FilmsActu.com



Cowboys & Envahisseurs

Notre avis
4 10

Avec Cowboys & Envahisseurs, rien de bien nouveau sous le soleil de l'Ouest Américain, juste un énième film reprenant à la lettre les codes du film de genre : ceux du western (paysages sauvages, colts, saloon, shérif, longues chevauchées au coeur de contrées désertiques, bagarres, évasion de prison,…) autant que ceux de la science-fiction (vaisseaux spatiaux, lumière aveuglante, technologie de pointe, extraterrestres monstrueux, enlèvements,...). Cependant, même si le film déçoit par son manque d'audace, on sort néanmoins de la séance avec le sentiment d'avoir été suffisamment diverti… Ou au moins dépaysé. Découvrez ci-dessous la critique de Cowboys et Envahisseurs.


Critique Cowboys et Envahisseurs

Critique du film Cowboys et Envahisseurs

 

"Bill va mourir, ce serait mensonger de ma part d'appeler mes films Kill Bill si ce n'était pas le cas. La vraie question est plutôt de savoir comment il va mourir" racontait Quentin Tarantino lors de la promotion de son diptyque. Aujourd'hui c'est au tour de Cowboys & Envahisseurs de rendre des comptes sur son titre équivoque. Alors le dernier Jon Favreau, blockbuster original ou morceau de péloche digne des productions Asylum ?

 

Un homme se réveille seul en plein milieu du désert, blessé et désorienté. A peine a-t-il le temps de recouvrer ses esprits qu’il se fait attaquer par des bandits auquel il flanque une trempe avec l’efficacité d’un Jason Bourne sous anabolisants. Une gifle en guise de prologue pour mettre les choses au clair : le personnage est froid, brutal, implacable et, par-dessus tout, pas là pour rire. La preuve : c'est carnaval et Daniel Craig nous ressort le masque impassible de son James Bond. Si vous souhaitez déguster un milkshake des familles, tournez-vous donc plutôt vers Jonah Hex car ici, on ne badine pas avec les billets verts estampillés 'Hollywood', il faut que ça swingue, sbim paf boom !

 

Le soleil est à son zénith, le corbeau croasse, un virevoltant virevolte et notre héros parcourt l'horizon, seul. Arrivé à Absolution, une ville pauvre et austère de l’Arizona de 1873, l’homme se confronte à son passé : il s'appelle Jake Lonergan, sa tête est mise à prix pour meurtre par le Sheraf ("Tu connais pas Sheraf? C'est un groupe, ils étaient number one") et pour vol par le gang du 'dangereux' Colonel Dolarhyde (Harrison Ford). Alors que la nuit tombe sur la ville de poussières, que les pièces du puzzle s'emboitent peu à peu dans son esprit et qu'Olivia Wilde se pare de son plus beau regard halluciné, des lumières percent soudain la nuit, des hurlements enveloppent le silence, la peur devient oppressante, le chaos s’installe, les envahisseurs attaquent.

 

Critique Cowboys et Envahisseurs

 

Cowboys & Envahisseurs est donc le fruit d'un pari un peu fou : faire fusionner le western et la science-fiction, deux genres cinématographiques à priori antinomiques. Si l’un prend définitivement le pas sur l’autre c’est que le réalisateur réduit les parties de science-fiction à des scènes d’action ciblées entre de longues scènes-tartines de développement de personnages. Pourtant la première scène d’attaque est justement celle qui combine le mieux les deux genres : les envahisseurs frappent de manière chirurgicale avec leur technologie de pointe alors que les cowboys se défendent tant bien que mal avec leurs simples colts, dépassés quelque part entre les chevaux paniqués, les débris de la ville et les corps qui s’élèvent dans le ciel. La mise en scène, haletante, prend même le soin de nous remémorer les meilleurs moments de La Guerre des Mondes de Steven Spielberg.


