FilmsActu.com


Quand FIGHT CLUB se faisait démolir par la presse en France il y a 21 ans

21 ans après sa sortie, Fight Club avec Brad Pitt et Edward Norton demeure le film le plus sulfureux et controversé de David Fincher. Référence incontournable de la pop culture, il bénéficie désormais du statut d'oeuvre culte et s'impose comme la plus grande réussite artistique de son réalisateur.

 

Mais saviez-vous que Fight Club avait été massacré par la presse à sa sortie ? 

 

Fight Club

 

Jugé nauséabonde et porteur d'une idéologie douteuse pour certains, il a été qualifié de "film dégueulasse" pour les Cahiers du Cinéma, de "tout bonnement anarcho-nauséabond" par le Figaro ou encore de "pauvre fable putride et bêtasse" par Telerama.

 

Voici un panel de quelques critiques datant de 1999.

 

Fight Club

 

Libération : L'assommant Fight Club ne sait tout bonnement pas se battre, ce qui tombe mal pour un marathon de 2h15 de bourre-pif supposé. 10 novembre 1999

 

Les Cahiers du Cinéma : Globalement, Fight Club rend nécessaire la création du concept culinaire, esthétique, moral, de "film dégueulasse". N°540, novembre 1999

 

Telerama : Brad Pitt et Edward Norton collent bien à ce que réclament leurs rôles respectifs : cabotinage arrogant et sobriété soucieuse. Qu'importe : pris dans la tourmente des images chocs, ils deviennent anodins. Quant à Fincher, il paraît près de ressortir à chaque coin de plan le tour de passe-passe qui sustentait The Game, son film précédent : tout cela n'est qu'un jeu, etc. Trop tard, le degré de macération atteint par sa pauvre fable putride et bêtasse ne laisse plus qu'un seul recours : passer sur ce film-tache le savon rose dont il a fait son très douteux fétiche promotionnel. Ça partira très bien.

 

Positif : Se voulant l'Orange mécanique de cette fin de millénaire, Fight Club n'est en fait qu'un produit "chic et choc"... N°467, janvier 2000

 

Les Inrockuptibles : Il y en aura encore certains pour trouver ce film inventif et drôle (à condition de supporter un spot publicitaire de 2h15 et le cabotinage de Brad Pitt), mais ils n'oseront pas dire que Fight Club est "objet gentil".

 

Fight Club

 

Le Parisien : un film déroutant, étouffant, oppressant, révulsant, déstabilisant, parfois même écoeurant(...). On a toutes les chances de sortir intellectuellement diminué d'une telle épreuve. Mieux vaut être prévenu.

 

Le Nouvel Observateur : Fincher adore la décomposition, le sordide, le sombre. Dans Seven, dans The Game, il filmait les têtes coupées, les recoins obscurs, la crasse intime avec un talent évident. Dans Fight Club, ce talent même retourne le film.

 

Le Figaroscope : Fight Club n'est pas plus "nazi" que "fasciste", tout bonnement anarcho-nauséabond. Débectant, dangereux car porté par le talent.

 

Fluctuat.net : Film raté...., mais peut-être aussi film dangereux, qui abandonne le spectateur à la violence assez malsaine de certaines scènes et aux délires fascistes de ses personnages.

 

Positif : David Fincher ne possède pas les moyens de son ambition. Son film est un objet étrange et assez antipathique, très proche de Tueurs Nés d'Oliver Stone, qui lui aussi ressemblait à ce qu'il voulait dénoncer.

 

Fight Club

 

Fight Club est quand même défendu par quelques journalistes. Premiere, Le Monde ou encore Studio Magazine et FHM en publient une critique positive.

 

Première : Fight Club est un film ouvertement homo. Fight Club n'a rien d'un film homo. Fight Club est un film facho. Fight Club est un film libertaire. Fight Club se termine mal. Fight Club se termine bien. Et, surtout, il débouche sur une impasse.(4/5)

 

Edward Norton évoque Fight Club 2 en promo pour son film Brooklyn Affairs :


 

 

Fight Club



Par



Depuis 2007, FilmsActu couvre l'actualité des films et séries au cinéma, à la TV et sur toutes les plateformes.
Critiques, trailers, bandes-annonces, sorties vidéo, streaming...

Filmsactu est édité par Webedia
Réalisation Vitalyn

© 2007-2022  Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.