FilmsActu.com

Spécial Halloween : découvrez notre Top 10 des films les plus choquants !

Le 31/10/2014 à 14:34
Par
Top 10 : Les films les plus violents et choquants

Les années 70, ses Rolling Stones, sa Guerre du Vietnam... Alors que le 7ème Art s'est mué durant dix années en diffuseur de la contre-culture (Easy Rider, Five Easy Pieces, Le Lauréat...), la nouvelle décennie va apporter une autre proposition de cinéma provoquant, plus visuelle, plus viscérale. Avec La Dernière Maison sur la gauche, Salò ou les 120 Journées de Sodome, Eraserhead, I Spit on Your Grave ou encore Cannibal Holocaust (en trichant un peu), une flopée de réalisateurs met subitement à rude épreuve les nerfs des cinéphiles les plus aventuriers, ce qui permit notamment à leurs films de passer à la postérité. Quarante ans plus tard, les choses ont bien changé. Les médias et leurs images crues sont passés par là, la pornographie a envahi le monde via internet, et si l'aura de ces films est toujours intacte, leur impact au visionnage n'a plus rien de comparable. Armés de leur sadisme et d'effets spéciaux à la pointe, les cinéastes ne cessent pourtant de prouver que choquer par l'image est toujours possible en repoussant continuellement les limites de l'acceptable... Découvrez notre classements des films les plus violents ou choquants ci-dessous.

 

Top 10 : Les films les plus choquants visuellement [10 à 6]

 

[Ce classement contient certains spoilers, sous formes de textes, vidéos et même gifs animés. Si vous y êtes allergiques, vous voilà prévenus !]

 

10 - Ichi the killer de Takashi Miike (2001)

 

Certes, il est kitsch à souhait. Certes, ses effets visuels n'ont pas particulièrement bien veillis. Reste que le 7ème Art n'a que rarement accueilli de films aussi inventifs, créatifs, dans leur manière de déformer les chairs. Aussi horrible qu'hillarant, Ichi the Killer devient dès sa sortie l'oeuvre la plus controversée de la filmographie de Takashi Miike (qui compte pourtant déjà Audition et Visitor Q à son actif) en accumulant les censures et classifications maximums. Elle est notamment amputée de 15 minutes à Hong-Kong, est classée Unrated aux Etats-Unis tandis que son exploitation non-censurée est purement et simplement interdite outre-Manche. La vidéo ci-après nous rappelle pourquoi !

 

 


9La Trilogie de la Vengeance de Park Chan-wook (2002-2005)

 

La langue d’Oh Dae-Soo, les doigts de Geum-ja, ou les tendons d’achille de Ryu ? Difficile de départager les différents volets du triptyque de Park Chan-wook. Esthétiquement à part et psychologiquement éprouvante, sa Trilogie de la Vengeance met aussi particulièrement à mal le corps humain. S’ils sont loin de constituer un condensé de violence gratuite, Sympathy for Mr. Vengeance, Old Boy et Lady Vengeance s'adressent tout de même à un public avisé, qui saura à n'en pas douter apprécier le montage ci-dessous...

 

(Montage réalisé par Neil Leo Ross)

 


8Audition de Takashi Miike (1999)

 

Coup double pour Miike. Deux ans avant Ichi the Killer, le cinéaste japonais ne faisait déjà pas dans la dentelle avec Audition. À moins que ? Malgré sa perversité ahurissante et son atmosphère clinique presque palpable, le long métrage transpire de sensualité et de délicatesse. Poétique par instants, il n'en reste pas moins un véritable film d'horreur pour adultes qui aura tôt fait de perdre les plus sensibles d'entres-nous. Une preuve ? Ses dix minutes finales de torture (à prendre au sens littéral) ci-dessous :

 

 


7Hostel de Eli Roth (2005)

 

On ne le présente plus : Hostel est certainement l'un des films petit budget à avoir fait le plus parler de lui au cours de ses 20 dernières années. Réponse d'Eli Roth à la franchise Saw, son carnage visuel démocratise presque à lui seul le terme torture porn. Beaucoup d'ados veulent s'y essayer, peu en ressorte indemnes mais le carton au box-office est assuré et c'est bien là l'essentiel. Amusant, un certain Takashi Miike (encore lui) figure au casting du film tandis qu'on peut y voir ce que donne Pulp Fiction une fois doublé en slovaque...

 

 

 


6 - Frontière(s) de Xavier Gens (2007)

 

"Ce film accumule des scènes de boucheries particulièrement réalistes et éprouvantes." On ne peut pas faire plus concis, et la phrase n'est même pas de nous. Alors que Frontière(s) fait saliver les amateurs de cinéma de genre hexagonaux des mois durant avant sa sortie en salles, la Commission de Classification lui attribue une interdiction aux moins de 16 ans ainsi que cet avertissement rédigé, à faire apparaître sur les affiches promotionelles. Les censeurs ne le savent pas encore, mais ils viennent de faire la communication du film de la plus belle des manières comme vous pourrez le constater en visionnant sa bande-annonce ci-dessous...

 

 




5 - Martyrs de Pascal Laugier (2008)

Martyrs ? C'est Pascal Laugier qui en parle encore le mieux : "Choquer ne m'intéresse pas en soi mais il fallait vraiment qu'on ait une sensation physique, organique, de la douleur infligée, sinon on aurait perdu toute idée de gravité de cette violence. Ça l'aurait rendu gadget et faisait du film un objet passablement douteux. (...) Je voulais que chaque coup soit douloureux, non par quelque discours moral sur la représentation de cette violence, mais parce que c'est le sujet même du film : au bout, tout au bout de la violence, est-ce qu'il y a quelque chose ?" Pour avoir une petite idée de ce qu'il s'y trouve, vous pouvez visionner la bande annonce du film juste là...

 
 

LA SUITE DU CLASSEMENTS EN PAGE SUIVANTE 



Depuis 2007, FilmsActu couvre l'actualité des films et séries au cinéma, à la TV et sur toutes les plateformes.
Critiques, trailers, bandes-annonces, sorties vidéo, streaming...

Filmsactu est édité par Webedia
Réalisation Vitalyn

© 2007-2022  Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.