FilmsActu.com



Millenium Partie 1 : Les Hommes qui n'aimaient pas les Femmes

Notre avis
3 10 Adaptation du premier volet de l'excellent best-seller de Stieg Larsson, Millenium : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes reprend pas à pas, ou presque, l'intrigue du roman mais échoue à en restituer la substance, tout le propos critique vis-à-vis de la société suédoise se voyant tout bonnement balayé d'un revers de main. A l'absence totale de mystère dû à un scénario superficiellement écrit s'ajoute un montage trop rapide pour que l'intrigue policière ne soit abordable aux novices, qui risquent de trouver le temps long devant cette succession de séquences télévisuelles et qui plus est dénuées d'inspiration artistique. Seule Noomi Rapace insuffle un intérêt à l'expérience, l'actrice incarnant admirablement le personnage culte de Lisbeth Salander sans aucune fausse note. Une consolation non négligeable pour un film par ailleurs bien décevant.

Critique Millenium Partie 1 : Les Hommes qui n'aimaient pas les Femmes

Critique Millenium Partie 1 : Les Hommes qui n'aimaient pas les Femmes

 

Pour ceux qui n'auraient pas mis les pieds dans une librairie depuis quelques années, la trilogie Millenium de Stieg Larsson est l'un des succès littéraires phares de ces dernières années. Publiée en Suède en 2004 et en France deux ans plus tard, la saga continue d'occuper le top 3 des meilleures ventes sur l'hexagone où elle s'est vendue à plus de 2,6 millions d'exemplaires, chiffre estimé à 10 millions à l'échelle du monde entier. Un succès amplement justifié auquel l'auteur n'aura tristement pas pu assister puisqu'il est décédé juste après avoir remis les trois tomes à son éditeur. Une fois n'est pas coutume, Hollywood ne s'octroie pas la récupération du phénomène puisque Millenium fait l'objet d'une adaptation dans son propre pays, la Suède, qui explorte ainsi son premier vrai blockbuster. A l'origine, seul le premier volet, Les hommes qui n'aimaient pas les femmes, devait sortir en salles, La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette et La Reine dans le palais des courants d'air devant faire l'objet d'une série de quatre téléfilms. Mais compte tenu du carton du premier opus dans son pays et de son gros potentiel à l'international, la chaîne de télévision publique SVT a changé d'avis et les suivants sortiront bel et bien au cinéma en Suède sous forme de longs métrages. Ceux qui ont lu Les hommes qui n'aiment pas les femmes ne démentiront pas : l'histoire possède toutes les qualités requises pour engendrer un excellent film, à savoir un scénario reposant sur un mystère intrigant, des personnages dotés d'une réelle épaisseur psychologique et un découpage prêtant particulièrement au cinéma. Seulement voilà, le film tombe à peu près dans tous les panneaux typiques des adaptations trop rapprochées en date des œuvres dont elles s'inspirent et qui manquent par conséquent de recul. Il s'avère en outre rapidement que le réalisateur Niels Arden Oplev n'était pas du tout l'homme de la situation.

 

Critique Millenium Partie 1 : Les Hommes qui n'aimaient pas les Femmes

 

Le premier reproche que l'on émettra tient à la piètre qualité de l'écriture d'un scénario qui, sous couvert de reprendre pas à pas les éléments essentiels du matériau de base, passe en réalité complètement à côté de son sujet. De l'intrigue riche et captivante du roman, Niels Arden Oplev ne conserve que la colonne vertébrale, à savoir l'enquête policière, et évacue d'un revers de main toute la critique de la société suédoise qui l'accompagne. En effet, Millenium I : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes ne saurait se résumer à une simple histoire de meurtres en série agrémentée de quelques scènes de viol et de torture. Connu pour son engagement contre l'extrême droite et les discriminations en tous genres (le sexisme et le racisme, notamment), Stieg Larsson développait en arrière plan des thématiques fortes telles que le passé nazi de la Suède, la corruption régnant dans le milieu du journalisme économique ou encore tolérance insupportable (et bien universelle) vis-à-vis des violences perpétrées contre les femmes. Autant de thèmes subversifs qui se retrouvent ici réduits à de simples anecdotes tout juste bonnes à être évoquées au détour d'une conversation, sans aucun effort de mise en perspective par rapport à la société dans son ensemble. Le résultat est que l'histoire perd considérablement de son intérêt, quand elle ne devient pas tout bonnement racoleuse. Le propos féministe gommé, les scènes de violence sexuelle paraissent ainsi vulgairement opportunistes.

 

Critique Millenium Partie 1 : Les Hommes qui n'aimaient pas les Femmes

 

Si encore Niels Arden Oplev avait fait preuve de suffisamment d'inspiration artistique pour délivrer un thriller atmosphérique digne de ce nom, l'indulgence aurait pu être de mise. Malheureusement, le réalisateur se contente d'enchaîner les "champ contre champ" paresseux, peu mis en valeur il faut le dire par un montage trop rapide, qui prend constamment le risque de larguer en route le spectateur non-initié. Le décor, qui constituait dans le roman un personnage à part entière, se voit d'ailleurs tellement sous-exploité (en plus de n'être pas exempt de quelques incohérences) qu'il est impossible au spectateur d'envisager l'espace de manière globale. Pour ce qui est de l'enquête à proprement parler, là où Stieg Larsson stimulait les méninges du lecteur en décrivant minutieusement les dernières actions de Harriet Vanger répertoriées le jour de sa disparition, le film survole le sujet en deux ou trois répliques, tout comme il survole honteusement les personnalités hautes en couleurs des différents suspects de l'enquête que sont les membres de la famille Vanger (la plupart n'apparaîtront que sur un seul plan). Exit l'aspect ludique de soupçonner tour à tour les uns et les autres. Les indices menant à la solution de l'énigme semblent d'ailleurs avoir été semés comme par magie sur le chemin de Mikael Blomqvist et Lisbeth Salander. Il n'y a qu'à voir la facilité avec laquelle ces derniers retrouvent la photo prise quarante ans plus tôt par une passante à la Fête des Enfants pour se convaincre de la négligence des scénaristes.

