'histoire du cinéma, et qu'il a ici autant sa place en porte étendard que Le Bon, la brute et le truand. Décidemment, Verbinski aime le cinéma et en parle avec une justesse absolue. Il nous suffit juste d'y être attentif...

 

Date de première publication : 7 mars 2011 à 9h06

 



Par Arnaud Mangin 4 commentaires


À voir aussi
3 Wall-E - Blu-Ray
1 Pirates des Caraibes 4 : premières photos officielles [MAJ]
6 Pirates des Caraïbes 4 : première photo de Johnny Depp
5 Pirates des Caraïbes 5 en écriture, Johnny Depp partant

Derniers commentaires
Par RedJohn il y a 7 an(s)
Intestable, le meilleur film d'animation américain de 2011, l'oscar est amplement mérité.
Répondre
-
voter voter


Par gavin1993 il y a 8 an(s)

likeSmall
C'est vrai que l'animation vaut le coup d'oeil! Le scénario quant à lui se regarde bien, meme si je pensais qu'il serait encore plus déjanté.. Un peu comme le héros: on aurait pu en faire quelque chose de bien plus tordant, de ce lézard au cou tordu!..
Répondre
-
voter voter


Par gfk il y a 8 an(s)
c'est assez excellent quand même, entre les dialogues ciselés (excellent casting vo), la mise en scène enlevée de Verbinski, qui montre un véritable talent, l'animation exceptionnelle d'ILM, limite égale à Pixar, les références savamment digérées, franchement ça faisait depuis tempête de boulette géantes, qu'un film d'anim ricain m'avait pas autant surpris dans le bon sens...
Répondre
-
voter voter


Par nono54 il y a 8 an(s)

likeSmall
Pour amener ma petite pierre à cette critique, il faut préciser que ce film est aussi le premier film d'animation d'ILM. Personne n'en parle, mais c'est tout de même un événement en soit, ILM étant l'un des pionners des CGI, on le voit dans la bande-annonce, on atteint un véritable photo-réalisme dans cette oeuvre, bien supérieure sur ce point à celles de ses concurrents.
Répondre
-
voter voter


>> Voir les 4 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*





Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2019 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.