FilmsActu.com



Fright Night

Notre avis
4 10

S'il commence de bien belle manière, Fright Night s'enfonce peu à peu dans une structure narrative convenue jusqu'à finir sa bobine sur les rotules, pompant allègrement des références du genre pour combler les failles d'un scénario aussi rapidement abandonné qu'un lycan sur le bord d'une autoroute. Du film on ne retiendra finalement que le cabotinage jubilatoire de David Tennant, les beaux yeux d'Imogen Poots et la piètre interprétation d'un Colin Farrell aussi anémique que le prince de Transylvanie. On pourra donc sans problème préférer l'original de Tom Holland, kitsch et culte, à cette nouvelle version au demeurant sympathique mais qui n'assume jamais ses tentatives osées de renouvellement du genre. Dommage car on s'attendait à bien plus de mordant… et de fun. Découvrez ci-dessous notre critique complète de Fright Night.


Critique Fright Night
Critique de Fright NIght

"Je préfère être un has-been qu'un never-been" a un jour lancé le sémillant Benjamin Castaldi à l'illustre Mickaël Vendetta lors d’une joute verbale qui nous a retourné le cerveau comme une crêpe aux oignons. C'est peut-être ce qu'a dû ressentir Ed (Christopher Mintz-Plasse) lorsque Charley (Anton Yelchin) l’a renié, lui son ami d’enfance, pour les beaux yeux d'Amy (Imogen Poots, un nom à coucher dehors, un physique à se damner). Car c’est ainsi que débute le film : Charley revient chez lui, quelque part dans une ville non loin de Las Vegas, croisement d'Agrestic, de Wisteria Lane et de Suburbia, matte ouvertement les fesses de sa strip-teaseuse de voisine, échange quelques banalités avec sa mère (Toni Collette) et prend la poudre d’escampette aux bras de sa superbe copine. Si tout semble donc aller joyeusement dans ce meilleur des mondes, le spectateur n'est cependant pas dupe, car comme toujours dans ces quartiers résidentiels assemblés comme des Lego, les habitants se révèlent bien vite aussi artificiels que leur maison en carton pâte.

Critique Critique Fright Night

 

Si l'on n'est pas vraiment étonné d’apprendre que Charley s’est délesté de ses vrais amis afin d’exister socialement (franchement, qui l'en blâmerait ?), le voir en couple avec Amy revient cependant à imaginer Michael Sheen aux bras de Kate Beckinsale ou de Rachel McAdams, c’est étonnant, ça pique franchement les yeux mais c’est pourtant vrai. On ne sait donc pas trop comment mais Charley est bien un ancien has-been qui a su grimper l’échelle sociale étudiante, devenant un "inbetweener", un croisement bâtard coincé quelque part entre les stéréotypes des sportifs virils et l'asociabilité des nerds. Ici donc, point d’histoire à l’eau de rose sur comment le bouffon du collège parviendra à faire chavirer le cœur de la plus jolie fille de la classe : le couple improbable est déjà ensemble dès le début du film, créant pour l'occasion un petit vent d'air frais appréciable. Alors que défile une introduction somme toute plutôt efficace (à base d’accessoires pointus un brin signifiants et de placement de produits à peine intrusifs), le jeu des apparences trompeuses s’arrête soudainement à l’arrivée de "Jerry le vampire" (Colin Farrell). En effet, aucun doute sur la nature du nouveau venu, on sait immédiatement que Jerry est un être de l'au-delà, un vilain pas piqué des hannetons qui tue et transforme sans vergogne. Une vélocité qui aurait été fraîchement accueillie si elle n'engendrait pas un problème de taille : au lieu de profiter du voyage avec nous, partageant à l’occasion un cocktail maison d'eau bénite, Charley, qui en sait toujours moins que le spectateur, se retrouve à devoir courir derrière la locomotive du récit.

