FilmsActu.com



The Chaser

Notre avis
9 10

Attention, chef d'oeuvre. Premier long métrage de Na Hong-Jin, The Chaser captive par un scénario d'une rare densité thématique servi par une maîtrise formelle étourdissante et une interprétation remarquable (Kim Yun-Seok, bluffant, face à un Ha Jung-Woo glaçant). Aussi percutant que pessimiste dans son propos, ce polar violent et réaliste qui dévoile un visage peu flatteur de la société coréenne s'agrémente d'un humour mordant, tout en faisant surgir sans crier garde une véritable charge émotionnelle. Une réussite sur tous les tableaux qui révèle un cinéaste talentueux au regard acéré.


 


Critique The Chaser

Grand succès dans son pays où il a attiré plus de 5 millions de spectateurs, The Chaser recevait aussi l'honneur d'une projection au Festival de Cannes 2008 en séance de minuit. Autant dire que le réalisateur Na Hong-Jin frappe très fort avec ce tout premier long métrage réalisé avec un budget modeste et sans aucune tête d'affiche, dans une industrie sud-coréenne où l'argent et le star system sont rois. Il est vrai que le cinéma du Pays du Matin Calme a su développer en une dizaine d'années à peine un savoir-faire impressionnant en matière de polar. Citons parmi les œuvres récentes devenues des références le décalé Memories of Murder (Bong Joon-Ho, 2003), le film noir A Bittersweet Life (Kim Jee-Woon, 2005), mais aussi quelques thrillers d'action tels que Public Enemy (Kang Woo-Suk, 2002) ou encore Running Wild (Kim Sung-Su, 2006). Au point que le genre est en phase de devenir le domaine d'excellence d'une industrie qui connaissait jusqu'alors quelques difficultés à imposer sa marque de fabrique à l'étranger. Avec The Chaser, Na Hong-Jin prouve une fois de plus que le polar à la coréenne a encore de belles années devant lui et n'a pas fini d'inspirer le cinéma occidental - un remake américain qui devrait mettre en vedette Leonardo DiCaprio est d'ailleurs déjà prévu.

 

Critique Critique The Chaser

 

Loin de reposer sur une classique opposition entre flics et gangsters, The Chaser fait de son personnage principal un anti-héros à l'état pur. Ancien policier reconverti en proxénète, Eom Joon-Ho (Kim Yun-Seok) ne possède a priori aucun trait de caractère susceptible d'inspirer la sympathie puisqu'il exploite sans scrupule la misère de jeunes femmes. Pourtant, c'est bel et bien la disparition de plusieurs de ses "protégées" et plus particulièrement de l'une d'entre elles, Mi-Jin (Seo Yeong-Hie), qui va faire basculer la vie de Joon-Ho et le plonger dans une véritable course contre la montre. Si la plupart des films du genre auraient centré l'intrigue autour de la recherche de l'identité du tueur, The Chaser prend le contre-pied du schéma attendu en cassant immédiatement le mystère sur ce sujet puisque le coupable agit à visage découvert devant la caméra et ne tarde pas à être identifié par Joon-Ho, trahi par son numéro de portable. Le duel psychologique qui oppose les deux hommes tient bien entendu une place importante dans l'histoire, mais à mesure que le scénario se déploie dans toute sa richesse, il devient évident que Na Hong-Jin veut attirer l'attention sur autre chose. A la manière du Memories of Murder de Bong Joon-Ho qui s'inspirait lui aussi d'une histoire vraie, The Chaser utilise cette sombre histoire de meurtres en série pour révéler la société coréenne sous un jour peu avantageux à travers l'incompétence consternante des forces policières, voire leur fumisterie face à la disparition d'une personne socialement désarmée. Quand les préoccupations médiatiques d'une poignée de notables prennent le pas sur la protection du citoyen, les chances de survie des plus démunis s'amenuisent d'heure en heure.

 

Critique Critique The Chaser

 

Percutant mais jamais caricatural, le propos de Na Hong-Jin est assaisonné d'un humour particulièrement incisif, très coréen dans sa manière de pointer le caractère grotesque des situations avec une ironie à froid, de faire surgir le rire en pleine tragédie. Plongée nocturne dans les méandres d'une ville qui cannibalise les plus faibles, The Chaser fait jallir une violence sèche, terre-à-terre et dénuée de tout caractère spectaculaire. Jamais gratuite ni complaisante, tour à tour comique et tragique, cette violence vient nourrir le sentiment d'urgence de plus en plus intense qui gouverne Joon-Ho, celui de retrouver cette jeune femme séquestrée en se livrant à ce jeu du chat et de la souris improbable à travers la ville. The Chaser est à ce titre servi par une qualité d'interprétation remarquable. La révélation du film n'est autre que l'acteur Kim Yun-Seok, jusqu'alors relégué aux rôles de seconds couteaux (dans Running Wild, notamment) et qui fait exploser ici toute l'étendue de son talent. Joon-Ho suscite une empathie permanente dans sa révolte et son acharnement à vouloir retrouver Mi-Jin, face à un tueur aussi insaisissable que glaçant interprété par le toujours très bon Ha Jung-Woo (Time, Souffle). Le plus étonnant, c'est que l'on ressort non seulement éprouvé mais aussi extrêmement ému de cette lutte impitoyable pour la survie d'un seul être humain. Rarement un film de serial killer aura fait ressentir de manière aussi poignante la valeur de la vie d'une victime, une raison de plus pour que The Chaser mérite l'estime au plus haut point. Un coup de maître.





Par 8 commentaires


Derniers commentaires
Par Francois 18 il y a 10 an(s)
Excellente critique.