 

Critique Millenium Partie 1 : Les Hommes qui n'aimaient pas les Femmes

 

Dire que Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes constitue un ratage sur tous les tableaux serait cependant abusif. Le matériau de départ s'avère suffisamment bon pour assurer au film un minimum d'efficacité narrative. L'équipe du film peut aussi se féliciter d'avoir déniché l'actrice idéale pour incarner le personnage culte du roman, Lisbeth Salander, jeune femme déjantée, dotée d'un esprit aussi brillant que révolté. En plus de posséder le physique adéquat pour le rôle voire de correspondre incroyablement à la description, Noomi Rapace révèle un charisme indéniable et adopte un jeu très intériorisé, exprimant sans aucune fausse note les sentiments de son personnage, dans sa rage contenue comme dans ses explosions de violence. Les scènes très dérangeantes avec le tuteur s'avèrent à ce titre plutôt réussies de par leur brutalité réaliste, inenvisageable dans la plupart des blockbusters. Le bilan s'avère nettement plus mitigé en ce qui concerne le choix de Michael Nyqvist, trop vieux et surtout trop insipide pour tenir le rôle du journaliste de Millenium. Preuve qu'il ne suffit pas d'avoir la cote auprès du public local pour se fondre dans la peau d'un personnage. A la décharge du comédien, il faut souligner que tout trait de caractère de Mikael Blomqvist susceptible de déranger la bonne morale a été passé à la trappe, réduisant le bonhomme à un célibataire inoffensif et aseptisé, ne manifestant d'ailleurs aucune révolte particulière à l'égard du système tentaculaire dont il a été victime dans l'affaire Wennerström. Plutôt qu'à un Superblomqvist, disons que nous avons affaire à un Miniblomqvist. Son union libre avec Erika Vanger (Lena Endre) et la bigamie de cette dernière ont d'ailleurs été supprimées. Il en va de même pour toute intrigue relative au journal Millenium, au point que le non-initié pourra légitimement se demander pourquoi la saga s'est vue affublée d'un tel titre...

 

Reste à voir les deux volets suivants pour se faire opinion définitive, notamment sur les éléments absents du film. Mais à l'heure actuelle, cela nous coûte de l'admettre mais nous en venons presque à souhaiter qu'un remake hollywoodien soit lancé dans les prochaines années pour réparer la frustration engendrée par cette version. Un comble.

 





Par 5 commentaires


À voir aussi
8 Millenium Les hommes qui n’aimaient pas les femmes
2 Millenium de Fincher : nouvelles vidéos en streaming !
1 Millenium : la bande originale du film (2012)
4 Tous les personnages de Dragon Tattoo se dévoilent !

Derniers commentaires
Par nono54 il y a 11 an(s)

likeSmall
ça m'attire à peu près autant qu'une ablation de la rate ce truc...
Répondre
-
voter voter


Par tenia il y a 11 an(s)

likeSmall
Oui, enfin, il existe un cinéma suédois autant qu'il existe un cinéma brésilien, mexicain ou français.
Pour autant, le seul qui se fait traiter comme un genre en soi, c'est le film hexagonal.

Alors que, pourtant, on ne peut pas vraiment dire que ces 5 dernières années aient franchement été de qualité, tant qualitativement que quantitativement.

Et quand on voit la tronche des succès publics, je pense que la boucle est bouclée.

Maintenant, il serait temps que les films européens soient un peu mieux exportés/importés, parce qu'autant les films britanniques / allemands / espagnols / italiens, aucun problème, aucun on dirait qu'au niveau cinématographique, l'UE se résume à 5 pays...

Répondre
-
voter voter


Par fena il y a 11 an(s)

likeSmall
Enfin bon, le "film suédois" n'est pas un genre en soi quand même et doit être traité comme tous les autres. Que Let the Right One In soit magnifique ne veut rien dire pour les autres. Si ce n'est que des talents émergent en ce moment là-bas. Le cinéma de genre scandinave est de toute façon l'un des plus prometteurs en ce moment (il y a des trucs sympas en Norvège aussi).
Répondre
-
voter voter


Par Pistouman il y a 11 an(s)

likeSmall
Les dix meilleurs films suédois demeurent
1) Scènes de la vie conjugale
2) Persona
3) La Nuit des forains
4) Les Fraises sauvages
5) Monika
6) Les Communiants
7) La Honte
8) Rêves de femmes
9) Sourires d’une nuit d’été
10) L’Attente des femmes tous réalisés par Bergman

En ce qui concerne Millenium, il est indéniable que j'irai malgré tout...notamment pour Noomi Rapace dont j'entends les éloges à travers les critiques. On est d'accord pour dire que le comédien principal (une star dans son pays) n'était vraiment pas celui qu'on attendait là...

Répondre
-
voter voter


Par tib20011 il y a 11 an(s)

likeSmall
Le meilleur film suédois reste donc LET THE RIGHT ONE IN ? Tant mieux !
Répondre
-
voter voter


>> Voir les 5 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*





Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2021 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.