FilmsActu.com



Micmacs à Tire-Larigot

Notre avis
4 10

Critique du film Micmacs à Tire-Larigot avec Dany Boon de Jean-Pierre Jeunet Plutôt que de délivrer une seule et même critique, les 4 journalistes à avoir vu le film de Jean-Pierre Jeunet sont plutôt d'accords entre eux mais relèvent des éléments différents. La parole est à eux ci-dessous !

L'avis de Kevin Prin : 11/20

Avec son nouveau film, Jean-Pierre Jeunet fait un grand pas en arrière par rapport à Un Long dimanche de fiançailles, dans le sens où il revient à une recette simple « à la Amélie Poulain » parfaitement ancrée dans son univers. On y retrouve les tics, les personnages, les situations, les mouvements de caméra... on y retrouve toute la forme. Mais le fond ? A défaut d'émouvoir ou même de provoquer une quelconque émotion (on reste littéralement de marbre pendant 1h45, seules 2-3 rires isolés ayant perturbé le silence de la salle), Micmacs à tire-larigot raconte une histoire très basique de vengeance, ancrée dans l'univers de Jeunet mais sans la profondeur ou la finesse qu'on pouvait trouver dans le reste de sa filmographie. Comme si « la formule Jeunet » avait été découverte par son propre créateur et venait d'être industrialisée, les scènes s'enchaînent, se ressemblent, n'ont pas vraiment de saveur, ne sont pas très inspirées, ressemblent exactement au minimum syndical de ce qu'elles devraient être mais sans jamais surprendre. En résulte un film se laissant regarder sans problème mais plat à tous les niveaux : les personnages, la photo (quelconque... pour du Jeunet !), l'histoire, les gags, l'aspect visuel (sans aucune trouvaille). La déception que provoque Micmacs à Tire-Larigot est issue d'un seul et unique problème : l'envie outrancière du film de brosser le spectateur dans le sens du poil sans jamais un geste de travers.

 

Critique du film Micmacs à Tire-Larigot avec Dany Boon de Jean-Pierre Jeunet

 

L'avis de Arnaud Mangin : 11/20

Lui, c'est Jean-Pierre. Jean-Pierre a une passion, ce sont les bonbons au miel. Il les collectionne dans des petites boîtes en acier, classées par ordre chronologique et géographique sur une étagère bricolée par ses soins dans du cœur de noyer, avec des clous qu'il garde dans une enveloppe depuis sa plus tendre enfance. Cette année, Jean-Pierre a pris une grande décision, qui bouleversera son destin à tout jamais : il va les faire ingurgiter de force (les bonbons, pas les clous) à un public qui n'est plus le sien, un public qui voit le cinéma français avec des yeux englués de bons sentiments, et qui pourtant ne dégage absolument plus la moindre émotion. Jean-Pierre, surnommé "Tournenrond" par les gentils habitants de son quartier imaginaire, a envoyé valser sa géniale inspiration passée, à force de trop tourner. Préférant désormais réaliser un épisode à rallonge de Mission Impossible qui aurait croisé le chemin d'Amélie Poulain, Jean-Pierre ne sait tellement plus quoi raconter qu'il se sent obligé de s'auto-citer, de caser ça et là des affiches de son propre film dans son propre film, ou même de citer l'une des scènes phares de son génial Delicatessen. Plombé par une bande originale particulièrement médiocre et une direction d'acteurs trahissant sa propre caricature, Jean-Pierre fait de Micmacs à Tire-Larigot son œuvre la plus insignifiante, la plus lourde, assénée par un propos moraliste d'une niaiserie telle qu'elle plaira forcément à la vieille garde bourgeoise (et encore). Le plus triste, c'est qu'il l'a fait délibérément. Le plus drôle, c'est qu'Alien Resurrection demeure mille fois plus inspiré !