Elodie Leroy a vu juste (pas comme, notamment, l'ecrivaillon de Liberation qui passe outre l'aspect satire sociale du film).

Je crois meme que le genre thriller n'est finalement qu'un pretexte, un cadre, a une attaque en regle contre la societe sud-coreenne, contre le Systeme sud-coreen. C'est pour cela que le film est hyper efficace a mon sens : parce que le realisateur a un reel discours qui sous-tend son projet cinematrographique.

Un individu mentalement derange, peut, claquemure dans sa demeure
(les maisons en Coree sont invisibles derriere leurs "remparts" ; il n'en va pas de meme des appartements bien sur....), faire absolument ce qu'il veut (comme les familles - les clans faudrait-il dire - peuvent, plus qu'ailleurs, detruire les individualites en toute impunite : "ca ne nous regarde pas"...).

D'ailleurs les gens se cachent parce que non seulement le carcan confuceen oblige l'individu a se soumettre a une multitude de regles, au quotidien, mais aussi parce que l'Autre est omnipresent (l'Autre est l'ennemi No 1 par ses surveillances et ses cancans) SAUF... SAUF... quand la solidarite devrait jouer : la, il n'y a plus personne....

Voyez la couardise des personnages secondaires !
(scene de l'accrochage des voitures, scene du couple qui vient sonner chez le meurtrier...)

Deuxieme individu en proie au Systeme, le flic-proxenete qui a toutes les peines du monde contre la machine policiere (et politique).

A propos de flics : la scenette de celui dans sa voiture qui s'epluche les pieds avant de se passer la main dans les cheveux est un detail litteralement eth-no-gra-phique ! Ca se passe comme ca au Pays du Matin calme. On en voit qui pioncent alors qu'ils sont en filature ? Meme chose. C'est du realisme pur jus.
Tout comme la grossierete du langage : quand on doit fermer sa gueule en permanence, on l'ouvre - et grand ! - avec le subordonne, avec le plus faible...

Hors du clan, de la famille, point de salut : RIEN ne compte et RIEN ne fonctionne
(il faudrait la s'etendre sur tout ce qui marche tres bien en Coree, mais la somme des dysfonctionnements est effroyable pour un pays qui a un tel stade de "developpement")

Parenthese : reponse a la question de jesus_freak : la petite se retrouve a l'hosto parce qu'elle a du se faire renverser par un livreur (a motocyclette) de bouffe... En Coree, ils sillonnent les villes, a toute allure, sans casque, et souvent en conduisant d'une seule main (ils tiennent la caisse de plats dans l'autre). La Coree bat des records en matiere d'accidents de la route (cf. statistiques OCDE) et notamment d'enfants victimes de la route. Plus qu'un film je vous dis : un DOCUMENTAIRE !
Parenthese fermee.

Individus males en detresse (Dieu sait ce qu'a subi le psychopathe pour en arriver a aimer fracasser le crane de ses victimes a coups de burin : l'"amour" etouffant de sa mere ? - en Coree l'enfant est un faire-valoir : l'amour desinteresse n'existe pas), mais qui sont les victimes reelles dans cette societe ?

>>> Les femmes et les enfants, comme le montre explicitement le realisateur.

Bon j'arrete la...

Autre films coreens hyper lucides : "Funerailles", "Address Unknown", "The Host" (dans une moindre mesure... ; la scene de la chapelle ardente est d'une verite confondante).

Répondre
-
voter voter


Par jesus_freak il y a 10 an(s)

likeSmall
Pour ceux qui l'ont vu, pourriez-vous m'expliquez ce qu'il est arrivé à la gamine pour qu'elle se retrouve à l'hopital ? L'histoire n'est pas très claire à ce propos.
Répondre
-
voter voter


Par levieuxdragon il y a 11 an(s)

likeSmall 4
Thème vu et revu. Pourtant, le réalisateur prend petit à petit le spectateur à contrepied. Plus on avance, plus la tension monte. On ne quitte plus le film, on est dedans.Le final est renversant. Génial !!!
Répondre
-
voter voter


Par pethor il y a 11 an(s)

likeSmall
Bon bah voila , effectivement il est excellent, ça donne des envies de réalisation
Répondre
-
voter voter


Par pethor il y a 11 an(s)

likeSmall
Je vais le voir demain, j'en peu plus d'attendre, j'ai rarement été si pressé (même si je suis pressé que depuis que je me suis décidé tout à l'heure)
Répondre
-
voter voter


Par tchoupi il y a 11 an(s)

likeSmall
J'avais déjà très envie de voir ce film, l'enthousiasme avec lequel a été rédigé la critique ne fait qu'augmenter ce sentiment. Peut-être est-ce un nouveau départ dans un cinéma coréen un temps prometteur mais quelque peu moribond depuis un petit moment...
Répondre
-
voter voter


Par Addict_26 il y a 11 an(s)

likeSmall
J'ai très envie de le voir !
Et c'est ce que je vais faire mercredi 11 Mars :p
Courir voir ce film en espérant ne pas être déçu !

Répondre
-
voter voter


Par Cubedsman il y a 11 an(s)

likeSmall
IL y a des films qui sorte de je ne sait où, et qui ramasse un 19/20!!Hé ben , va falloir que je me le regarde!
Répondre
-
voter voter


>> Voir les 8 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*




The Chaser

Les dernières news
The Chaser
Meurtres en série et course contre la montre dans ce chef d'oeuvre du polar coréen

Le cinéma japonais triomphe aux Asian Film Awards
Tokyo Sonata, Departures et Still Walking à l'honneur

Vidéos à ne pas manquer

Newsletter FilmsActu


Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2020 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.