FilmsActu.com



Cannes 2011 : toutes les bandes annonces !

Cannes 2011 : toutes les bandes annonces Découvrez toutes les bandes annonces des films qui feront le Festival de Cannes en 2011 ! A quelques heures de l'ouverture du festival de cinéma le plus glamour de la planète, il est temps de faire un point sur les films présentés sur la Croisette. Pedro Almodovar, Terrence Malick, Aki Kaurismaki, Radu Mihaileanu, Nanni Moretti, les frères Dardenne... Ils sont tous là pour briguer la Palme d'Or. Un cinéma engagé, et (souvent) engageant, mais aussi musclé, drôle, trash et étonnant, comme vous pouvez le constater avec tous les bandes annonces des films cannois. (Update: retrouvez ici les infos et bandes annonces de la Quinzaine des Réalisateurs)

La Peau que j'habite de Pedro Almodovar :

Thriller pur jus suivant un chirurgien esthétique à la fois traumatisé et complètement barré, La peau que j'habite marque les retrouvailles du cinéaste avec Antonio Banderas... Almodovar brigue ainsi pour la quatrième fois la Palme d'Or (après Tout sur ma mère, Volver et Etreintes Brisées).

 


 

Tree of Life de Terrence Malick :

Le film tant attendu, tant espéré du réalisateur de La Ligne Rouge, troublante histoire de famille et de vie avec Sean Penn et Brad Pitt. Objet très curieux et furieusement excitant, qui a largement fait parler de lui depuis plusieurs années. Il était temps !

 

 

La Source des femmes de Radu Mihaileanu :

Après Le Concert et Va, vis et deviens, le cinéaste entraîne Leila Bekthi et Hafsia Herzi dans un petit village d'Afrique du Nord, où les femmes font la grève de l'amour pour obtenir l'aide de leur maris dans la vie quotidienne. Une chronique sociale teintée d'humour, comme toujours avec le cinéaste, comme on peut le découvrir dans la bande annonce.

 


 

L'Apollonide, souvenirs de la maison close de Bertrand Bonello :

Le réalisateur du Pornographe nous conte les dessous d'une maison de joie parisienne du début du siècle, avec le quotidien de filles coupées du monde. Attention, film étrange, avec notamment Hafsia Herzi, dévoilé dans une ambiance très frou-frou.

 

 


 

Le gamin au vélo de Jean-Pierre et Luc Dardenne :

Les frères Belges sont de retour sur la Croisette. Après Rosetta, L'Enfant ou encore Le Silence de Lorna, les Dardenne embarque Cécile de France pour une histoire d'amour filial entre un garçon rejeté et une jeune coiffeuse. Une nouvelle Palme d'Or ?

 


Sleeping Beauty de Julia Leigh :

Le scandale de Cannes ? La jolie Emily Browning y joue une prostituée spécialisée dans les clients spéciaux, qui se gave de drogues pour oublier ses passes les plus sordides. Le tout produit par Jane Campion. Bande-annonce intriguante... Avec en prime Emily Browning nue sur l'affiche.

 

 

 

 

Polisse de Maïwenn Le Besco :

Première sélection à Cannes pour la comédienne devenue réalisatrice (Pardonnez-moi, Le Bal des Actrices). Polisse, comme son nom l'indique, suit le quotidien des policiers de la Brigade de Protection des Mineurs, le pire comme le meilleur, comment ces flics parviennent à trouver l’équilibre entre leurs vies privées et la réalité à laquelle ils sont confrontés - savoir que le pire existe, et tenter de faire avec. Avec notamment Karin Viard, Marina Foïs, Nicolas Duvauchelle - et Joey Starr. A suivre.

 

 

 

Le Havre d'Aki Kaurismaki :

Fier de son grand prix remporté en 2002 pour L'Homme sans passé, le cinéaste finlandais revient cette année avec un film tourné en langue française, sur un ex-écrivain et bohème renommé, exilé volontairement dans la ville portuaire, qui mène une vie agréable entre le bistrot du coin, son travail et sa femme Arletty, quand le destin met brusquement sur son chemin un enfant immigré originaire d'Afrique noire. L'étau se resserre quand sa femme tombe malade, et la police s'intéresse au petit garçon... Découvrez Le Havre :

 

 

 

Drive de Nicolas Winding Refn :

Une fois n'est pas coutume, voici un film d'action en selection sur la Croisette ! Dans la lignée d'un Bullitt, Drive suit la destinée d'un cascadeur anonyme, se transformant en pilote de voitures affilié à la mafia à la nuit tombée. Une combien bien rôdée jusqu’au jour où l'un des casses tourne mal et l’entraîne dans une course-poursuite infernale... Drive ou le premier film américain du Danois Nicolas Winding Refn, le réalisateur de Bronson et du Guerrier Silencieux, avec Ryan Gosling et Carey Mulligan. Tout est dit !

 

 

 

Melancholia de Lars Von Trier :

Deux ans après avoir offert un Prix d'interprétation à Charlotte Gainsbourg avec AntiChrist (et onze après sa Palme d'Or pour Dancer in the Dark) le réalisateur danois revient avec Melancholia, l'histoire d'un couple de jeunes mariés menant une petite vie tranquille, alors que la fin du monde est proche... On sait d'ores et déjà que Kristen Dunst y sera nue et que le film finit mal. Mais pas forcément pour le réalisateur, qui pourrait bien repartir une nouvelle fois avec un prix.

