FilmsActu.com



Minuit à Paris

Notre avis
9 10 Que serait une année sans son Woody Allen.... Un soleil sans ses rayons, Edward sans ses mains d'argent, Forrest Gump sans ses chocolats. Certains crus sont exceptionnels, d'autres sont moins fougueux, mais tous sont, la plupart du temps, à savourer sans modération. Si le dernier en date, Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu, n'était pas le cru à sortir pour les grandes occasions, Minuit à Paris, lui, est un véritable feu d'artifice. Alors oui, cet opus parisien fait couler (beaucoup (beaucoup)) d'encre depuis de longs mois, et l'on a à peu près tout dit – sauf qu'il pouvait être (très) bien. Que la prestation de la première Dame de France ne ferait pas tâche, que les clichés sur les Français se feraient oublier pour mieux nous entraîner dans un Paris de carte postale purement fantasmé. Car Minuit à Paris est une belle surprise, une déclaration d'amour à la ville et un voyage dans le temps à la fois charmant, envoûtant, un conte de fées des temps modernes fantastique et surréaliste, porté par des comédiens étonnants – Owen Wilson se glissant à merveille, pour un temps, dans la peau d'un Woody Allen toujours aussi névrosé. Et si Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu tournait autour de la mort, Minuit à Paris déborde de vie. Du bonheur qui va faire pétiller vos papilles ! Découvrez ci-dessous notre critique de Minuit à Paris.

Critique Minuit à Paris
Critique Minuit a Paris

Depuis quelques années, Woody Allen a changé de cap. En quittant son New York bien aimé pour se balader en Europe, à Londres, à Barcelone, à Rome bientôt, il a troqué ses névroses pour d'autres toutes aussi alambiquées, a fait monter la température, s'est parfois perdu en route, tentant le drame ou les grandes diatribes mal calibrées. Mais aujourd'hui, près de quinze ans après Tout le monde dit I Love You il plante à nouveau ses caméras à Paris, et notre chère capitale n'a jamais été aussi belle. Un Paris de carte postale, où l'on dort au Ritz, batifole au Café de Flore, s'extasie aux puces et rêve de visiter Veursailles... Une vision forcément fantasmée, affreusement clichée, mais que l'on accepte volontiers car c'est bien un conte filmé que l'on est en train de regarder. Car Woody Allen a gardé secrète la véritable histoire, et c'est tant mieux. Car quand se dévoile les vrais enjeux de Minuit à Paris, on se laisse porter par ce rêve où se mélange les époques, les envies, les rêves, passant des frissons aux sourires pour un tour de manège aussi surréaliste qu'envoûtant.

Critique Minuit à Paris

Si la petite introduction pourra faire grincer des dents ceux qui arpentent Paris quotidiennement, le charme opère finalement très vite lorsque l'on comprend le véritable but du film. Comme au théâtre, les décors sublimes se succèdent, les musiques nous transportent dans un autre monde, et les acteurs s'offrent tout entier dans un défilé de personnages mythiques dans tous les sens du terme. Ainsi, sans vous dévoiler leurs rôles ni leur incidence sur l'histoire, pour garder le rêve secret, on y croise pour un instant un Adrien Brody tout simplement épatant, un Gad Elmaleh parfait, une Léa Seydoux charmante... Des petites touches qui viennent transformer l'ensemble en une friandise sucrée à savourer tout doucement pour en préserver chaque arôme. Mais le film ne serait pas le même sans Owen Wilson qui, s'il enchaîne les comédies comme les autres les Granola, trouve ici l'un de ces meilleurs rôles. Les mimiques, la gestuelle, la manière de s'exprimer, le comédien réussit à nous offrir une version bigrement allenienne du personnage si attachant. Sans oublier Marion Cotillard qui a décidément mis l'Amérique à ses pieds (« Vous avez le plus beau visage du monde » lui déclare même Owen Wilson !) Certes, Woody Allen n'évite pas certaines caricatures, mais par des pirouettes habiles, il se joue avec brio des clichés, des anachronismes, des préjugés. Alors, grâce à un texte toujours aussi bien ciselé, des personnages d'une extrême profondeur, on navigue de surprises en surprises, en cherchant les clins d'oeil, les références, tout en laissant notre esprit se perdre avec délice dans cette vision de la vie, du présent, du passé, du futur, de l'art, de la petite et la grande Histoire.

 

En rupture avec ses derniers opus en date, Minuit à Paris nous offre sur un plateau d'argent un Woody bigrement inspiré par ses turpitudes sentimentales – un cinéaste ô combien prolifique qui réussit la gageure de faire à la fois un véritable retour aux sources, et à se renouveler d'une manière presque magique. Sans aucun doute son meilleur film depuis Match Point.

 

 

 



Par 2 commentaires


À voir aussi
Cannes 2011 : toutes les bandes annonces !
Cannes 2011 : Carla Bruni-Sarkozy ne sera pas sur la Croisette

Derniers commentaires
Par ariane Gourdin il y a 10 an(s)
J'ai adoré ce film, pour moi bien meilleur que les précédents Whatever Works et You will meet a tall dark stranger. Woody Allen, avec ce film, s'est complètement libéré une fois encore. Mention spéciale à la musique, que j'écoute en boucle depuis une semaine : http://www.allobo.com/bo-minuit-a-paris-2352.html
Répondre
-
voter voter


Par pethor il y a 10 an(s)

likeSmall
lol "depuis match point"... j'hallucine!
Répondre
-
voter voter


>> Voir les 2 réponses dans le forum


Gagnez du temps et des points de réputation :


*





Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2021 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.