 

Critique Critique Fright Night

 

Si le premier acte du film est réussi, jouant sur les apparences, sur les codes de genre et sur un court-circuitage des pistes scénaristiques évidentes (la relation amoureuse entre Jerry et la mère de Charley, le trip d'espionnage à la Paranoiak, etc.) la narration explose soudainement en vol, enchaînant les figures attendues et autres pillages scandaleux (visiblement les scénaristes connaissent Une Nuit en Enfer de Rodriguez et Vampires de Carpenter et veulent nous le faire savoir). Point d'orgue de cette prise de risque éventée, la phrase sortie de nulle part : "Si tu lui plantes ce pieu dans le coeur, ceux qu'il a mordu reviendront à la vie". Wait... what ? Et puis quoi encore, si tous les enfants du monde se tiennent par la main on verra des licornes gambader sur des arcs-en-ciel ? Ainsi le glas résonne et nous glace le sang, pour ne pas dire nous le coagule tant le scénario file ensuite en toute quiétude sur un chemin de croix étonnament plaisant mais sans véritable surprises.

 

Côté acteurs, pas vraiment drôle ni effrayant, Christopher -McLovin- Mintz-Plass n'a définitivement pas sa place dans le film, Anton Yelchin a pris un sérieux coup de vieux, Colin Farrell fait le stricte minimum en vampire ténébreux cliché et Toni Collette semble avoir accepté son rôle pour payer la rénovation de sa villa (la façon dont son personnage est écarté de l'histoire est, à ce titre, hilarante de bêtise). De tous, c'est bien le génial David Tennant (Docteur Who) qui tire son épingle du jeu tant l'acteur est juste parfait dans le rôle de Peter Vincent, l'illuminé de service qui apporte un brin de folie jouissif à l'histoire. Côté réalisation, on sent chez Craig Gillespie une volonté franche de tenter des choses afin de ne pas se reposer sur la banalité exemplaire de la caméra-épaule comme vecteur de tension. La course poursuite en voiture en est un bel exemple puisqu'il réalise un plan séquence qui n'est pas sans rappeler les fameuses scènes du miroir et du train de Sucker Punch, tournoyant autour de ses personnages dans un endroit exigu alors que la menace poursuit les protagonistes, dépasse leur véhicule et attaque violemment la carcasse. Hélas, n'est pas Zack Snyder qui veut et Gillespie l'apprend à ses dépends puisque cette scène, parmi d'autres, manque cruellement de rythme et noie dans l'oeuf une volonté pourtant évidente d'apposer un style à son film. Enfin, un bon point puisque la 3D, à défaut d'être percutante, demeure ici un cran au-dessus de nombre de conversions inutiles auxquelles on a eu droit cette année. Certes, on est loin d'affirmer que cela vaut la fameuse surtaxe mais avec quelques étincelles et divers objets qui jaillissent un chouïa hors de l'écran, on a tout de même l'impression d'être -un peu- moins trompé sur la marchandise.

 

Critique Critique Fright Night

 

Au final Fright Night n'est rien d'autre qu'une série B sympathique qui aurait pu rester dans les mémoires si elle avait su montrer ses crocs et ne s'abandonnait pas si rapidement à des facilités inexcusables. Ce remake de Vampire, vous avez dit vampire ? réalisé par Tom Holland en 1985 demeurera donc ce petit film dont les créateurs sont tellement peu sûrs de sa qualité intrinsèque qu'ils assènent au spectateur les "meilleures scènes du film" lors du générique de fin. De quoi nous faire dire qu'il y avait effectivement quelques passages amusants...  mais quand même bien pieu. Euh, peu.

 

 

 



Par Camille Solal 19 commentaires


À voir aussi
2 Vampire vous avez dit vampire : les affiches
6 Le trailer de Vampire Vous avez dit Vampire
8 Vampire vous avez dit vampire : premières images du remake
4 Vampire vous avez dit vampire : premier aperçu du remake

Derniers commentaires
Par Sinefil il y a 7 an(s)

likeSmall 16
J'ai pris mon pieu en lisant cette critique très juste et franchement drôle !
Répondre
-
voter voter


Par arnold38cinema il y a 8 an(s)
Ma Critique : http://www.youtube.com/watch?v=Dx6CzypNmCY
Répondre
-
voter voter


Par pavupapri il y a 8 an(s)

likeSmall
Y'a la chanson de J. Geils Band au moins ?

Sony profite pas de ce remake pour ressortir l'original en BR à tout hasard ? (parce que bon, Collin Farell...)