 

 

Habemus Papam de Nanni Moretti :

Encore un habitué de la Quinzaine, déjà récompensé par la Palme d'Or (La Chambre du Fils) et le prix de la mise en scène (Journal Intime) ! Le réalisateur italien a transformé Michel Piccoli en Pape fraîchement élu mais en proie au doute le plus complet. De quoi s'attirer la Palme et les foudres de l'Eglise ?




Once upon a time in Anatolia de Nuri Bilge Ceylan :
Troisième sélection cannoise pour le réalisateur turc, après un prix de la mise en scène et un grand prix... L'histoire d'un docteur vivant dans la steppe anatolienne, avec "l’impression que quelque chose de différent va surgir derrière chaque colline, mais toujours les mêmes routes monotones, effilées, qui disparaissent ou persistent..." Curieux conte de fées, comme le montre la première vidéo.



Hara-Kiri (ou Ishimei) de Takashi Miike :

Toute première montée des marches pour le cinéaste japonais ! Remake du chef d'oeuvre du même nom (prix Spécial du Jury à Cannes en 1936) et premier essai en 3D pour Takashi Miike, qui s'intèresse à un samouraï sans maître bien décidé à se suicider, et qui raconte son histoire, où se mêle honneur, trahison et vengeance. Attention, monument à venir, que l'on découvre avec une première courte bande annonce d'Hara-Kiri, sans dialogues mais gorgées de bien belles images.

 

 

This must be a place de Paolo Sorrentino :

Récompensé en 2008 par le prix du Jury pour le film Il Divo, le réalisateur italien nous offre un thriller avec un Sean Penn en star du rock déchue et chevelue, décidant de retrouver un criminel de guerre nazi qui a humilié son père... La première vidéo de This must be a place pose immédiatement l'ambiance du long-métrage. ca donne envie.

 

 

Foot note de Joseph Cedar :

Première selection également pour le cinéaste israëlien, Foot Note conte la destinée de la famille Shkolnik, chercheurs de père en fils. Alors qu’Eliezer Shkolnik, professeur puriste et misanthrope a toujours joué de malchance, son fils est reconnu par ses pairs. Jusqu’au jour où le père reçoit le prix le plus prestigieux de sa discipline...

 

 

 

We need to talk about Kevin de Lynne Ramsay :

Avec Tilda Swinton et John C. Reilly, ce drame familial met en avant les difficultés d'une relation mère-fils lorsque l'ado de 16 ans commet l'irréparable. A-t-elle jamais aimé son fils ? Sortez les mouchoirs, voilà qui s'annonce bien difficile mais brigrement intéressant. La preuve avec le premier extrait de We need to talk about Kevin.

 

 

The Artist de Michel Hazanavicius :

Après les deux OSS 117, le réalisateur rempile avec Jean Dujardin pour The Artist... un film muet ! Il y joue une star à qui tout sourit dans le Hollywood des années 20, jusqu'à l'arrivée du cinéma parlant, qui va le faire tomber dans l'oubli... Contrairement à la jolie Peppy (Berenice Béjo) qui passe de statut de jeune figurante à celui de star internationale. Leur histoire d'amour y survivra-t-elle ? Un bien bel objet qui fera forcément son petit effet sur la Croisette.

 

 

 

 

Pater d'Alain Cavalier :

Vrai-faux documentaire pour Alain Cavalier, le réalisateur récompensé pour Le Filmeur, dans lequel le cinéaste et son grand ami Vincent Lindon nous propose une mise en abîme du cinéma - Pater, une histoire à dormir debout si on confond histoire personnelle et histoire tout court. Et toujours, la bonne question sans réponse du cinéma : est-ce vrai ou pas ?

 

 

Hanezu no tsuki de Naomi Kawase :

Habituée au cinéma aussi lent que très étrange, la cinéaste japonaise revient trois ans après La Forêt de Mogari avec Hanezu no tsuki, nouvel objet prenant place dans la région d’Asuka, à Nara, berceau du Japon. Ici, il y a longtemps, vivaient ceux qui se satisfaisaient du plaisir de l’attente. Le peuple moderne semble désormais incapable d’être reconnaissant du présent. Avis aux amateurs.

 

 

 

 

Michael de Marcus Schleinzer :

Enfin, l'Autriche sera aussi bien présente sur la Croisette avec Michael de Marcus Schleinzer :, qui décrit les cinq derniers mois de la vie commune forcée entre Wolfgang, 10 ans et Michael, 35 ans. Là aussi, venez avec vos mouchoirs.

 

 

 

 

 



Par Réagir


À voir aussi
Cannes 2011 : Carla Bruni-Sarkozy ne sera pas sur la Croisette
Cannes 2011 : Catherine Deneuve pousse la chansonnette
Cannes 2011 : Une palme d'honneur en ouverture
Cannes 2011 : la sélection officielle

Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Gagnez du temps et des points de réputation :


*




Festival de Cannes 2011

Les dernières news

Vidéos à ne pas manquer

Jeux Concours

Newsletter FilmsActu


Films Actu - Toute l'actualité du film : Cinéma, DVD, Blu-Ray et Série TV. Critique de films, trailer, bande annonce, sorties vidéo, streaming & fonds d'écran

 © 2007-2021 Filmsactu .com. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation.

Réalisation Vitalyn

Filmsactu.com est édité par Mixicom, société du groupe Webedia.