FilmsActu.com

Démineurs

Le 21/09/2009 à 12:12
Par
Notre avis
7 10

Après une longue période d'absence, la réalisatrice chouchoute des cinéphiles amateurs d'action, Kathryn Bigelow, revient avec l'un de ses sujets de prédilections favoris : l'homme ! Le mâle à travers toutes ses qualités et ses faiblesses dans un scénario prétexte aux excès de fluides corporels qui lui rappellent que même dans les situations les plus dangereuses ou abracadabrantes, s'il en est conscient, c'est qu'il est vivant ! The Hurt Locker s'impose en tout cas comme un film de guerre encore plus dopé à l'adrénaline qu'à la testostérone et évoque l'idée, parfois tabou, que certains n'ont de vraies raisons de vivre que lorsqu'ils frôlent la mort.

Découvrez ci-dessous la critique de Démineurs


Critique de Démineurs de Kathryn Bigelow

Kathryn Bigelow fait partie non seulement des rares femmes composantes des metteurs en scène majeurs du territoire américains, mais surtout de la très courte liste de noms dont la simple évocation interpelle. Malgré un K-19 qu'elle laissera sans doute dans les profondeurs, on doit à la réalisatrice un certain culte entretenu par une filmographie aussi foisonnante qu'éparse ainsi qu'un regard en retrait, sur chacune de ses œuvres, là où la plupart de ses confrères fonceraient tête baissée pour étaler fièrement leur sueur. Le petit plus féminin, probablement, le reflexe qui empêche à la dernière seconde l'attitude de bovidé qu'entretiennent certains. Toujours est-il qu'en construisant sa carrière de ''films pour mecs, réalisés par une nana qui les connait mieux qu'eux'', l'ex-madame James Cameron s'est construit un fil rouge à la thématique pas si anodine que ça. Fondamentalement, l'homme d'action et le récit qui l'entoure ne sont qu'une coquille ne demandant qu'à être brisée, étudiée et comprise. The Hurt Locker est en tout cas plus que jamais au cœur du propos. La guerre, la mort et l'adrénaline qui en découlent ne sont-elles pas la plus roublarde des drogues ?

 

Critique de Démineurs de Kathryn Bigelow

 

Unanimement salué dans les festivals dont il a fait le tour et injustement repoussé aux calendes grecques dans son propre pays d'origine, The Hurt Locker signe donc le retour musclé d'une réalisatrice aussi majeure que discrète aux commandes d'un projet chaud bouillant. Elle pose d'ailleurs les bases : loin du regard introspectif de l'envahisseur américain dans un pays dont il ne connait rien (au début on craignait que ce soit le sujet du film, et très rapidement on passe à autre chose), il s'agit surtout de parler de l'homme moderne. Celui qui vit, qui fantasme la guerre comme le défouloir essentiel pour bouleverser un quotidien dans lequel il se considère comme un rien. Un vrai drogué au danger, qui ne se sent pousser des ailes que sous les balles de l'ennemi ou lorsque la bombe qu'il désamorce risque de lui sauter au visage à tout moment. Le contraste est en tout cas aussi édifiant qu'essentiel, et c'est là que la position de Bigelow sur un tel projet trouve tout son sens : la femme au foyer (Evangeline Lilly) n'est effectivement là que pour pousser un caddie et écope d'un quota de 20 secondes maxi à l'écran contre l'époux (Jeremy Renner, déjà soldat dans 28 semaines plus tard) qui reste au centre de l'intrigue, à prendre son pied même au-delà des champs de batailles lorsqu'ils se bagarre avec son propre bataillon ou s'invente des missions secrètes dont il ne comprend pas lui-même le sens...

 

Critique de Démineurs de Kathryn Bigelow

 

Un film sur les ravages psychologiques de la guerre - oui, encore - mais suffisamment loin des poncifs pour se focaliser sur les étranges cas d'énergie positive qu'il procure à certains hommes, tout l'opposé de Rambo par exemple, appuyé par une mise en scène particulièrement inspirée. On n'en attendait pas moins de la part de la réalisatrice de Strange Days, mais lorsqu'elle pousse le paroxysme au sentiment orgasmique procuré par une déflagration au sol ou une balle tirée, via de très joli ralentis, cette dernière confine une certaine poésie psychique à la chose la plus laide du monde. La guerre, le massacre des peuples, ce n'est effectivement pas beau, mais ça conserve quelque chose d'enivrant. S'il faut certainement l'avoir vécu pour le comprendre, The Hurt Locker en reste le substitut le plus fidèle...






Depuis 2007, FilmsActu couvre l'actualité des films et séries au cinéma, à la TV et sur toutes les plateformes.
Critiques, trailers, bandes-annonces, sorties vidéo, streaming...

Filmsactu est édité par Webedia
Réalisation Vitalyn

© 2007-2022  Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.