FilmsActu.com



Test Blu-ray : Piranha 3D

Test du Blu-Ray Piranha 3D

Le dernier film de l'été 2010 a fait le nécessaire pour que personne ne veuille retourner à la baignade et s'apprête à envahir les bacs le 23 février 2011 en Blu-Ray. Une édition particulièrement généreuse puisque, non contente de proposer le film dans des conditions techniques spectaculaires, elle nous offre également un nombre conséquent de bonus, dont une interview anti-langue de bois à ne pas manquer. Vous pouvez retrouver notre test complet ci-dessous :

 

Test du Blu-Ray Test du Blu-Ray Piranha 3D





Par 2 commentaires


Image : 10/20

Fidèle à ses principes, Wild Side Vidéo applique à ce qui deviendra certainement l'un de ses titres phares un travail d'authoring particulièrement soigné. On pourra donc profiter de Piranha 3D (même si en 2D) chez soi avec une perfection technique qu'il sera difficile de discuter. Même si cette perfection peut à l'occasion desservir quelques effets visuels beaucoup trop visibles et parfois ratés (de nombreux plans sous-marins, le tourbillon de la scène introductive), la copie présentée sur ce Blu-Ray est tout bonnement impeccable. Rien de si étonnant en soi compte tenu du très jeune âge du film, mais il est toujours bon de le rappeler. Spectacle estival riche en couleurs vives oblige, le film d'Alexandre Aja nous en met plein les yeux avec une belle prédominance de jaune, de bleu et surtout (évidemment) de rouge, histoire d'appuyer le ton sanguinolent de l'expérience. Un rouge qui inonde même parfois tout l'écran sans jamais faire cafouiller un encodage de belle tenue, qui s'en sort remarquablement dans les nombreux plans larges et/ou de foule malgré la multiplicité de détails à l'écran. On ne pouvait espérer mieux...

 

Notons enfin que le disque testé est celui de l'édition standard et qu'il ne dispose donc pas de la 3D moderne. Seule une version 3D anaglyphe est proposée mais, comme souvent, la désagréable gestion des couleurs via le filtre des lunettes la rend vite irregardable. Les amateurs de reliefs devront donc s'orienter vers la véritable 3D.



Piranha 3DPiranha 3DPiranha 3DPiranha 3DPiranha 3DPiranha 3DPiranha 3DPiranha 3DPiranha 3DPiranha 3DPiranha 3D


Son : 10/20

L'éditeur français ne fait jamais les choses à moitié et le travail sonore va généralement de pair avec le traitement de l'image. Là encore, Piranha 3D ne déroge pas à la règle et s'impose comme une belle démonstration d'enveloppement grâce à l'exploitation de toutes les possibilités des systèmes multicanaux. D'autant plus que le film se targue d'un mixage plutôt joyeux. Ainsi, que l'on choisisse la VO comme la VF, nous aurons droit à un beau DTS HD Master 5.1 qui ne ménage pas votre équipement. Devant comme derrière, les balances sont en perpétuelle activité, qu'il s'agisse de jouer avec le clapotis de l'eau contre les parois des bateaux ou avec le déplacement nerveux des vilains poissons qui filent à toute allure sur des surrounds bien échauffés. Pour le reste, ça crie beaucoup et de tous les côtés, ça gargouille un max et les basses se gargarisent de la musique, du moteur des bateaux ou de quelques tremblements de faille sismiques. Les amateurs de gros son démonstratif ne seront pas pris au dépourvu...