Répondre
-
voter voter


Par titof80 il y a 8 an(s)

likeSmall
l'affiche donnait envie mais après lecture , j'ai le sentiment qu'on sera loin de ce à quoi je m'attendais donc je m'abstiendrais sauf exception
Répondre
-
voter voter


Par thetrooper il y a 8 an(s)

likeSmall
Je suis impatient de voir ce film. Colin Farrell a l'air de tenir le rôle à la perfection!
Répondre
-
voter voter


Par MatrixTrilogy il y a 8 an(s)

likeSmall
Vraiment marrant et flippant ! j'ai beaucoup aimé ! Colin Farrell est toujours énorme !
Répondre
-
voter voter


Par nono54 il y a 8 an(s)

likeSmall
Je vais faire mon vieux con, mais je l'avais dit depuis le début que ce remake sentirait le sapin. Je préfère rester à ma version de 1985, pure 80s, le seul rôle qui me semble tenir la route c'est David Tennant.
Répondre
-
voter voter


Par Dany il y a 8 an(s)

likeSmall
TlGROUX a écrit:OK j'essaierai de le voir en 2D. Mais pas sûr qu'il sorte en 2D vers chez moi...

Oui le trailer de Super 8 est très réussi. Le teaser aussi, avec le spectaculaire déraillement du train. D'ailleurs c'est dingue, mais par la suite, JJ Abrams a dû demander à l'équipe d'effets spéciaux de refaire complètement ce déraillement pour le film lui-même (heureusement que le numérique est là quand même).


C'est clair,mais c'est vrais que c'était bien jouer de leur part(filmer la même scéne sous un angle différent).

Répondre
-
voter voter


Par TlGROUX il y a 8 an(s)
OK j'essaierai de le voir en 2D. Mais pas sûr qu'il sorte en 2D vers chez moi...

Oui le trailer de Super 8 est très réussi. Le teaser aussi, avec le spectaculaire déraillement du train. D'ailleurs c'est dingue, mais par la suite, JJ Abrams a dû demander à l'équipe d'effets spéciaux de refaire complètement ce déraillement pour le film lui-même (heureusement que le numérique est là quand même).

Répondre
-
voter voter


Par Dany il y a 8 an(s)

likeSmall
TlGROUX a écrit:
Dany a écrit:Bref très très bonne surprise.

Tu ne parles pas de la 3D: tu as vu le film en 3D? J'ai lu quelques critiques, et il en ressort que la 3D n'apporte pas grand chose, notamment parce qu'il y a de nombreuses scènes qui se déroulent la nuit et qui sont donc encore plus sombres avec les lunettes 3D. Bref ils conseillent le film, mais en 2D.

[quote:1zhutmwi]Ce film défile a une vitesse(alors certes si on a vu le TRAILER on a plus aucune surprise,surtout si on a vu TOUT les TRAILER),[/quote:1zhutmwi]
ça me fait penser à Blade Runner: j'ai vu la bande-annonce du film il y a quelques jours. Et c'est quand même dingue: il raconte tout le film, mais vraiment TOUT le film.


Je l'ai vu en 2D(comme tout les autres films que je regarde,je n'aime pas la sois disant 3D,je n'ai jamais accroché a ça,même pour Avatar,qui pourtant lui était assez bien foutue,mais je n'ai jamais réussi a accrocher a cette mode),mais oui,faut mieux le voir en 2D,beaucoup de scènes de nuit.

Je suis d'accord pour Blade Runner(comme beaucoup d'autres film,les TRAILER dévoile tout le film),c'est pour ça que je regarde que le premier TRAILER d'un film,ça me suffit amplement.Mais malheureusement,certain dévoile TOUTE l'intrique en une seule BA,comme le film"Warrior",qui me branche vraiment bien,mais rien que le premier TRAILER ta l’impression d'avoir tout vu,c'est dingue,il sans rendent compte au moins.Il y en a certain qui garde toujours le mystère(merci a eux),est réussissent a attirer les gens avec pas grand chose(au lieux de donner tout le film),comme JJ Abrams pour Super 8.

Répondre
-
voter voter


>> Voir les 19 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*





Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2019 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.