Suite à cette attaque, les protagonistes s'engagent dans une chevauchée fantastique dont tous sortiront grandi (même ceux qui sont destinés à mourir, promis). Les minutes défilent et, pour notre plus grand plaisir, le déroulement s'accroche à un flou scénaristique osé dans lequel quelques flashbacks bien étranges reviennent au héros avec parcimonie. Pourquoi ces enlèvements ? D'où vient Jake Lonergan ? A quoi sert son bracelet ? Et surtout, pourquoi diable est-ce qu'Olivia Wilde est habillée comme une mormone ? Les questions sans réponses s'accumulent ainsi dans l'esprit du spectateur avec une telle densité qu'on en vient à se demander si le film va nous livrer clés en main l’intégralité des réponses attendues ou s’il poussera le vice de son concept jusqu’à rendre ses personnages désarmés et impuissants face à ces attaques dont ils pourraient très bien ne jamais percer les mystères. Et avec Damon Lindelof (Lost) parmi l’équipe de scénaristes (si si, il y a bien plusieurs scénaristes) on pouvait légitimement penser que pour une fois Goliath allait flanquer une raclée à David avant d’arpenter victorieusement (avec ses nouvelles chaussures rouges à paillettes) la fameuse route de briques jaunes balisée par les blockbusters Hollywoodiens.

 

Critique Cowboys et Envahisseurs

 

Hélas le récit explose littéralement en vol après LE twist facile du film bombardé lors d'un feu de camp indien tellement cliché qu’on le croirait tout droit sorti d’une BD de Tintin. S’ensuit alors une longue séance d’explications, sorte de Q&A pour neuneus qui euthanasie tout intérêt jusqu’au générique de fin, rendant les séquences suivantes vides, mièvres, mollassonnes et sans autre enjeu dramatique que le fait de savoir si les gentils vont réussir à bouter les vilains monstres hors de leur planète. Pour ce grand final, la team de scénaristes pousse même le bouchon un peu trop loin Maurice puisqu'ils assènent, à qui veut l'entendre, leur indiscutable laïus de "l’homme est bon, l’envahisseur est mauvais" en transformant, pour l'occasion, de 'méchants personnages' en valeureux combattants héroïques et solidaires. Une fraternité soudaine aussi désespérante qu’imbuvable en somme.

 

Critique Cowboys et Envahisseurs

De la country en discothèque ?

 

Même si le concept n'est pas poussé aussi loin que chacun a pu, à loisir, le fantasmer dès l'annonce du projet (un cowboy dans l'espace?) et malgré tous les errements scénaristiques du troisième acte, Cowboys & Envahisseurs divertit. Difficile de vraiment savoir pourquoi tant les carences de ce projet d'envergure sont bien plus nombreuses que ses fulgurances (l'idée du bracelet qui symbolise le fardeau, la croix que Lonergan se doit de porter sur le chemin de sa rédemption). Peut-être sommes-nous tout simplement touchés par la volonté sincère d'un Jon Favreau qui n'a pas souhaité rendre son actrice principale sexy afin que le spectateur s'intéresse plus aux émotions de son personnage qu'à ses fesses... Moui, bon et sinon maintenant Jon, blague à part tu peux nous le dire... Tu t’es bien amusé lors du tournage de la scène avec Olivia Wilde nue que tu cadres comme un vitrail d’église ?

 

Finalement, pour gagner sa place sur le podium des blockbusters estivaux, il ne suffit pas seulement d'afficher un titre 'cool' (souvenez-vous du très mauvais Des Serpents dans l’Avion !), il faut aussi du jeune (Ok !), du sexy (Ok !) et du rêêêêve comme dirait ce bon vieux Alfred Duler ! Et si on ne demande pas à Jon Favreau de nous anesthésier le cervelet comme le fait Michael Bay avec cette formule, le réalisateur aurait cependant gagné à emplir son film d'idées originales et de magie visuelle dignes de son postulat de départ. Dommage, la générosité était pourtant là. Et si ce n'était celle de ses acteurs, c'était au moins celle, inébranlable, de ses financiers.

Critique de Cowboys & Envahisseurs publiée le 31 juillet 2011.

 

 



Par Camille Solal 9 commentaires


À voir aussi
1 Les premières critiques de Cowboys & Envahisseurs
Cowboys et Envahisseurs : la bande annonce en VF
2 Olivia Wilde chaude bouillante dans GQ
Attack the Block : la bande annonce

Derniers commentaires
Par eazeeeae86 il y a 8 an(s)

likeSmall
tres décu de l'adaptation de favreau et celle de harisson ford ou on a limpression qui senuit beaucoup
Répondre
-
voter voter


Par titof80 il y a 8 an(s)

likeSmall
c'est vraiment sympa cette idée d'associer deux mondes différents et à la fois éloignés , passer du cow boy à l'extra terrestre , je trouve cela vraiment bien fait - la salle n'était pas pleine car il y avait du monde pour la planète des singes que j'ai vu également mais ca vaut le détour
Répondre
-
voter voter


