FilmsActu.com



Cannes 2009 : Thirst

Notre avis
3 10

Annoncé comme le retour de Park Chan-Wook vers le mélange de folie et de noirceur qui a fait sa notoriété, Thirst déçoit en dépit de quelques indéniables qualités. N'y allons pas par quatre chemins, la principale attraction de ce drame vampirique réside dans ses scènes érotico-gore particulièrement charnelles qui assurent jusqu'au bout quelques fulgurances de poésie macabre. Cette réussite ne suffit malheureusement pas à sauver la deuxième heure de bobine qui se perd dans du n'importe quoi scénaristique que l'on ne pensait pas trouver chez le cinéaste, et auquel il faut ajouter un traitement creux et misogyne du personnage féminin. Assurément l'un des plus mauvais films de son auteur.

 


Critique Cannes 2009 : Thirst

Critique Cannes 2009 : Critique Cannes 2009 : Thirst

 

Si nous avions été séduits par Je suis un Cyborg, comédie romantique originale matinée d'une douce folie, nous attendions beaucoup du retour de Park Chan-Wook vers la noirceur viscérale qui avait fait son succès à travers la Trilogie de la Vengeance. Avec Thirst, Park ne se contente pas de revenir vers un registre plus propice aux thématiques qui lui sont chères mais fait aussi sa première incursion dans le cinéma fantastique en s'attaquant au mythe du vampire. Rompant avec les fantaisies visuelles et narratives testées sur ses deux précédents longs métrages, Park adopte un style plus dépouillé, comme pour mieux sonder l'âme tourmentée de ce prêtre qui doit soudainement faire face à une mutation éveillant en lui des sensations inconnues. Fascinante sur le papier, ne serait-ce que pour son insolence vis-à-vis de la religion, l'histoire s'avère nettement moins convaincante que prévu à l'écran en dépit de la manière très personnelle dont les codes du genre sont explorés. La faute à un scénario bancal qui après une première heure pleine de promesses part littéralement en vrille.

 

Critique Cannes 2009 : Critique Cannes 2009 : Thirst

 

Pourtant, le personnage campé par l'incontournable Song Kang-Ho (Le Bon, la Brute et le Cinglé) - toujours aussi charismatique, toujours aussi attachant - bénéficie d'une écriture soignée. Prêtre altruiste ayant toujours consacré sa vie aux nécessiteux, au point de mettre son intégrité corporelle en sérieux danger, Sang-Hyun inspire une réelle empathie dans sa lutte pour conserver son humanité mais aussi dans sa découverte de la passion amoureuse. Sang-Hyun s'impose en fin de compte comme un personnage typique du cinéma de Park Chan-Wook, qui s'acharne à mettre en scène des antihéros se retrouvant d'une manière ou d'une autre marginalisés, que ce soit sur le plan social (Trio, Sympathy for Mr Vengeance), politique (JSA) ou encore mental (Je suis un cyborg). Toutefois, l'atout majeur de Thirst réside surtout dans les scènes érotico-gore particulièrement saisissantes qui ponctuent le récit. Park ose délivrer un film charnel à l'extrême, dans lequel les ébats amoureux des personnages sont agrémentés d'effusions d'hémoglobine très sexuelles. Si la photographie explore une palette de tons restreinte et essentiellement froide, à l'exception du rouge associé au sang, les lumières épousent les mouvements des corps tandis que les sons donnent la part belle aux bruits de succion. Que ce soit dit, le mélange entre l'érotisme et le vampirisme constitue la principale réussite du film.

 

Critique Cannes 2009 : Critique Cannes 2009 : Thirst

 

Là où le bât blesse, c'est dès que le scénario tente de développer la passion destructrice qui s'est emparée de Sang-Hyun et Tae-Ju (Kim Ok-Bin). La première partie plante pourtant des enjeux prometteurs, les deux amants ayant en commun d'avoir vécu dans l'oubli total de soi avant d'être brutalement confrontés à une soif insatiable de chair et de sang. Malheureusement, l'alchimie s'avère être de courte durée puisque Park Chan-Wook cède à la surenchère en accumulant les longueurs mais aussi les rebondissements absurdes dans la deuxième heure de bobine, au point de nous irriter et d'entamer durement la crédibilité de ses personnages. Le plus mal loti d'entre eux s'avère être Tae-Ju qui finit par s'imposer comme le boulet du film de par le traitement machiste dont elle est l'objet. A ce titre, on nous pourra s'empêcher de déceler une certaine complaisance dans la manière de la mettre dans des situations justifiant qu'elle se fasse littéralement passer à tabac - c'est bien simple, Park Chan-Wook n'avait pas signé un film aussi misogyne depuis son infâme The Moon is what the Sun dreams of au début des années 90. Dommage car si exaspérante et décevante soit cette seconde moitié, elle n'en possède pas moins quelques fulgurances faisant surgir une poésie macabre qui aurait mérité de s'épanouir davantage.



Par 2 commentaires


Derniers commentaires
Par Hellzed il y a 12 an(s)

likeSmall
FAIL,à mon grand dam
Répondre
-
voter voter


Par Cubedsman il y a 12 an(s)

likeSmall
Le film avait pourtant l'air prometteur...
Répondre
-
voter voter


>> Voir les 2 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*




Thirst : Ceci est mon sang

Les dernières news
Horreur Asiatique : les 10 indispensables
A l'occasion de la sortie de Blood Island, la DVDthèque idéale de l'amateur de frissons venus d'Extrême Orient

L'Actu en Bref - 11 mars 2011
Iron Man 3 en route, Men in Black 3 en difficulté, Guillermo del Toro halluciné, les Oscars fustigés et les aliens menacent toujours la planète !

James Cameron défend la fin de Titanic
Kate & Leo sont dans un bateau

David Fincher démonte le JOKER avec Joaquin Phoenix
"une pauvre resucée de Martin Scorsese"

Vidéos à ne pas manquer

Newsletter FilmsActu


Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2021 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.