FilmsActu.com

Anges et démons

Le 04/05/2009 à 12:01
Par
Notre avis
4 10

Cent fois meilleur que Da Vinci Code, Anges et Démons reste tout de même terriblement médiocre, ne dépassant pas le stade du téléfilm se laissant apprécier le cerveau éteint à la télévision un dimanche soir sur TF1. Les problèmes de Da Vinci ont en partie été résolus, à commencer par le rythme de l'histoire mieux soutenu ou la suppression de quelques fantaisies (personne ne marche sur l'eau cette fois-ci !), mais Ron Howard est toujours derrière la caméra, sans aucune inspiration, ne donnant aucun souffle à son histoire. Les rebondissements sont prévisibles, les caricatures des « cluedo-like » sont toutes présentes jusqu'aux personnages et leurs dialogues, le film observe une grande neutralité empêchant toute polémique autour de la religion et se laisse regarder paisiblement autant qu'il s'oublie vite. Bref Anges et Démons est au cinéma ce que le Big Mac est à la restauration : ça n'a aucun goût, il faut accepter de payer 8€ pour en profiter et on s'en contente le temps que ça dure !


Critique Anges et démons Nous serions presque tentés de crier à l'exploit pour Anges et Démons : second film des aventures de Robert Langdon (Tom Hanks), écrites par Dan Brown et donc se situant après les évènements de Da Vinci Code (le livre se situait avant), le résultat est bien meilleur que la précédente adaptation mais reste franchement médiocre. Flashback : en 2006, Da Vinci Code ouvre le Festival de Cannes et sort le même jour dans le monde entier. Il fût hué sur la croisette, Audrey Tautou était en larmes en sortant de la salle, ce qui n'empêchera pas ce film de connaître un grand succès au box-office non sans engendrer un bouche-à-oreille très glacial. S'il y avait bien une suite qu'on ne voulait pas voir au cinéma, c'était bien celle de ce film sans rythme, sans inspiration et aux rebondissements aussi maladroits que drôles ou énervants selon l'humeur. Du moins pas par la même équipe. Mais à Hollywood, une équipe qui engendre autant d'argent est une équipe qui gagne. Les producteurs, l'acteur principal et donc le réalisateur sont de retour pour Anges et Démons. La bonne nouvelle reste qu'ils ont entendu les critiques et ont décidé d'en tenir compte.

Critique Anges et démons

 

Premier défaut réglé : le rythme. Da Vinci Code consistait en une suite de dialogues sans âmes, enchaînés sur la longueur et entrecoupés parfois d'une petite scène d'action. Pire encore, ce film inaugurait un principe qu'on n'espère ne plus jamais voir sur un grand écran : le flashback nous expliquant l'action censée s'être déroulée deux minutes avant... Une véritable torture de 2h30 qui généra dans les salles des concerts de sièges grinçants alors que 600 personnes cherchaient la meilleure position pour dormir (expérience vécue le soir de la sortie à l'UGC Normandie !). Comme annoncé il y a plusieurs mois par le producteur Brian Gazer, le scénario de Anges et Démons a été pensé pour que les dialogues et l'action cohabitent beaucoup plus ensemble. Le résultat à l'écran le prouve : on ne s'ennuie (presque) plus ici, un bon point sans doute favorisé par le rétrécissement de la période sur laquelle se déroule l'histoire, à savoir environ 6h00 (les faits ont lieu entre 18h et 00h). A partir de là, les présentations n'étant plus nécessaires, on rentre dans l'action du film environ dix minutes après son démarrage, pour ne plus jamais la quitter jusqu'à la fin. Parfait ! Ou pas. Car il faut retenir que Akiva Goldsman est ici toujours à la plume du scénario. Pour les trois derrière qui ne suivent pas, si Akiva Goldsman est considéré comme une valeur sûre par Hollywood (il a gagné un oscar pour le scénario de Un Homme d'exception - de Ron Howard justement !), il est vu comme une véritable plaie par les cinéphiles. Scénariste de Batman et Robin et Perdu dans l'espace (deux vrais boulets qu'il se traîne), Akiva est régulièrement appelé par les studios pour réécrire des scénarios jugés trop ambitieux (I, Robot et Constantine sont les meilleurs exemples), les polir, les bourrer de vannes, bref les rendre plus « accessibles » à la ménagère de moins de 50 ans, dans tout ce que cette pratique peut engendrer de pire. En résultent donc des dialogues mous, éculés, des punchlines déplacées, et surtout un sens de la rhétorique conventionnelle qui repousse le genre dans ses plus basses abîmes. Rajoutons à cela que Anges et Démons est tiré d'un livre de Dan Brown, dont la plume n'est pas des plus fines (son efficacité se fait au détriment de sa qualité d'écriture - n'est pas JK Rowling qui veut), et le résultat à l'écran enchaîne les situations, rebondissements, personnages les plus communs qui soient.