Par levieuxdragon il y a 8 an(s)

likeSmall
J'ai passé un bon moment grâce à quelques scènes avec Harrison Ford ainsi que la magnifique Olivia Wilde et les Aliens sont plutôt réussis. Pourtant il manque quelque chose dans ce film dont j'attendais un peu mieux que ces bons moments. Comme le dit si bien Pavupapri, il n'y a pas de scènes fortes malgré le sujet du film. Je trouve le final un peu brouillon et beaucoup trop de facilité aux humains pour s'en sortir malgré un désavantage considérable face aux aliens. Dommage, j’espérais un peu mieux de la part de Jon Favreau.
Répondre
-
voter voter


Par pavupapri il y a 8 an(s)

likeSmall
Mouais...

Pas réellement mauvais, mais j'ai rien vu d'autre là dedans qu'une note d'intention filmée : un film avec des cow boys et des martiens, et puis c'est tout. Zero intrigue, pas de vraie scène forte et surtout la très mauvaise idée repose sur le personnage d'Olivia Wilde qui démystifie tout ce que le mélange des genres pouvait offrir.

L'intéret que l'invasion se déroule à une époque où personne ne sait ce qu'est un extra -terrestre pouvait laisser lieu à un regard totalement différent sur la SF, tout en restant un vrai film de genre. Pour le coup, les scénaristes sont passés à coté d'une opportunité en or en voulant, une fois encore, "rationaliser" les choses. De la série Z façon NRJ12, avec un peu plus de pognon...

Répondre
-
voter voter


Par Pistouman il y a 8 an(s)

likeSmall
Bon alors j'en sors à l'instant. Je n'avais pas vraiment de grosses attentes puisque je ne suis pas particulièrement fan de Daniel-machoires serrées-Craig. Après une bonne introduction le film retombe comme un soufflé presque instantanément. Je pense qu'il s'agit de l'histoire la plus bâclée des films sortis cet été, la réalisation est inexistante et il n'y a aucun enjeu dramatique. Les effets spéciaux sont certes réussis mais il n'y a absolument rien de neuf, tout a déjà été vu revu et pire encore, j'ai vraiment eu l'impression de retourner à mes 15 ans à l'époque où sortaient des films comme Men In Black ou, comme c'est le cas, Wild Wild West auquel j'ai beaucoup pensé...ce qui n'est pas une bonne chose avec le recul. Enfin bref, Harrison Ford ne trouve plus finalement que des rôles de bougon, Paul Dano vient nous faire rire un peu, Sam Rockwell se fait chier, Craig montre ses pectoraux...si seulement Olivia Wilde avait un petit plus qu'un joli minois à nous offrir ça aurait été pas mal mais là encore il n'y a pas grand chose à manger. 2 longues heures où je m'amusais à me dire tiens les créatures ressemblent à celles d'Independence day, là on dirait un truc de Lovelace, là il ne se passe rien (gros ventre mou pendant au moins 45 mins)...je voulais le voir je l'ai vu, mais c'est là que je me rends compte que je ne débourserai plus 10 euros pour ce genre de films si je n'avais plus ma carte illimitée. Ca fera peut-être un joli blu-ray, et ce qu'il y a de bien avec le blu-ray et le dvd, c'est qu'on peut faire avance rapide.
Répondre
-
voter voter


Par nono54 il y a 8 an(s)

likeSmall
Je ne suis absolument pas d'accord avec cette critique, je l'ai vu hier soir, et c'est excellent.

Un vrai western, avec tous les ingrédients nécessaires, des personnages charismatiques et extrèmement bien interprétés. La partie SF s'imbrique avec habilité et révèle des créatures et des raisons de l'attaque vraiment crédibles.

Bref, une de mes coups de coeurs de cet été.

Répondre
-
voter voter


Par levieuxdragon il y a 8 an(s)

likeSmall
Avec tout ce qui est sorti cet été c'est le seul film qui vous intéressait ?? Vous charriez la !!!
Répondre
-
voter voter


Par jasonmaccord il y a 8 an(s)
puréeee ! moi aussi !!
Répondre
-
voter voter


Par jymmyelloco il y a 8 an(s)
si votre critique est vraie, je serais déçu c'est vraiment le seul blockbuster que j'attendais.
Répondre
-
voter voter


>> Voir les 9 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*





Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2019 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.