 

Critique du film Micmacs à Tire-Larigot avec Dany Boon de Jean-Pierre Jeunet

 

L'avis de Yann Rutledge : 11/20

Jean-Pierre Jeunet est un technicien hors pair, c'est incontestable. C'est un des rares réalisateurs français à avoir foi en le pouvoir de l'image et du cinéma et rien que pour cela il mérite d'être chéri. Seulement ce que nous redoutions à la sortie d'Un Long dimanche de fiançailles se confirme avec Micmacs à Tire-Larigot : Jeunet tourne en rond, se pastiche et pousse même au détour d'une séquence jusqu'à s'autoréférencer (Delicatessen). L'ambition cinématographique du cinéaste (une mise en scène "à l'américaine" pour faire court) n'est plus au service d'une histoire comme ce fut le cas jusqu'au Fabuleux Destin d'Amélie Poulain (inclus), mais devient routine et n'est utilisé que pour illusionner le spectateur. Une mise en scène pompeuse donc entâchée par des comédiens grimaçants (un hommage à Louis de Funès ?) qui ne cache ni les facilités de scénario, ni sa morale simpliste (en punissant les grands méchants vendeurs d'armes qui dealent avec les pauvres noirs, il n'y aura plus de guerre) et encore moins ses dialogues titillant la fibre franco-française du spectateurs (en ce sens Omar Sy est insupportable). Jeunet derrière un film populaire enflé ? Voilà qui est rageant.

 

L'avis d'Elodie Leroy : 13/20

Jean-Pierre Jeunet continue de développer son univers coloré et gentiment barré avec comme toujours une inventivité réjouissante. De l'esthétique baroque aux jeux de caméra fluides et mélodieux, en passant par le jeu d'une troupe de comédiens rompus à toutes les techniques clownesques, chaque élément participe à créer une douce folie ambiante, habillant un récit qui aurait pu paraître sans intérêt en d'autres mains. Car au final, Micmacs à Tire-Larigot s'avère assez paresseux sur le fond et ne raconte pas grand-chose d'intéressant, se complaisant dans une vision du monde des plus simplistes. Certes, le simplisme a toujours été pleinement assumé chez Jeunet, mais là où la séparation radicale entre les gentils et les méchants abritait d'autres enjeux dans un film comme Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain (la découverte de l'amour chez l'héroïne), elle ne récèle aucune richesse particulière dans ce Micmacs à Tire-Larigot qui se contente d'une approche totalement premier degré. Le film n'en demeure pas moins un agréable moment d'évasion, amusant et délicieusement barjo comme Jeunet sait très bien le faire.

 



Par 2 commentaires


Derniers commentaires
Par lesept il y a 12 an(s)
je suis allé voir ce film hier soir en trainant les pieds...ce que je pressentais s'est avéré: un serie insupportable de clichés, servie par une musique décalée. une sorte de Mission impossible du pôvre dans une banlieue vide, sans personne... étonnant.
le seul film qui tire grace à mes yeux c'est le alien assez phylosophique et flippant.
Cet opus de Jeunet est très décevant par son côté extrèmement prévisible, à la Déchiens... non vraiement à éviter, ou vraiement à voir comme une fable pour enfant.

Répondre
-
voter voter


Par levieuxdragon il y a 12 an(s)

likeSmall 4
Sans juger un film que je n'ai pas encore vu, il est vrai que certains réalisateurs de génie qui restent dans leur univers bien particulier peuvent finir par lasser. Et c'est malheureusement le cas de Jean-Pierre jeunet avec son dernier film qui ne m'inspire pas grand chose mis à part la lassitude. S'il y a une comparaison à faire ce serait avec Tim Burton qui possède Son univers. Sweeney Todd ne m'avait pas vraiment inspiré malgré un visuel impressionnant. Mais au vu de la bande annonce "d'Alice au pays des merveilles" je pense que Tim Burton va nous donner une sacré claque au niveau des neurones...Ce qui n'est malheureusement pas le cas de Mr Jeunet. Il faudrait déjà qu'il trouve un sujet bien plus excitant que Tire-Larigot ou de son projet avorté "Life of Piu".
Gardons espoir, Jeunet est tout de même un grand réalisateur qui retrouvera sa voie.

Répondre
-
voter voter


>> Voir les 2 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*





Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2022 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.