 

Critique Anges et démons

 

Deuxième défaut réglé : on ne rigole plus devant Anges et Démons. Car si Da Vinci Code était ennuyeux à mourir, on se prenait tout de même à pouffer de rire devant des idées complètements saugrenues mal retranscrites du livre (Audrey Tautou descendante de Jésus !) ou carrément inventées pour le film (Audrey Tautou essayant de marcher sur l'eau !). De deux choses l'une alors : ou l'on voit ce point comme positif, ou l'on regrette de ne plus rien avoir à se mettre sous la dent pour rigoler un bon coup. Car, scénario éculé au centième degré oblige, Anges et Démons a tout du plus banal épisode de Columbo qui se prend un peu trop au sérieux. Un point renforcé par l'absence de toute inspiration du réalisateur, qui filme son histoire en mode automatique, en bougeant la caméra quand il doit la bouger sans se y mettre la moindre personnalité. Il en va de même sur tous les points techniques : la photo est quelconque, la musique aussi (Hans Zimmer est décidément décevant quand il n'y a rien d'intéressant à l'image, là où il peut être incroyable sur un Pirates des Caraïbes 2), les décors également, etc. Anges et Démons serait tout juste digne d'un téléfilm ? Assurément.

 

Critique Anges et démons

 

Evidemment on attendait de pied ferme Anges et Démons pour l'éventuelle polémique qu'il allait engendrer à cause de son histoire autour du Vatican. Si Da Vinci Code enchaînaient superficiellement des théories dans le fond assez intéressantes, Anges et Démons se contente juste d'être un récit policier ne s'attardant pas sur son fond. Certes quelques points autour du rapport entre la science et la religion sont souvent évoqués, mais ils sont curieusement tout de suite éventés par un dialogue qui tentera de les modérer, le meilleur exemple restant un monologue de Ewan McGregor ouvertement placé ici pour tenter de plaire à tout le monde et surtout ne froisser personne. A ce propos, annoncé comme second rôle, la quasi-absence de Ewan McGregor dans la bande-annonce intriguait quant à la vraie nature de son personnage. L'acteur (habitué à être excellent) incarne ici le « Carmalengo », c'est à dire le prêtre le plus proche du Pape, celui-ci ayant été assassiné au début de l'histoire. Dans son rôle de gentil jeune illuminé religieux, l'acteur écossais n'a pas grand chose à faire mais le fait bien. Tout juste peut-on relever un plan risible où, projeté par terre et effrayé, il en fait des tonnes, vraisemblablement mal dirigé par le réalisateur qui ne sait pas œuvrer dans la finesse (en dire plus reviendrait à révéler un élément important de l'intrigue). Mais c'est bien tout. Ewan McGregor arrive à faire vivre son rôle, ce dont aucun autre acteur (mis à part Tom Hanks) ne peut se vanter puisqu'un des gros défauts du film est de nous livrer une galerie de personnages complètements creux et inintéressants (avec une mention spéciale au personnage principal féminin).

 

Critique Anges et démons

 

Anges et Démons relève considérablement le niveau de son prédécesseur mais demeure bourré de défauts, rendant son existence complètement anecdotique. Nous voilà juste face à ce qu'aurait dû être Da Vinci Code pour ne pas être fusillé par la presse et peu apprécié des spectateurs... C'est bien tout et c'est bien maigre.

 






Depuis 2007, FilmsActu couvre l'actualité des films et séries au cinéma, à la TV et sur toutes les plateformes.
Critiques, trailers, bandes-annonces, sorties vidéo, streaming...

Filmsactu est édité par Webedia
Réalisation Vitalyn

© 2007-2022  Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.