 

Piranha 3D


Bonus : 7/20

Si l'on y trouve qu'un seul disque, cette édition Blu-Ray de Piranha 3D n'en reste pas moins solidement fournie puisque l'on y trouve plus de trois heures de suppléments (en définition standard, pour tout caser sans problème). Le premier est un gros, très gros morceau : le Making of (2h09) est ici bien plus long que le film et prend largement le temps d'en développer les différentes étapes de fabrication. Néanmoins, on pourra émettre un bémol sur son intérêt puisqu'il s'apparente davantage à une très longue featurette promo qu'à un véritable document de fond. Tout le monde se congratule lourdement et ce n'est seulement qu'au bout de pratiquement une heure que le document se montre réellement intéressant. Après une première partie focalisée sur la présentation des intervenants principaux, le making of s'oriente vers ce qui nous intéresse le plus pour un tel film : la technique ! A partir là, c'est très généreux. Le document évoque à peu près tout les aspects de la conception du film à partir de la scène de carnage : les cascades, la mécanique des éléments qui se renversent, les effets gores, les dizaines de mannequins en charpie, les filles nues, les effets visuels numériques et même un segment sur le processus de la conversion 3D - même si ce dernier n'est pas toujours convaincant à force de glorifier le procédé. On regrettera que, pris par l'élan de la promo et l'enthousiasme du tournage, tout le monde évoque la 3D du film comme un monument alors que personne n'en avait eu un aperçu.

 

Piranha 3D

 

C'est en revanche un changement de discours radical que l'on retrouve dans Jeux de massacre (33min14), une interview d'Alexandre Aja et Gregory Levasseur réalisée lors de leur venue en France, exclusive à cette édition et durant laquelle les intervenants font preuve d'une franchise à toute épreuve. Durant plus d'une demi-heure, les Français reviennent sur le processus complexe du film, notamment concernant le relationnel avec les financiers. A savoir les Frères Weinstein qui en prennent ici pour leur grade et apportent de l'eau au moulin du livre Sexe, mensonge et Hollywood de Peter Biskind, qui charge déjà bien les producteurs. La langue de bois est proscrite et de nombreux points noirs sont mis en avant. Aja reconnait lui-même que les effets visuels ne sont pas totalement à son goût, à cause d'erreurs de management. On regrettera juste l'obstination des garçons à traiter Lake Placid de film "sérieux et premier degré" alors qu'il reste plus cynique que le leur. Notons qu'à cette interview vient se greffer celle de la comédienne principale, Kelly Brook Wild Wild Girl (13min54), également réalisée lors de sa venue à Paris. Les propos sont moins sensationnels et se limitent à quelques anecdotes rigolotes.

 

Piranha 3D

 

On retrouve ensuite les petits suppléments de rigueur. A savoir des Scènes coupées (8min38) plutôt mineures, commentées ou non par le réalisateur (en anglais), mais surtout les Animatics (11min16). Il s'agit surtout de story-boards montés et sonorisés de séquences abandonnées et qui avaient pourtant un potentiel spectaculaire et horrifique de premier choix. On comprendra que les restrictions budgétaires aient eu raison de ces scènes. Enfin, on retrouvera la Bande annonce du film et de quelques titres de l'éditeur ainsi qu'une Galerie de photos (5min40).


À voir aussi
1 Les scénaristes de Saw pour la suite de Piranha 3D
Pourquoi Piranha 3D doit être nommé aux Oscars
10 Alexandre Aja répond aux attaques de James Cameron
6 De Saw à Saw 3D : L'intégrale testée en Blu-Ray !

Derniers commentaires
Par nono54 il y a 10 an(s)

likeSmall
Des nibards, du fun, du gore, un blu ray 3d, j'achète...
Répondre
-
voter voter


Par Pistouman il y a 10 an(s)

likeSmall
Faut dire qu'il s'agit d'une des plus immondes 3D vues au cinéma. Un nanar (parce qu'on rit quand même beaucoup) qui ne doit pas supporter un deuxième visionnage...
Répondre
-
voter voter


>> Voir les 2 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*




Piranha 3D (édition collector)
Piranha 3D (édition collector)
Sortie : 23 Février 2011
Éditeur : Wild Side Video

Les dernières news

Vidéos à ne pas manquer

Newsletter FilmsActu


Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2021 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.